1. Norbert Frei & Johannes Schmitz, Journalismus im Dritten Reich, München, Beck, 1999, p. 102. 2. «Juden, was nun?», Das Schwarze Korps, Zeitung der Schutzstaffeln der NSDAP und Organ der Reichsführung SS, no. 47, 24 novembre 1938, cité par Götz Aly et alii, (ed.), Die Verfolgung und Ermordung der europäischen Juden durch das nationalsozialistische Deutschland 1933—1945, Band 2: Deutsches Reich 1938—August 1939, Oldenbourg, München 2009, p. 500. 3. Traduit d’après l’original en Allemand, Robert Ley, discours à Innsbruck (Anprache auf der Konstituierenden Sitzung des Gauarbeitskammer), 10 mai 1939, 19e minute du discours, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben unter den Bedingungen der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft, vol. 1, Tondokumente und Rundfunksendungen 1930-1946, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg, 1996, n° 82a, p. 151 (il s’agit d’un recueil de retranscriptions de 160 discours antisémites nazis diffusés à la radio, conservés par les archives de la Radio allemande, la Deutsche Rundfunkarchiv in Frankfurt am Main). Traduit également en partie (de façon différente) dans Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 184. 4. Walter Gross, «Die Rassenpolitischen Voraussetzungen zur Lösung der Judenfrage», Welkampf, avril-septembre 1941, p. 52, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», dans Michael Berenbaum et Abraham J. Peck (éditeurs), The Holocaust and History. The Known, the Unknown, the Disputed and the Reexamined, Indiana University Press, 1998, p. 45. En allemand: «Und soweit es sich um die historische Erscheinung des Juden in Europa handelt, glauben wir, dass diese Todesstunde unwiderruflich gekommen ist» (Dirk Rupnow, Vernichten und Erinnern. Spuren nationalsozialistischer Gedächnispolitik, Wallstein Verlag, Göttingen, 2005, p. 217). 5. Version originale en Allemand, document 2278-PS, Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXX, p. 84 et suiv., p. 95 pour le passage cité (Dieses Gebiet mit seinem stark sumpfigen Charakter konnte nach den Erwagungen des Distriktsgouverneurs Schmidt als Juden-reservat dienen, welche Massnahme womoglich eine starke Dezimierung der Juden herbeifuhren konnte). 6. Jürgen Hagemann, Die Presselenkung im Dritten Reich, Bonn, 1970, p. 146, cité par Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154 7. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 8. Version originale en allemand dans Faschismus-Getto-Massenmord. Dokumentation uber Ausrottung und Widerstand der Juden in Polen während des Zweiten Weltkrieges, Jüdisches historisches Institut, Tatiana Berenstein, Arthur Eisenbach et alii (eds.), Frankfurt am Main, 1962, p. 46, cité notamment par Michael Wildt, Geschichte des Nationalsozialismus, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2008, p. 150. 8. Cité par Sybille Steinbacher, "Musterstadt" Auschwitz. Germanisierungspolitik und Judenmord in Ostoberschlesien (Darstellungen und Quellen zur Geschichte von Auschwitz, Institut für Zeitgeschichte, Band 2), K. G. Saur Verlag, Munich, 2000, p. 120. Version anglaise dans Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154. 9. Cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffmann und Campe, Hambourg, 1991, p. 204: «Viele Deutsche sehen wohl zum ersten Mal in ihrem Leben Juden in solchen Massen. "Die Ghettos" gehören zu dem Schmutzigsten, was man sich vorstellen kann. […] Die Vernichtung dieses Untermenschentums läge im Interesse der ganzen Welt. Diese Vernichtung ist aber eines der schwierigsten Probleme. Mit Erschießungen kommt man nicht durch. Auch kann man Frauen und Kinder nicht schießen lassen. Da und dort rechnet man auch mit Verlusten bei den Evakuierungstransporten, und auf dem Transport von 1000 Juden, der von Lublin aus in Marsch gesetzt wurde, seien 450 umgekommen. […] Sämtliche mit der Judenfrage befaßten Stellen sind sich über die Unzulänglichkeit all dieser Maßnahmen im Klaren. Doch ist eine Lösung dieses komplizierten Problems noch nicht gefunden». 10. Traduit de l’original en Allemand, Robert Ley, discours devant des travailleurs allemands à Lodz (5 premières minutes du discours), décembre 1939, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben unter den Bedingungen der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft, vol. 1, Tondokumente und Rundfunksendungen 1930-1946, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg, 1996, 91, p. 158. On trouve la traduction en Anglais du même passage dans Jeffrey Herf, «The “Jewish War”: Goebbels and the Antisemitic Campaigns of the Nazi Propaganda Ministry», Holocaust and Genocide Studies, vol. 19, n. 1, spring 2005, p. 57. 11. Karl Haushofer: Leben und Werk, vol. ii: Ausgewählter Schriftwechsel, 1917–1946, ed. Hans-Adolf Jacobsen, Boppard am Rhein, 1979, no. 226, cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 261. 12. Dieter Pohl, Von der "Judenpolitik" zum Judenmord: Der Distrikt Lublin des Generalgouvernements, 1939-1944, Francfort, 1993, p. 52. Version française dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 71-72. 13. «Die Juden interessieren mich überhaupt nicht. Ob die etwas zu futtern haben oder nicht, ist für mich die allerletzte Frage». Hans Frank, Das Diensttagebuch des deutschen Generalgouverneurs in Polen 1939-1945, Werner Prag et Wolfgang Jacobmeyer (eds), Stuttgart, Verlags-Anstalt, 1975, p. 186. Voir également Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154. 14. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 120. Browning fournit l’original en allemand: «Völlig gleichgültig, um nicht zu sagen wünschenswert, ist uns das rasche Absterben der Juden insolange als die Begleiterscheinungen das öffentliche Interesse des deutschen Volkes unberührt lassen; sofern jedoch weisungsgemäss (Reichsführer SS) dieses Volk staatlichen Interessen dienstbar zu machen ist, müssen die primitivsten Voraussetzungen hierzu geschaffen werden». 15. Ibid., p. 460. 16. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hambourg, 1997, p. 17, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Éditions du Seuil, 2008, p. 216. En allemand: «Wenn man diese Menschen so betrachtet, bekommt man so den Eindruck, daß die wirklich keine Berechtigung haben, überhaupt auf Gottes Erdboden zu leben» (cité d'après l'édition Walter Manoschek, Ibid., Hamburger Edition, 1995 p. 17). 17. Cité dans Pierre-André Taguieff (dir.), L’antisémitisme de plume, 1940-1944, études et documents, Berg International, Paris, 1999, p. 535-536 (fac-similé partiel en p. 534). 18. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hamburger Edition, 1995 p. 25. Traduction française dans Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 25. Original en allemand (complet, sans les incises): «Während ich noch beim Abendessen saß, wurde auch über die Judenfrage im Generalgouvernement und überhaupt in der Welt gesprochen; für mich ist es sehr interessant, solche Gespräche anzuhören. Zu meinem Erstaunen waren sich schließlich doch alle einig, daß die Juden ganz von der Welt verschwinden müßten. Ja, die Engländer und die Juden sollten den Bombenangriffen ihrer Landsleute ausgesetzt werden, aber das sind alles nur Wünsche. Die Juden müßten mal alle weg bezw. kaltgestellt werden, dann würde es bald anders aussehen in der Welt.» 19. Robert Ley, Schmiede des Schwertes - Der deutsche Arbeiter im Großdeutschen Freiheitskampf - Reden und Reportagen aus der Kriegsarbeit Dr. Leys, Zentralverlag der NSDAP., Franz Eher Nachf., München, 1942, p. 231. La volonté d’extermination des Juifs par les nazis était exprimée publiquement et publiée officiellement (en l’occurrence le recueil en question est doté d’une préface du Reichsmarshall Hermann Göring). Ce passage est cité partiellement dans Stéphane Bruchfeld & Paul A. Levine, Erzählt es euren Kindern: der Holocaust in Europa, Bertelsmann, 2000, p. 59, version en anglais dans Stéphane Bruchfeld, Paul A. Levine, Tell ye your children. A book about the Holocaust in Europe 1933–1945, Regeringskansliet, Stockholm, 1998, p. 33. Une édition française de cet ouvrage existe: Dites-le à vos enfants. Histoire de la Shoah en Europe, 1933-1945, Ramsay, 2000. 20. Cité par Philippe Marguerat, «Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 158. 21. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 260 et 314. «Die Juden sind Freiwild […] Man kann den Juden nur noch einen gut gemeinten Rat geben: Keine Kinder mehr in die Welt zu setzen. Sie haben keine Zukunft mehr.» 22. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 267. 23. Ereignismeldung UdSSR n. 21 du 13 juillet 1941, Justiz und ns-verbrechen: Sammlung deutscher Strafurteile wegen nationalsozialistischer Tötungsverbrechen 1945-1966, vol. 20, Die vom 12.04.1964 bis zum 03.04.1965 ergangenen Strafurteile Lfd. Nr. 569-590, Fritz Bauer (ed.), University Press/K.G. Saur, Amsterdam, 1981, p. 420. Passage original complet en allemand:«Der Litauische Ordnungsdienst, der nach Auflösung der litauischen politischen Polizei dem Einsatzkommando unterstellt worden ist, wurde angewiesen, sich an der Liquidierung der Juden zu beteiligen. Hierfür wurden 150 litauische Beamte abgestellt, die die Juden festnehmen und sich in Konzentrationslager schaffen, wo sie nach am gleichen Tag der Sonderbehandlung unterzogen werden. Diese Arbeit hat jetzt begonnen und so werden laufend täglich nunmehr etwa 500 Juden u.a. Saboteure liquidiert.» Traduit dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 289-290 (Friedländer commet une erreur en rattachant l’Einsatzkommando 9 à l’Einsatzgruppe A, erreur qui ne figure pas dans sa source). 24. Cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 332. En fait Longerich mentionne liquidiert au lieu de exekutiert, mais toutes les autres sources citant le même document mentionnent exekutiert (par exemple, Justiz und ns-verbrechen[…], vol. 20, op. cit, p. 420), aussi nous pensons que c’est Longerich qui commet une erreur de retranscription. 25. Aktenvermerk des Leiters des SD-Abschnitts, Posen, Höppner, betr., Überlegungen zu einer «Lösung der Judenfrage», im Warthegau mit Anschreiben an Eichmann, 16/07/1941; cité par Götz Aly, «“Judenumsiedlung”, Überlegungen zur politischen Vorgeschichte des Holocaust», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 83-84 et Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 321. Original: «Es besteht in diesem Winter die Gefahr, daß die Juden nicht mehr sämtlich ernährt werden können. Es ist ernsthaft zu erwägen, ob es nicht die humanste Lösung ist, die Juden, soweit sie nicht arbeitseinsatzfähig sind, durch irgendein schnellwirkendes Mittel zu erledigen. Auf jeden Fall wäre dies angenehmer, als sie verhungern zu lassen. Im übrigen wurde der Vorschlag gemacht, in diesem Lager sämtliche Jüdinnen, von denen noch Kinder zu erwarten sind, zu sterilisieren, damit mit dieser Generation tatsächlich das Judenproblem restlos gelöst wird. […] Die Dinge klingen teilweise fantastisch, wären aber meiner Ansicht nach durchaus durchführbar.». Une traduction complète du courrier de Höppner à Eichmann figure dans Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 98. 26. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 33. 27. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 278. Original: «souveräne Beherrschung dieses Volkstumskampfes unter gleichzeitiger Ausmerzung des Judentums» 28. Traduit d’après l’original en Allemand cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 281 et 310. 29. Ibid., p. 281. Original en allemand dans Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 368: «Weiber und Kinder in die Sümpfe zu treiben hatte nicht den Erfolg, den er haben sollte, denn die Sümpfe waren nicht so tief daß ein Einsinken erfolgen konnte. Nach einer Tiefe von 1 Meter kam man in den meisten Fällen auf festen Boden (wahrscheinlich Sand), so daß ein Versinken nicht möglich war.» 30. Adolf Hitler, Monologue im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 106, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370 (notre traduction française s’appuie sur l’original en Allemand cité par Browning et est conforme à sa traduction en Anglais). 31. Cité par Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 1388, n. 71. 32. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 152. Même citation dans Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 314. 33. Rapport du Major Hans von Payr du 11 août 1941 sur sa visite à l’Inspectorat Économique du Nord, cité par Götz Aly, «Endlösung». Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Fischer Taschenbuch Verlag, 1995, p. 333. 34. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 35. Voir également Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 213-214. 35. Cité par Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 201. 36. Voir principalement, Ernst Klee, Willi Dressen, Volker Ries (éd.), Pour eux «c’était le bon temps» La vie ordinnaire des bourreaux nazis, Plon, 1989, p. 127-144, qui fournit l’intégralité de ces documents — «Schöne Zeiten»: Judenmord aus der Sicht aus Täter und Gaffer, Fischer, 1988, p. 131-145 pour les versions originales en Allemand —, et Raul Hilberg, Exécuteurs, Victimes, Témoins. La Catastrophe Juive 1933-1945, Gallimard, 1944, p . 77-79 pour un très bon résumé. Voir aussi Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 283-285. 37. Rrapport de l’aumonier Reuss adressé au lieutenant-colonel Groscurth le 20 août 1941, cité par Klee, Dressen, Riess, Pour eux «c’était le bon temps»…, op. cit., p. 131-132. 38. Rapport du lieutenant-colonel Groscurth au commandant en chef de la 6e armée, le maréchal von Reichenau en date du 21 août 1941, cité par Klee, Dressen, Riess, Pour eux «c’était le bon temps»…, op. cit., p. 138-139. 39. Mihail Sebastian, Journal, Stock, 1998, p. 354; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 296-297. 40. Note de Hans Gewecke du 3 septembre 1941, citée par Christoph Dieckmann, «Der Krieg und die Ermordung der litauischen Juden», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 322. 41. Rapport de situation opérationelle USSR No 106 du 8 octobre 1941, cité par Yitzhak Arad, Yisrael Gutman et Shmuel Spector (éditeurs), The Einsatzgruppen Reports. Selection from the Dispatches of the Nazi Death Squads’ Campaign Against the Jews in Occupied Territories of the Soviet Union July 1941 - January 1943, Holocaust Library, New York, 1989, p. 174. 42. Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 58. 43. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 595-596. 44. Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 339 et suiv. 45. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 593. 46. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 244. 47. Christian Gerlach, Kalkulierte Morde, Die deutsche Wirtschafts — und Vernichtungs-politik in WeissRussland. 1941 bis 1944, Hambourg, Hamburger Edition, 1999, p. 588 et suiv., cité par Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, p. 575-576, note 41. Voir aussi Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 298. Browning date la lettre du 10 octobre (Ibid., p. 510 note 292). 48. Cité par Omer Bartov, L’Armée d’Hitler. La Wehrmacht, les Nazis et la Guerre, Hachette Littérature, 1999, p. 186. 49. Cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 123. 50. Walter Stahlecker, Einsatzgruppe A. Gesamtbericht bis zum 15.0ktober 1941, original en allemand dans Tribunal international de Nuremberg, Document L-180, vol. XXXVII, p. 682 & p. 687. Traduction française dans Philippe Marguerat, «Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 159. Philippe Marguerat souligne que la date de rédaction du rapport est probablement octobre 1941 et non janvier 1942, qui est la date de retransmission du rapport stipulé sur la copie de celui-ci (voir note 11). 51. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 671. 52. Cité par Christopher Browning, The Path to Genocide, Cambridge University Press, 1997, p. 157-158. 53. Cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 454. 54. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 369. Voir aussi Christopher Browning, «La décision concernant la décision finale», dans les Actes du Colloque de l’École des Hautes Études en sciences sociales (1982), L’Allemagne nazie et le génocide juif, Le Seuil/Gallimard/EHESS, 1985, p. 202. 55. Traduit d’après l’original en Allemand, Nürnberg Dok. No. 365, cité dans Anatomie des SS-Staates, Munich, DTV, 1994, p.  649. 56. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1996, partie II, vol. 2, p. 221-222: «Die Juden sind die Läuse der zivilisierten Menschheit. Man muß sie irgendwie ausrotten, sonst werden sie immer wieder ihre peinigende und lästige Rolle spielen. Nur wenn man mit der nötigen Brutalität gegen sie vorgeht, wird man mit ihnen fertig. Wo man sie schont, wird man später ihr Opfer sein». Voir également Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 676 (nous nous démarquons légèrement de la traduction proposée par Kershaw). 57. Notes de Rademacher sur les résultats de sa visite officielle à Belgrade. Citées par Walter Manoschek, «Die Vernichtung der Juden in Serbien», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 227. 58. ibid., p. 228. 59. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 422. 60. Citées par Walter Manoschek, art. cit., p. 232. 61. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 391. Voir aussi Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 98. 62. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 48. Voir aussi Christian Streit, «Wehrmacht, Einsatzgruppen, Soviet POWs and anti-Bolchevism in the emergence of the Final Solution», David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 107. 63. «Rapport Jäger», traduit d’après l’original allemand cité par Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, « Schöne Zeiten ». Judenmord aus der Sicht der Täter und Gaffer, S. Fischer Verlag GmbH, Frankfurt am Main, 1988, p. 52-62. 64. Cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 123. 65. Ibid., p. 124. 66. Journal de Goebbels, sur les déclarations d’Hitler lors d’une réunion des Reichsleiter et des Gauleiter du parti nazi, tenue le 12 décembre 1941. Cité par Christian Gerlach, Krieg, Ernährung, Völkermord. Deutsche Vernichtungspolitik im Zweiten Weltkrieg, Zürich, Pendo, 2001 (1ère ed., Hamburger Edition, 1998), p. 114. Voir aussi Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 59. 67. Cité par Christian Gerlach, Krieg, Ernährung, Völkermord. Deutsche Vernichtungspolitik im Zweiten Weltkrieg, Zürich, Pendo, 2001 (1ère ed., Hamburger Edition, 1998), p. 112. Voir aussi Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 57. 68. Traduit d’après l’original allemand, extrait du journal de Hans Frank, Das Diensttagebuch des deutschen Generalgouverneurs in Polen 1939-1945, Werner Prag et Wolfgang Jacobmeyer (eds), Stuttgart, Verlags-Anstalt, 1975, p. 457-58. Lire la citation complète… 69. Radu Ioanid, «When Mass Murderers Become Good Men», Journal of Holocaust Education, vol. 4, 1995, p. 10, cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 116. 70. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 405. 71. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 410. 72. Traduit d’après l’original en allemand (voir ci-après). Lionel Richard et Pierre-André Taguieff mentionnent tous deux la reprise par Rosenberg du passage de Lagarde. Taguieff mentionne que cela a été publié dans le Volkischer Beobachter du 22 décembre 1941 («Rosenberg sprach über Lagarde» Völkischer Beobachter, no. 356, 22 décembre 1941, p. 3, cité par Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes: des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, note 169 p. 590; le passage est cité p. 233), tandis que Lionel Richard mentionne le numéro du 23 décembre 1941 (p. 1, cité par Lionel Richard, Nazisme et Barbarie, Editions Complexe, 2006, note 13 p. 263; le passage est cité p. 29). Dans la mesure où le Völkischer Beobachter avait de nombreuses éditions locales qui pouvaient différer par leurs contenus, il est probable que Lionel Richard et Pierre-André Taguieff ont consulté des éditions distinctes. Il convient de citer plus complètement Paul de Lagarde. Il écrivait donc en 1887: «Il faut avoir un coeur aussi dur que la peau du crocodile pour ne pas avoir pitié des pauvres Allemands saignés à blanc et — ce qui revient au même — pour ne pas hair les Juifs, ne pas hair et mépriser ceux qui — par humanité! — parlent en leur faveur ou sont trop lâches pour écraser cette vermine pullulante. On ne traite pas avec des trichines et des bacilles. Les trichines et les bacilles, on ne les éduque pas, on les anéantit aussi rapidement et aussi radicalement que possible (Es gehört ein Herz von der Härte der Krokodilhaut dazu, um mit den armen, ausgesogenen Deutschen nicht Mitleid zu empfinden, und — was dasselbe ist — um die Juden nicht zu hassen, um diejenigen nicht zu hassen und zu verachten, die — aus Humanität! — diesen Juden das Wort reden oder die zu feige sind, dies wuchernde Ungeziefer zu zertreten. Mit Trichinen und Bazillen wird nicht verhandelt, Trichinen und Bazillen werden auch nicht erzogen, sie werden so rasch und so gründlich wie möglich vernichtet)» (Paul de Lagarde, «Juden und Indogermanen», Göttingen, 1887, p. 339, cité par Helmut Berding, Moderner Antisemitismus in Deutschland, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1988, p. 148). Les trichines sont des parasites. 73. Lionel Richard, op. cit., p. 263. 74. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 98. 75. Adolf Hitler, Monologue im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 158, cité par Gerald Fleming, ibid. 76. Traduit d’après l’original allemand cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 515, note 359. Notre traduction suit l’esprit de celle proposée par Philippe Marguerat, («Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 160-161) et demeure conforme à la traduction proposée dès 1985 dans Christopher Browning, «La décision concernant la décision finale», in Actes du Colloque de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (1982), L’Allemagne nazie et le génocide juif, Le Seuil/Gallimard/EHESS, 1985, p. 197: «Le but que l’Einsatzkommando 2 s’était fixé dès le début était une solution radicale de la question juive par l’exécution de tous les Juifs». 77. Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, n. 150, p. 124. 78. Lettre du capitaine Otto Schulz-Du Bois à son épouse, Erika Ilse Schulz-Du Bois, janvier 1942, citée par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 119. 79. ibid., p. 129. 80. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 386. 81. Robert Ley, «Schulungsappell der politischen und wirtschaftlichen Unterführer des Hauses Siemens im Berliner Sportpalast.», 3.2.1942, cité par Walter Roller, Tondokumente zur Zeitgeschichte, Volume 2, Deutsches Rundfunkarchiv, 1975, p. 135. Voir aussi Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben…, op. cit., p. 206-207. Citation partielle en Anglais dans Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 155. 82. Walter Stahlecker, Meldung der Einsatzgruppe A, original en allemand dans Tribunal international de Nuremberg, Document PS-2273, vol. XXX, p. 72-80. Bien que le document soit non daté, la mention qui y figure de l'arrivée de 20000 Juifs allemands à Riga montre qu'il est postérieur à cette arrivée documentée pour le 10 février 1942 (voir Andrej Angrick et Peter Klein, The "Final Solution" in Riga: Exploitation and Annihilation, 1941-1944, New York, Berghahn Books 2009, p. 264 note 12. Le texte original est disponible en ligne, incluant la carte en question. Une traduction partielle en anglais du document PS-2273 est également en ligne. 83. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 335. 84. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 425-426. On trouvera une traduction en anglais chez Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 146. 85. Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006. 86. Pierre Blet, Angelo Martini et Burkhart, éd., Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Vatican, 1974, vol. 8, p. 453; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 575. 87. Traduit d’après l’original cité par Peter Longerich, «Davon haben wir nichts gewusst!»: die Deutschen und die Judenverfolgung 1933-1945, Siedler, 2006, p. 202. Traduction française dans Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 262. 88. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 561. Pour des transcriptions en français et en anglais, voir Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 349; Ytzhak Arad, Belzec, Sobibor, Treblinka - the Operation Reinhard Death Camps, Indiana University Press, 1987, p. 68; G. Miedzianagora et G. Joffer, Objectif Extermination, Frison Roche, 1994, p. 102-103. 89. Rapport de Louis Sadosky, 20 juillet 1942, cité par Laurent Joly, Berlin 1942. Le voyage d’un collabo au coeur de la Gestapo, CNRS Editions, 2009, p. 137-138. 90. Stellungnahme und Gedanken zum Generalplan Ost des Reichsführer SS, Berlin, le 27 avril 1942. NG-2325, cité par J. Billig, L’Allemagne et le génocide (plans et réalisations nazis), Éditions du Centre, Paris, 1949, p. 28. Ce document, souvent désigné par le raccourci «General Plan Ost» a été publié dans son intégralité par Helmut Heiber, «Der General Plan Ost», Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, vol. 6 no 3, juillet 1958. 91. «Bericht im Völkischen Beobachter über Einsatz der SD im Osten Erfurt, 30.4.1942», reproduit dans Otto Dov Kulka et Eberhard Jäckel, Die Juden in den geheimen NS-Stimmungsberichten 1933-1945, Droste-Verlag, 2004, p. 491 (document 628); Florent Brayard fait remarquer justement (Auschwitz, enquête sur un complot nazi, Seuil, 2012, p.  479) que l’historien Saul Friedländer se trompe en attribuant le contenu du rapport à l’article initial du Völkischer Beobachter (Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 427). 92. Cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», dans Michael Berenbaum et Abraham J. Peck (éditeurs), The Holocaust and History. The Known, the Unknown, the Disputed and the Reexamined, Indiana University Press, 1998, p. 45. Traduction revue d’après la version originale en allemand («Das richtige Begreifen des Judentums muß seine völlige Vernichtung fordern»), citée par Benno Müller-Hill, Tödliche Wissenschaft: die Aussonderung von Juden, Zigeunern und Geisteskranken, 1933-1945, Rowohlt, 1984, p. 108. Traduction française dans Benno Müller-Hill, Science nazie, science de mort. L’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 218. 93. Pierre Blet, Angelo Martini et Burkhart, éd., Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Vatican, 1974, vol. 8, p. 534; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 575. 94. Robert Ley, discours à Amsterdam, le 10 mai 1942, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben…, op. cit., p. 210, cité par Jeffrey Herf, «The “Jewish War”: Goebbels and the Antisemitic Campaigns…, art. cit., p. 58 et 75. Cité également dans Jeffrey Herf, The Jewish Ennemy. Nazi Propaganda during World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 155. Une édition française est disponible, Jeffrey Herf, L'ennemi juif. La propagande nazie, 1939-1945, Calmann-Lévy, 2011. 95. Traduit d’après l’original cité par Serge Klarsfeld, Die Endlösung der Judenfrage in Frankreich: deutsche Dokumente 1941-1944, Herausgegeben von Serge Klarsfeld, Paris, 1977, p. 56. Traduction dans Serge Klarsfeld, La Shoah en France, vol. 2, Le calendrier de la persécution des Juifs de France, juillet 1940 – août 1942, Fayard, 2001, p. 373-374. Une traduction complète (légèrement différente) est fournie par Maxime Steinberg, Les yeux du témoin et le regard du borgne. L’Histoire face au révisionnisme, Les Éditions du Cerf, Paris 1990, p. 204 (reproduit sur PHDN). 96. Walter Bargatzky, Hotel Majestic, Ein Deutscher in besetzten Frankreich, Herderbücherei, Freiburg im Breisgau, 1987, p. 103-104 et 105. Version originale: «Busse, die für den Transport von Juden bestimmt sind, vom Bahnhof zum Lager, vom Lager zur Arbeitsstätte, und in die man während der Fahrt tödliches Gas einströmen läßt. Ein Versuch, der zum Leidwesen Heydrichs an unzureichender Technik scheitert. Die Busse sind zu klein, die Todesraten zu gering, dazu kommen noch andere ärgerliche Mängel. Weshalb er zum Schluß größere, perfektere, zahlenmäßig ergiebigere Lösungen ankündigt […] Wie über die russischen Juden in Kiew, ist auch über die Gesamtheit der europäischen Juden ist das Todesurteil gesprochen. Auch über die französischen Juden, deren Deportation in diesen Wochen beginnt». 97. Document Nuremberg PS 501, cité par Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, «Schöne Zeiten». Judenmord aus der Sicht der Täter und Gaffer, S. Fischer Verlag GmbH, Frankfurt am Main, 1988, p. 72. Lire le rapport sur PHDN… 98. Strassburger Neueste Nachrichten du 20 mai 1942, cité par Walter Laqueur, Le terrifiant secret. La “solution finale” et l’information étouffée , Gallimard, 1981, p. 44. 99. Cité par Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 747. Kershaw souligne qu’il apparait clairement dans le compte-rendu de Goebbels qu’Hitler associait incontestablement et explicitement sa «prophétie» du 30 janvier 1939, à la liquidation physique des Juifs. 100. Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, p. 174. 101. Robert Ley, «Die Macht der Idee!», Der Angriff, 24/25/26 mai 1942, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 45-46. 102. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p.  154. 103. Cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 46. 104. Das Reich du 14 juin 1942, cité par Walter Laqueur, op. cit., p. 44. 105. Le Journal du Capitaine Wilm Hosenfeld, Varsovie 23 juin 1942, cité dans Wladyslaw Szpilman, Le pianiste, L’extraordinaire destin d’un musicien juif dans le ghetto de Varsovie 1939-1945, Robert Laffont, 2001, p. 232-233. 106. «Dispatch No. 502 from the American Legation at Cairo, Egypt, Axis Broadcasts in Arabic for the Period July 3 to 9, 1942, Cairo, July 21, 1942,» 1, NARA, RG 84 Foreign Service Posts of the Department of State, General Records, Cairo Embassy, 1942, 815.4-820.02, Box 77, cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 724-725. Jeffrey Herf a développé les résultats récents de la recherche concernant la propagande nazie en direction des pays arabes dans son Nazi Propaganda for the Arab World, Yale University Press, 2009 (traduction française, Hitler, la propagande et le monde arabe, Calmann-Lévy, 2012). L’Italie fasciste et l’Allemagne nazie ont toutes deux cherché et trouvé des alliés dans le monde arabo-musulman. Tant l’Afrique du Nord que le Proche et le Moyen-Orient constituaient des enjeux politiques et stratégiques pour ces deux nations avant et pendant la guerre. Une entreprise de communication et de propagande de grande ampleur fut mise en oeuvre tant par l’Italie, qui diffusa des programmes radio en Arabe dès 1934, que par l’Allemagne de Hitler. Cette dernière commença à diffuser sur ondes courtes en Arabe en octobre 1939 et poursuivit jusqu’en mars 1945. Les deux stations «Berlin en Arabe» et «La voix de l’Arabisme libre» diffusaient de la musique, des nouvelles et des discours de propagande sept jours sur sept (Jeffrey Herf, art. cit., p. 714). Compte tenu de l’illetrisme au Proche et au Moyen-Orient de la présence de dizaines de milliers de postes de radio, et des pratiques collectives d’écoute de ces postes, c’est une audience très large qui fut exposée à cette propagande pendant plusieurs années. Parmi les orateurs réguliers qui intervenaient sur les radios allemandes en Arabe, figurait l’ancien mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, ennemi radical des sionistes et des modérés palestiniens, rallié à Hitler, réfugié, hebergé à Berlin et rétribué par le régime nazi à partir de la fin 1941. A partir de l’été 1941 le personnel de l’ambassade américaine au Caire entreprend de retranscrire et traduire les discours en Arabe tenus sur les stations allemandes et italiennes (Jeffrey Herf, art. cit., p. 715). La plupart des discours diffusés par les stations allemandes reprennent les poncifs de la propagande nazie, en essayant de les adapter à une audience arabe et musulmane. Le Mufti se montra particulièrement obstiné à démontrer que nazisme et Islam étaient non seulement compatibles mais qu’ils appréhendaient tous deux le «problème juif» de la même façon. Parmi les poncifs nazis adaptés au monde arabe figure en bonne place le martèlement des horribles projets que les Juifs auraient à l’encontre des Arabes et des Musulmans si l’Axe perdait la guerre, domination, persécution, extermination, pas seulement en Palestine, mais partout, en Egypte, en Syrie, au Liban, en Irak… Le 8 septembre 1943, par exemple, La Voix de l’Arabisme Libre diffusera en Arabe un message prétendant que les projet des Juifs était de s’appropier «tous les territoires entre le Tigre et le Nil», de vider complètement l’ensemble des pays arabes, Egypte et Irak compris de tous leurs Musulmans et de tous leurs Chrétiens (cité par Jeffrey Herf, art. cit., p. 730). On notera l’ironie du constat qu’aujourd’hui ce sont les pays arabes qui ont été vidés de leurs communautés juives millénaires. Le 24 septembre de la même année, la Voix de l’Arabisme Libre continuait sur la même ligne, à savoir que le but du «Sionisme international», n’était pas seulement la Palestine, mais la «possession de tous les pays arabes, d’Est en Ouest» jusqu’à l’océan Atlantique, y compris l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Syrie, le Liban (Jeffrey Herf, art. cit., p. 730). Il n’est pas anodin de noter que cette disqualification pranaoïaque du sionisme (en l’occurrence d’une vision délirante du sionisme) se retrouve aujourd’hui dans des discours «antisionistes» pas uniquement issus de l’islamisme radical. Le travestissement de l’antisémitisme en antisionisme est donc une invention nazie. Il est important de noter qu’il fut ensuite repris par la propagande soviétique (voir à ce sujet, Léon Poliakov, De l’antisionisme à l’antisémitisme: la polémique arabe, Calman-Lévy, 1969 et Léon Poliakov, De Moscou à Beyrouth, essai sur la désinformation, Calman-Lévy, 1983), ce qui a permis un passage de ces discours vers des milieux intellectuels a priori bien pensants. 107. Cité par Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 56. 108. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 45. 109. Traduit d’après l’original en Allemand, Doc. CDJC XXVb-87, IV-J, cité dans Serge Klarsfeld, Die Endlösung der Judenfrage in Frankreich: deutsche Dokumente 1941-1944, Herausgegeben von Serge Klarsfeld, Paris, 1977, p. 95. Traduction complète (légèrement différente pour le passage cité) dans Serge Klarsfeld, La Shoah en France, vol. 2, Le calendrier de la persécution des Juifs de France, juillet 1940 – août 1942, Fayard, 2001, p. 545-549. 110. Sur l’été 1942 en France, on se reportera à Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Calmann-Lévy, 1981, chapitre VI et à Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, chapitre III. 111. Rapport cité par Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 116 (texte original allemand cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 522). 112. Rapport de Kube à Lohse du 31 juillet 1942. Traduit d’après le texte original en Allemand, Tribunal Militaire International de Nuremberg, Procès des grands criminels de guerre devant le tribunal militaire international: Nuremberg, 24 novembre 1945 - 1er octobre 1946, tome XXXII, Doc. PS-3428, p. 280. 113. Rapport de Karl Ingve Vendel du 20 août 1942 (Riksarkivet Stockholm, HP 324-84), cité par Jozef Lewandowski, «Early Swedish Information about the Nazis’ Mass Murder of the Jews», Polin: Studies in Polish Jewry, 13, 2000. 114. Note citée par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 56. 115. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy. The Italians and Jews in Occupied Europe 1941-43. A collection of notes and research materials for the documentary film, Rome, 1988, p. 7; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing, ibid. 116. Traduit d’après l’original en allemand, Wilhelm Cornides, «Observations sur le “transfert” des Juifs à l’intérieur du Gouvernement Général» («Beobachtung über die “Umsiedlung” der Juden im Generalgouvernement»), archives de l’Institut fur Zeitgeschichte de Munich, document ED-81. Voir également, pour un résumé des observations de Cornides, Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 835. 117. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hamburger Edition, 1995 p. 62. Une traduction légèrement différente figure dans Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 48. 118. Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 78-79. 119. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 503. 120. Helmuth James von Moltke, Briefe an Freya: 1939-1945, C. H. Beck, München, 1991, lettre du 10 octobre 1942, p. 250. 121. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 632. 122. Ibid. Le texte original complet du Mémorandum se trouve dans Helmut Thielicke et Philipp von Bismarck (éd.), In der Stunde Null. Die Denkschrift des Freiburger “Bonhoeffer Kreise”: Politische Geselischaftsordnung. Ein Versuch zur Selbstbesinnung des christlichen Gewissens in den politischen Nöten unserer Zeit, Tübingen, 1979. 123. Cité par Walter Laqueur, op. cit., p. 47. 124. Ibid.. Sur Giuseppe Pieche, voir aussi Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 75-77. 125. Cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing, op. cit., p. 77. 126. David Rodogno, «La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs en France métropolitaine. Humanisme ou pragmatisme?», Vingtième siècle, 2007, n° 93, p. 66. 127. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 8; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 85. 128. Voir notamment Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 446. 129. Cité par par Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 14. 130. Cité par Nobert Frei, L’État hitlérien et la société allemande, Seuil, 1994, p. 271-272. Norbert Frei (ou l’édition française) date de façon erronée ce courrier du 22 juillet 1942. L’original mentionne bien le 27 juin. 131. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 447. Version originale complète du passage cité dans Benno Müller-Hill, Tödliche Wissenschaft: die Aussonderung von Juden, Zigeunern und Geisteskranken, 1933-1945, Rowohlt, 1984, p. 57 (traduction française dans Benno Müller-Hill, Science nazie, science de mort. L’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 56). 132. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 48. 133. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d¹Europe, Fayard, 1988, p. 454. 134. Rapport du SS-Untersturmführer Heinrich Kinna «sur le transport de 644 Polonais (de Zamosc) au camp de travail d’Auschwitz le 10 décembre 1942», cité par Götz Aly, «Endlösung». Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Fischer Taschenbuch Verlag, 1995, p. 381. 135. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1998, partie II, vol. 6, p. 445-446. 136. Hilberg, op. cit., p. 172. 137. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 297. 138. Josef Sommerfeldt, «200 Jahre Abwehrkampf gegen das Ostjudentum», Deutsche Post aus dem Osten 15, Heft 2/3, p. 12, cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffmann und Campe, Hambourg, 1991, p. 218. 139. Robert Ley, Die grosse Stunde. Das Deutsche Volk im totalen Kriegseinsatz. Reden und Aufsätze aus den Jahren 1941-1943, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf, München, 1943, p. 51. 140. Avraham Barkai, «Volksgemeinschaft, ‘Aryanisation’ and the Holocaust», dans David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 42-43. Le journal de Karl Dürkefelden a été publié en Allemagne en 1985 par Herbert et Sibylle Oberhausen, «Schreiben wie es wirklich war…», Aufzeichnungen Karl Dürkefeldens aus den Jahren 1933-1945, Hanovre, 1985. 141. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 9; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 93. 142. Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, op. cit., p. 119. 143. Journal du Capitaine Lucio Merci, 21 mars 1943, cité par Joseph Rochlitz, «Excerpts from the Salonika Diary of Lucillo Merci (February-August 1943)», Yad Vashem Studies, 18, 1987, p. 303-304. 144. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 10; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 126. 145. Ciano rapporte dans son journal ce que Goering lui a confié: «Dans les camps de prisonniers russes après avoir mangé tout ce qui était possible, y compris les semelles de leurs souliers, ils ont maintenant commencé se manger entre eux, et ce qui est plus grave, ils ont mangé aussi une sentinelle allemande. Cette année 20 à 30 millions de personnes mourront de faim en Russie. Peut-être est-il bien qu’il en soit ainsi car certains peuples doivent être décimés». Les archives secrètes du comte Ciano 1936-1942, trad fr., Paris, Plon 1948, p. 479; cité par Jean Stengers «Himmler et l’extermination de 30 millions de Slaves», Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2001, no. 71, p. 8. Ciano précisera que Goering lui avait dit cela «avec indifférence la plus absolue» (Comte Galeazze Ciano, Journal politique 1939-1943, t. 2, Neuchâtel, La Baconnière, 1946, p. 86; cité par Jean Stengers, ibid.) 146. Memorandum de Friedrich Gollert du 29 mars 1943, cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffman und Campe, Hamburg, 1991, p. 430. Voir également Benno Muller-Hill, Science nazie, science de mort: l’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 56. Le Memorandum de Friedrich Gollert est également cité par Léon Poliakov, Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Denker, Arani Verlags-GmbH, 1959 p. 510 et Wolfgang Michalka, Das Dritte Reich: Dokumente zur Innen- und Aussenpolitik, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1985, p. 218. Le passage original est le suivant: «Eine zweite Lösung würde darin bestehen, diese 15 Millionen durch eine Radikalkur auszumerzen. Auch diese Lösung ist abzulehnen. Gewiß kann es vor der Geschichte gerechtfertigt werden, einmal aus biologischen Gründen zu derartigen Radikalmaßnahmen zu schreiten, wie es beispielsweise gegenüber dem Judentum notwendig gewesen ist. Aber ein fremdes Volkstum von 15 Millionen einfach auf diese Weise zu beseitigen, ist einer Kulturnation unwürdig.» 147. «Juden sind Verbrecher»Zeitschriften-Dienst, 204/73, no  8615 (2 avril 1943), cité par Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 199. Voir également, Randall L. Bytwerk, «The Argument for Genocide in Nazi Propaganda», Quarterly Journal of Speech, Vol. 91, No. 1, February 2005, p. 49. Ce document avait déjà été signalé par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Denker, Ullstein, 1983, p. 455. 148. Cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 200-201: «Mit dem Antisemitismus ist es genauso wie mit der Entlausung. Es ist keine Weltanschauungsfrage, daß man die Läuse entfernt. Das ist eine Reinlichkeitsangelegenheit. Genauso ist der Antisemitismus für uns keine Weltanschauungsfrage gewesen, sondern eine Reinlichkeitsangelegenheit, die ja jetzt bald ausgestanden ist. Wir sind bald entlaust.» 149. Susan Zuccotti, Under His Very Windows. The Vatican and the Holocaust in Italy, New Haven, 2000, p. 108-109; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 564. 150. Cité par Christian Gerlach et Götz Aly, Das Letzte Kapitel. Der Mord an den ungarischen Juden, Stuttgart München, DVA, 2002, p. 87-88, notamment note 271, p. 88. Version originale: «Judentum muß in Europa ausgerottet werden. Was sich dem entgegenstellt, muss fallen […] Bei Juden aber kein Mitleid […] Nicht entschuldigen die die sich gegen Juden nicht verteidigen.» 151. Journal de Goebbels, 13 mai 1943 (Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 8, p. 287-288). Pour le contexte et une citation (partielle) voir Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 847. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 589. Le passage cité est le suivant: «Die Natur ist vom Gesetz des Kampfes beherrscht. Immer wieder wird es parasitäre Erscheinungen geben, die den Kampf beschleunigen und den Ausleseprozess zwischen den Starken und den Schwachen intensivieren. […] In der Natur handelt das Leben immer gleich gegen den Parasitismus; im Dasein der Völker ist das nicht ausschließlich der Fall. Daraus resultiert eigentlich die jüdische Gefahr. Es bleibt also den modernen Völkern nichts anderes übrig, als die Juden auszurotten. Sie werden sich mit allen Mitteln gegen diesen allmählichen Vernichtungsprozess zur Wehr setzen.» 152. Cité par Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 83. Sur cet épisode et cette entrée du journal de von Thadden, voir aussi Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 150-151. Version originale: «Auf die Frage der Italiener, was die kleinen Pakete und Koffer, die dort aufgestapelt waren, bedeuteten, habe Kube erklärt, das seien die einzigen Überbleibsel nach Minsk deportierter Juden. Anschließend habe Kube den Italienern eine Gaskammer gezeigt, in der angeblich die Tötung der Juden durchgeführt würde. Die Faschisten sollen auf das Tiefste erschüttert gewesen sein» (Nationalsozialistische Massentötungen durch Giftgas, S. Fischer Verlag GmbH, Francfort-sur-le-Main, 1983, p. 92). Fac-similé en ligne. 153. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 323. 154. Rapport Stroop, page 34, fac-similé en ligne. L’ensemble du rapport et des fac-similés ont été publiés dans «Es gibt keinen jüdischen Wohnbezirk in Warschau mehr!», Andrzej Wirth (éd.), Neuwied, Hermann Luchterhand Verlag, 1960, ainsi que dans Jürgen Stroop, The Stroop Report: The Jewish Quarter of the Warsaw Ghetto is no More!, Sybil Milton (éd. et trad. en anglais), New York, Pantheon Books, 1979. Reproduction partielle dans le Document 1061-PS, Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXVI, p. 628 et suiv., p. 656 pour l’entrée du 25 avril. 155. Rapport Stroop, page 75, fac-similé en ligne. 156. Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, Pour eux «C’était le bon temps», La vie ordinaire des bourreaux nazis, Plon, 1990, p. 183. 157. Rapport du Dr Hans-Joachim Kausch du 26 juin 1943 (Occ E-14-11), cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 330. Original: «Juden wurden wie die Wanzen vertilgt». 158. Amin al Husseini, Mudhakkirat al-hajj Muhammad Amin al-Husayni, présenté par Abd Al Karim al Umar, Al Ahali, Damas, 1999, p. 126, cité par Wolfgang G. Schwanitz, «Amin al-Husaini und das Dritte Reich - Neues vom und zum Jerusalemer Großmufti», Kritiknetz.de, 7 avril 2008. Voir également Henry Laurens, La Question de Palestine, Tome deuxième 1922-1947, Une mission sacrée de civilisation, Fayard, 2002, p. 469. 159. D’après le texte original en Allemand, Tribunal international de Nuremberg, PS 1919, vol. XXIX, p. 110-173 (p. 133, 145-146 pour les passages cités) et enregistrement original: US National Archives document, Himmler, Heinrich. "Speech to the SS Officers" ("Rede zu den SS Fuhrern"). Posen, Oct. 4, 1943. Approx. 190 min. Item 242-256, 242-259, 242-257, 242-251, 242-252, 242-249, 242-264, 242-263, 242-250, 242-266, 242-180. 160. Voir Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 253-255. 161. D’après l’original en allemand, Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 167-169. 162. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1995, vol. 10, p. 72, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 670. 163. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 692. 164. Cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 730. Cette vision paranoïaque des Juifs est partagée et diffusée par Haj Amin al-Husseini depuis Berlin. Al-Husseini a fait, le 2 novembre 1943, un discours à Berlin. L'Institut Central Islamique de Berlin en imprime et diffuse la version en Allemand, tandis que le Ministère des Affaires Étrangères en imprime une version Arabe qu’il fait diffuser à des milliers d’exemplaires au Moyen Orient. Husseini y mélange antisémitisme nazi et antisémitisme islamiste. Il déclare: «[les Juifs] vivent comme des éponges parmi les peuples en suçant leur sang, en s’appropirant leurs biens, en minant leurs valeurs tout en exigeant les mêmes droits que les autochtones. Ils veulent tous les avantages sans assumer d’obligations! Tout cela a suscité l’hostilité du monde à leur encontre et la haine des Juifs […] contre tous les peuples depuis deux mille ans». Cette partie proprement nazie de son discours est suivi de son pendant «musulman». Al Husseini explique en effet: «[Les Juifs qui ont] tourmenté le monde depuis la nuit des temps ont été les ennemis des Arabes et de l’Islam depuis son émergence. le Saint Coran a exprimé cette vieille opposition en ces termes ‘vous constaterez que ceux qui sont le plus hostile aux croyants sont les Juifs’. Ils ont tenté d’empoisonner les grands et nobles prophètes. Ils leur ont résisté, leur ont été hostiles, ont intruigé contre eux. Cela se passant il y a 1300 ans. Depuis lors, ils n’ont cessé de tisser des intrigues contre les Arabes et les Musulmans» (cité par Jeffrey Herf, art. cit., p. 732). L’hostilité au sionisme n’est chez Husseini qu’une modalité de son antisémitisme radical. 165. Cité par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 201. Edition française: p. 205. 166. Cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 732-733. 167. «Weekly Review of Foreign Broadcasts, F.C.C., No. 118, 3/4/44, Near and Middle East,» NARA, RG165 MID, «Regional File.» 1922-1944 Palestine, Folder 2930, cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 733. 168. Cité par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und die Juden, Dokumente und Aufsätze, Arani Verlag, Berlin, 1955, p. 185. 169. Robert Ley, «Von Moses bis Stalin», Der Angriff, 19 mars 1944, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 46. 170. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 714. 171. Cités par Benno Müller-Hill, «The idea of the final solution and the role of experts», David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 66-67. La source est le document PS-3319 présenté à Nuremberg. L’original en Allemand est intégralement cité par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Diener, Dokumente, Berlin-Grunewald, Arani Verlags-GmbH, 1956, p. 158-168 (p. 161 pour le passage cité). Disponible en ligne. Une traduction en anglais (approximative) se trouve dans Nazi Conspiracy and Aggression ("Red Series"), Nuremberg, Germany (1945-1946), vol. VI, p. 12-13 pour les passages cités. 172. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 202. Le passage intégral est intéressant par les protestations de bonté qu’Himmler multiplie et pour son côté alambiqué, habituel dans la prose d’Himmler: «Le Führer l’avait annoncé aux Juifs, au début de la guerre ou avant la guerre. “Si vous poussez encore à la guerre les peuples d’Europe, cela ne signifiera pas l’extermination du peuple allemand, mais l’extermination des Juifs.” La question juive est résolue en Allemagne et dans l’ensemble des pays occupés par l’Allemagne. Elle a été résolue sans aucun compromis, conformément au combat pour la vie de notre peuple où il en va de l’existence de notre sang. Je m’en ouvre à vous comme camarades. Nous sommes tous des soldats, quel que soit l’uniforme que nous portons. Vous pouvez comprendre combien il m’a été difficile d’exécuter cet ordre que j’ai reçu en soldat, et auquel j’ai obéi et que j’ai exécuté par sens du devoir et par la plus absolue conviction. Si vous me dites : “nous admettons cela pour les hommes, mais pas pour les enfants”, je dois vous rappeller ce que je disais lors de mes premiers exposés: dans cette confrontation avec l’Asie, nous devons passer par pertes et profits les règles et coutumes des guerres européennes passées, que nous chérissions et préférions de loin. Je pense que nous n’avions pas le droit non plus en tant qu’Allemands, quelque profonde que puisse être notre bonté d’âme, de laisser grandir des vengeurs remplis de haine, que nos enfants et nos petits-enfants auraient été obligés d’affronter plus tard parce que nous, les pères ou les grands-pères, aurions été trop faibles et trop lâches pour leur épargner un tel héritage. (Den Juden war es vom Führer angekündigt worden, bei Beginn des Krieges oder vor dem Kriege: “Wenn ihr noch einmal die europäischen Völker in einen Krieg gegeneinander hetzt, dann wird das nicht die Ausrottung des deutschen Volkes bedeuten, sondern die Ausrottung der Juden.” Die Judenfrage ist in Deutschland und im allgemeinen in den von Deutschland besetzten Ländern gelöst. Sie wurde entsprechend dem Lebenskampf unseres Volkes, der um die Existenz unseres Blutes geht, kompromißlos gelöst. Ich spreche das zu Ihnen als Kameraden aus. Wir sind alle Soldaten, ganz gleich, welchen Rock wir tragen. Sie mögen mir nachfühlen, wie schwer die Erfüllung dieses mir gegebenen soldatischen Befehls war, den ich befolgt und durchgeführt habe aus Gehorsam und aus vollster Überzeugung. Wenn Sie sagen: ”Bei den Männern sehen wir das ein, nicht aber bei Kindern”, dann darf ich an das erinnern, was ich in meinen ersten Ausführungen sagte. In dieser Auseinandersetzung mit Asien müssen wir uns daran gewöhnen, die Spielregeln und die uns lieb gewordenen und uns viel näher liegenden Sitten vergangener europäischer Kriege zur Vergessenheit zu verdammen. Wir sind in E. auch als Deutsche bei allen so tief aus unserer aller Herzen kommenden Gemütsregungen nicht berechtigt, die haßerfüllten Rächer groß werden zu lassen, damit dann unsere Kinder und unsere Enkel sich mit denen auseinandersetzen müssen, weil wir, die Väter oder Großväter, zu schwach und zu feige waren und ihnen das überließen.»)». Une autre traduction est proposée dans la version française de l’ouvrage citée, Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 206. 173. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 203: «Eine andere Frage, die maßgeblich für die innere Sicherheit des Reiches und Europas war, ist die Judenfrage gewesen. Sie wurde nach Befehl und verstandesmäßiger Erkenntnis kompromißlos gelöst. [Applaus] Ich glaube, meine Herren, daß Sie mich so weit kennen, daß ich kein blutrünstiger Mensch bin und kein Mann, der an irgendetwas Hartem, was er tun muß, Freude oder Spaß hat. Ich habe aber andererseits so gute Nerven und ein so großes Pflichtbewußtsein — das darf ich für mich in Anspruch nehmen —, daß ich dann, wenn ich eine Sache als notwendig erkenne, sie kompromißlos durchführe. Ich habe mich nicht für berechtigt gehalten — das betrifft nämlich die jüdischen Frauen und Kinder —, in den Kindern die Rächer groß werden zu lassen, die dann unsere Väter und unsere Enkel umbringen. Das hätte ich für feige gehalten. Folglich wurde die Frage kompromißlos gelöst.»). La suite du discours est également intéressante: «Cependant, en ce moment même — c’est sans précédent dans cette guerre —, nous conduisons des Juifs mâles de Hongrie en camps de concentration: 100000 pour commencer, puis 100000 autres, qui seront affectés à la construction d’usines souterraines. Mais pas un seul d’entre eux ne sera aperçu par le peuple allemand. Je suis cependant convaincu que j’aurais vu d’un sale oeil le front à l’est du Gouvernement Général, si nous n’avions pas résolu la question juive dans ce secteur, si existaient encore le ghetto de Lublin et surtout le ghetto géant de Varsovie, avec ses 500000 personnes, dont le nettoyage, messieurs, nous a coûté l’année dernière, cinq semaines de combats de rue, avec des chars et de toutes sortes d’armement. A l’intérieur de ce Ghetto clôturé, nous avons pris d’assaut environ 700 maisons bunkeriséés. (Zur Zeit allerdings — es ist eigenartig in diesem Krieg — führen wir zunächst 100000, später noch einmal 100000 männliche Juden aus Ungarn in Konzentrationslager ein, mit denen wir unterirdische Fabriken bauen. Von denen aber kommt nicht einer irgendwie in das Gesichtsfeld des deutschen Volkes. Eine Überzeugung aber habe ich, ich würde für die im Osten des Generalgouvernements aufgebaute Front schwarz sehen, wenn wir dort die Judenfrage nicht gelöst hätten, wenn also das Ghetto in Lublin noch bestünde und das Riesenghetto mit 500.000 Menschen in Warschau, dessen Bereinigung, meine Herren, uns im vorigen Jahr fünf Wochen Straßenkampf gekostet hat mit Panzerwagen und mit allen Waffen, wo wir inmitten dieses abgezäunten Ghettos rund 700 Häuserbunker gestürmt haben)». 174. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 203-204. Le passage mérite d’être cité dans son intégralité: «Il était nécessaire de résoudre également une autre question importante. Ce fut la tâche la plus affreuse et la mission la plus terrible qui furent jamais assignées à une organisation: la mission de résoudre la question juive. J’ai également quelques paroles à adresser en toute franchise à ce cercle. Il est bon que nous ayons eu la force d’exterminer les Juifs sur notre territoire. Ne vous demandez pas à quel point cela fut pénible, même si en tant que soldats, je dois dire que vous êtes capable de comprendre à quel point il est difficile d’exécuter un tel ordre. Vous voyez cependant à la lumière d’un examen critique, en tant que soldat ne pensant qu’à l’Allemagne, que la conclusion logique à tirer est que cela était nécessaire. Rien que les bombardements auraient été insupportables si nous avions eu encore le peuple juif dans nos villes. J’ai aussi la conviction que nous n’aurions pas pu tenir le front à Lemberg dans le Gouvernement Général, si les grands ghettos de Lemberg, de Cracovie, de Lublin et de Varsovie avaient encore existé. Au moment où nous avons vidé le dernier grand ghetto à Varsovie — je vous indique le chiffre en toute sérénité — de plus de 500000 Juifs après cinq semaines de combats de rue à l’été 1943, ce fut vraiment le point final. […] Je veux également répondre à une question que vous devez sûrement aussi vous poser. Cette question, la voici: oui, certes, que vous tuiez les Juifs adultes, je le comprends, mais les femmes et les enfants, comment pouvez vous...? — il faut que je vous dise quelque chose: un jour, les enfants seront devenus grands. Voulons nous pousser l’indécence jusqu’à dire: non, non, nous sommes trop faibles pour faire ça, mais nos enfants, eux, pourront s’en occuper. Ils devront lutter à leur tour. Alors, la haine juive de ces vengeurs, petits aujourd’hui et plus tard devenus grands s’en prendra à nos enfants et petits-enfants, de telles sorte qu’ils devront une nouvelle fois résoudre ce problème. Je suis convaincu que cela se produirait ainsi, même si Hitler ne survivait pas. Non, nous ne pouvons pas répondre cela. Ce serait être lâche et c’est pour cela que nous préférons une solution nette, aussi dure doit-elle.» («Eine andere große Frage war noch notwendig zu lösen. Es war die furchtbarste Aufgabe und der furchtbarste Auftrag, den eine Organisation bekommen konnte : der Auftrag, die Judenfrage zu lösen. Ich darf dies auch in diesem Kreis wieder in aller Offenheit mit ein paar Sätzen sagen. Es ist gut, daß wir die Härte hatten, die Juden in unserem Bereich auszurotten. Fragen Sie nicht, wie schwer das war, sondern haben Sie als Soldaten — ich möchte fast sagen - Verständnis dafür, wie schwer ein solcher Befehl durchzuführen ist. Ziehen Sie aber auch bei kritischster Prüfung, nur als Soldaten für Deutschland denkend, den logischen Schluß, daß es notwendig war. Denn allein der Bombenkrieg wäre nicht durchzuhalten wenn wir das jüdische Volk noch in den Städten gehabt hätten. Ich habe auch eine Überzeugung, die Front bei Lemberg im Generalgouvernement nicht zu halten gewesen, wenn die großen Ghettos in Lemberg, in Krakau, in Lublin und in Warschau noch da gewesen wären. Der Zeitpunkt, zu dem wir das letzte große Ghetto in Warschau — ich nenne Ihnen ruhig die Zahl — mit über 500.000 Juden in fünf Wochen Straßenkämpfen ausgeräumt haben im Sommer 1943, war gerade der letzte Zeitpunkt. […] Ebenso will ich auch gleich einen Gedanken, der sicherlich gedacht wird, gleich beantworten. Die Frage heißt: Ja, wissen Sie, daß Sie die erwachsenen Juden umbringen, das verstehe ich, aber wie können Sie die Frauen und Kinder…? — Da muß ich Ihnen etwas sagen: Die Kinder werden eines Tages groß werden. Wollen wir so unanständig sein, daß wir sagen: nein, nein, dazu sind wir zu schwach dazu, aber unsere Kinder, die können sich mit ihnen mal abgeben. Die sollen das auch einmal auskämpfen. Daß dann dieser jüdische Haß heute kleiner und später groß gewordener Rächer sich an unseren Kindern und Enkeln vergreifen, daß sie neumal das Problem zu lösen haben. Dann haben überzeugt, wenn kein Adolf Hitler überlebt. Nein, das können wir nicht beantworten. Das wäre feige gewesen und deswegen haben wir eine klare Lösung vorgezogen, so schwer wie sie war.»). Une autre traduction est proposée dans la version française de l’ouvrage citée, Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 207. 175. Cité par Sybille Steinbacher, "Musterstadt" Auschwitz. Germanisierungspolitik und Judenmord in Ostoberschlesien (Darstellungen und Quellen zur Geschichte von Auschwitz, Institut für Zeitgeschichte, Band 2), K. G. Saur Verlag, Munich, 2000, p. 302. Également cité par Gerald Reitlinger, Endlösung: Hitlers Versuch der Ausrottung der Juden Europas, 1939-1945, Colloquium Verlag, 1956, p. 321. Cette citation se trouve également, en Anglais, dans Sybille Steinbacher, «In the Shadow of Auschwitz. The Murder of the Jews of East Upper Silesia», in Ulrich Herbert (ed.), National Socialist Etermination Policy. Contemporary German Perspectives and Controversies, Bergham Books, 2000, p. 293. 176. Rapport reproduit dans Hans-Adolf Jacobsen (éd.), Opposition gegen Hitler und der Staatsstreich vom 20. Juli 1944.Geheime Dokumente aus dem ehemaligen Reichssicherheitshauptamt, Stuttgart, Mundus Verlag, 1989, vol. 2, p. 449-450, cité par Jeremy Noakes et Geoffrey Pridham (éd.), Nazism 1919-1945. A documentary reader, University of Exceter Press, 1998, vol. 4, p. 633 (doc. 1366). On trouvera une traduction en français d’autres passages du même rapport dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 776-777. 177. David Bankier, «German public awareness of the Final Solution» David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 215. 178. «In Oberschlesien haben sie Leute einfach fabrikmässig abgeschlatet. In einer großen Halle sind sie vergast worden […] Über diesen Dingen schwebt tiefes Geheimnis». CSDIC (UK) SR Report, SRGG 1093(C) [TNA, WO 208/4169], cité par Volker Ullrich über Sönke Neitzel, Abgehört - Deutsche Generäle in britischer Kriegsgefangenschaft 1942 - 1945, Propyläen Verlag, Berlin, 2005, p. 177 (document 120, p. 176). Il s’agit de la retranscription de 167 de ces conversations. Cet ouvrage a fait l’objet d’une traduction en anglais: Tapping Hitler’s Generals. Transcripts Of Secret Conversations 1942-45, edited by Sonke Neitzel with an introduction by Ian Kershaw, Barnsley, St. Paul (Frontline Books, MBI Publishing), 2007. On trouvera une recension en français de cette traduction par Olivier Wieviorka, dans Francia-Recensio, 2008 no. 1. Voir également Andrew Roberts, «The Genocide Generals: secret recordings explode the myth they knew nothing about the Holocaust», Daily Mail, 21 juillet 2007. En ligne.

L’extermination au jour le jour dans les documents contemporains

Une compilation de citations pour PHDN,
par Gilles Karmasyn


Il y a abondance et surabondance des preuves de l’extermination des Juifs d’Europe. Les nazis n’ont cessé d’en parler, d’écrire qu’ils la souhaitaient et qu’ils allaient l’accomplir, qu’ils l’accomplissaient, qu’ils l’avaient accomplie. On dispose également des déclarations contemporaines d’Allemands ordinaires qui consignaient dans des journaux personnels ou des lettres ce dont ils avaient été témoins ou ce que des témoins leur avaient rapporté, ou encore de documents émanant des propres alliés des nazis. Au fil de ses lectures, l’auteur a relevé les plus marquantes de ces déclarations et de ces notes (les propos d’Hitler sont traités ailleurs). En voici plus de cent cinquante… Les passages mis en gras l’ont été par l’auteur de cette page.

Voir la liste des citations…

Cacher la liste des citations…

Das Schwarze Korps24 novembre 1938Anéantissement total de la Juiverie
Robert Ley10 mai 1939Annihilation du Juif dans le monde entier
Walter Grossseptembre 1939Mort du Juif en Europe
Seyss-Inquartseptembre 1939Infliger aux Juifs de très lourdes pertes
Hans Francknovembre 1939Plus il en mourra…
Wilhelm Metznovembre 1939La nécessaire extermination des Juifs
Eduard Könekampdécembre 1939L’anéantissement de cette sous-humanité…
Robert Leydécembre 1939C’est aux Juifs d’être exterminés
Albrecht Haushofer13 décembre 1939Laisser les Juifs mourir de froid et de faim
Odilo Globocnik16 février 1940Qu’on les laisse crever de faim
Alexander Palfinger7 novembre 1940La mort des Juifs…
Soldat E. 17 novembre 1940Rien ne justifie qu’ils vivent sur la terre
Jean Mamy14 mars 1941Mort au Juif. Une bête puante, des poux
caporal W. H. 28 mai 1941Les Juifs doivent disparaître de la surface de la terre
Robert Ley22 juin 1941Nous anéantirons le Juif
Reinhard Heydrich29 juin 1941Il faut provoquer des pogroms
Un policier7 juillet 1941Les Juifs sont du gibier
Wilhelm Ritter von Leeb8 juillet 1941La stérilisation de tous les hommes juifs
Einsatzgruppe B13 juillet 1941Les actions de liquidation des Juifs
Rolf Heinz Höppner16 juillet 1941La solution la plus humaine, liquider les Juifs
Caporal-chef G. B18 juillet 1941Les Roumains fusillent tous les Juifs
Un officier de la 221e28 juillet 1941L’éradication de la Juiverie
Heinrich Himmler1er août 1941Tuer tous les Juifs
Joseph Goebbels7 août 1941Il faut liquider les Juifs
Un policier7 août 1941Les Juifs sont en train d’être totalement exterminés
Major von Payr11 août 1941Éliminées plus tard par gazage
Joseph Goebbels19 août 1941Les Juifs sont en train de payer le prix
Einsatzgruppe C20 août 19414500 Juifs liquidés pour un milicien tué
Colonel Riedl21 août 1941L’extermination des femmes et des enfants juifs [est] urgente
Lieutenant Vicky Hillard21 août 1941Des milliers de Juifs sont passés par les armes
Hans Gewecke3 septembre 1941Liquider tous les Juifs
Einsatzgruppe C10 septembre 1941Liquidation finale des juifs de Zhitomir, 3145 abattus
Franz Rademacher13 septembre 1941Eichman propose de fusiller les Juifs
Harald Turner17 octobre 1941Juifs fusillés, la question juive se résoud, ils doivent disparaître
Martin Luther2 octobre 1941Élimination de 8000 Juifs
Général Thomas4 octobre 1941Les Juifs sont massacrés en masse
Walter Mattner5 octobre 1941Les nourrissons volaient
Maréchal Walter von Reichenau10 octobre 1941Un châtiment aux sous-hommes juifs
Walter Stahleker15 octobre 1941L’élimination la plus large possible des Juifs
Roumanie17 octobre 1941Le but de l’action est la liquidation de ces Juifs
Dr. Jost Walbaum16 octobre 1941Deux méthodes, les Juifs meurent de faim ou nous les fusillons
Otto Wächter20 octobre 1941Une solution radicale de la question juive
Paul Wurm23 octobre 1941La vermine juive sera exterminée par des mesures spéciales
Dr. Erhard Wetzel25 octobre 1941Les Juifs qui sont inaptes au travail doivent être supprimés
Joseph Goebbels2 novembre 1941Il faut exterminer les Juifs d’une manière ou d’une autre
Hans Rademacher7 novembre 1941Les mâles juifs auront tous été exécutés
Harald Turner11 avril 1942J’ai fait fusiller tous les Juifs
Harald Turner29 août 1942La question juive est liquidée
Joseph Goebbels16 novembre 1941La juiverie est en train de subir l’annihilation
Alfred Rosenberg18 novembre 1941L’éradication biologique de la Juiverie en Europe
Karl Jäger1er décembre 1941137346 Juifs liquidés
Heinrich Himmler12 décembre 1941La mort pour les ennemis du peuple allemand
Joseph Goebbels12 décembre 1941La destruction des Juifs […] ils doivent le payer de leur vie
Alfred Rosenberg16 décembre 1941L’extermination des Juifs
Hans Frank16 décembre 1941Nous devons anéantir les Juifs, où que nous les trouvions
Maréchal Antonescu16 décembre 1941Ils peuvent tous mourrir
Denis H.18 décembre 1941L’extermination, l’anéantissement et la déportation
Heinrich Himmler18 décembre 1941Question juive, à exterminer comme partisans
Alfred Rosenberg21 décembre 1941Les Juifs sont des bacilles qui doivent être radicalement anéantis
Julius Streicher25 décembre 1941Une solution: l’extermination de cette race
Rudolf Langedébut 1942Une solution radicale à travers l’exécution de tous les Juifs
Gottlob Berger22 janvier 1942Les Juifs doivent disparaître de la surface de la terre
Otto Schulz-Du Boisjanvier 1942Le Fürhrer a dit "je dois le faire"
Mgr Benning5 février 1942L’intention est d’exterminer entièrement les Juifs
Robert Ley6 février 1942Les Juifs doivent être et seront exterminés
Walter Stahlekerfévrier 1942L’élimination la plus complète possible des Juifs
Joseph Goebbels18 février 1942La race juive doit être exterminée
Joseph Goebbels6 mars 1942Les Juifs doivent être liquidés
Giuseppe Burzio9 mars 1942En condamner une grande partie à une mort sûre
Adolf Wagner16 mars 1942Nous anéantissons le Juif
Joseph Goebbels27 mars 194260 pour cent d’entre eux devront être liquidés
Louis Sadosky25 avril 1942La destruction complète et à jamais de la race juive
Dr. Erhard Wetzel27 avril 1942Ne pas liquider les Polonais comme les Juifs
Sicherheitsdienst Erfurt30 avril 1942La Police de Sécurité a pour tâche d’exterminer les Juifs
Volk und Rassemai 1942Exiger l’anéantissement total de la Juiverie
Pierro Scavizzimai 1942Le massacre des Juifs d’Ukraine est maintenant presque achevé
Robert Ley10 mai 1942Les déplacer ne suffit pas, on doit les exterminer
Theodor Dannecker13 mai 1942Une solution finale de la question juive ayant pour but l’anéantissement total
August Becker16 mai 1942Le gazage n’est pas effectué correctement
Robert Ley20 mai 1942Il faut éliminer complètement le Juif
Joseph Goebbels23 mai 1942La liquidation personnelle des Juifs
Robert Ley24 mai 1942La guerre se terminera avec l’extermination des Juifs
Joseph Goebbels28 mai 1942Plus on éliminera de gens de cette sale race
Robert Ley6 juin 1942Les Juifs paieront par l’extermination de leur race
Joseph Goebbels14 juin 1942Les Juifs nous le paieront par l’extermination de leur race
Wilm Hosenfeld23 juin 1942Il y a une entreprise d’extermination des Juifs qui est en cours
La Voix de l'Arabisme Libre7 juillet 1942Tuez les Juifs, anéantissez les
Philipp Bouhler10 juillet 1942Une solution de la question juive allant jusqu’aux ultimes conséquences
Un rapport18 juillet 1942Fusiller 1300 Juifs
Theodor Dannecker20 juillet 1942Les Juifs se trouvant à la merci des Allemands courent à leur total anéantissement
Adolf Eichmann26 juillet 1942Les aptes seront mis au travail, et le reste sera soumis au traitement spécial
Wilhelm Kube31 juillet 1942Nous avons liquidé au cours des dix dernières semaines environ 55000 Juifs
Karl Ingve Vendel20 août 1942L’objectif est leur extinction à tous
Robert Ducci18 août 1942Livrer les Juifs de Croatie aux Allemands: leur liquidation
Wilhelm Cornides31 août 1942Belzec, c’est le gaz
Sous-officier H. H.2 septembre 1942L’extermination et l’anéantissement des Juifs sont la seule solution
Otto Hofmannseptembre 1942Les Juifs n’existeront peut-être plus
Hitler30 septembre 1942La juiverie sera exterminée
Helmuth von Moltke10 octobre 19426000 personnes sont "traitées" chaque jour dans ces fours
Constantin von Dietzenovembre 1942tués systématiquement parce qu’ils étaient d’ascendance juive
Giuseppe Pieche4 novembre 1942Ils sont éliminés au moyen de gaz toxiques
Giuseppe Pieche14 novembre 1942Livrer les Juifs, c’est les condamner à mort
Luca Pietromarchi27 novembre 1942Les Allemands continuent impertubablement à massacrer les Juifs
Arthur Greiser1er mai 1942Faire exterminer les cas de tuberculose, comme les Juifs
Heinrich Himmler27 juin 1942D’accord pour le traitement spécial des tuberculeux, le plus discret possible
Wilhelm Hagen7 décembre 1942Traiter les tuberculeux de la même façon que les Juifs: les tuer
Soldat S. M.7 decémbre 1942Les Juifs arrivent à Auschwitz puis meurent d’une "mort héroïque"
Hans Frank9 décembre 1942Préparer tous les Juifs à l’anéantissement
Heinrich Kinna10 décembre 1942Les Polonais doivent mourir naturellement, contrairement aux mesures appliquées aux Juifs
Joseph Goebbels14 décembre 1942La juiverie doit payer pour ses crimes par l’anéantissement de la race juive
Max Frauendorfer20 décembre 1942Continuels massacres en masse des Juifs, indescriptibles
Josef Sommerfeldt1943Résoudre la question juive: l’expulsion ou la destruction physique
Robert Ley1943Les Juifs sont anéantis en Europe
Karl Dürkefeldenjanvier 1943Les Juifs sont pour partie fusillés, pour partie gazés
Luca Pietromarchi2 février 1943À la fin de 1943, il n’y aura plus un seul Juif vivant en Europe
Capitaine Lucio Merci21 mars 1943Les Juifs de Salonique sont éliminés
Giuseppe Bastianini31 mars 1943Le sort qui attend les Juifs: tous gazés sans distinction
Friedrich Gollert29 mars 1943Traiter les Polonais comme les Juifs: les exterminer
Otto Dietrich2 avril 1943L’extermination des Juifs n’est pas une perte
Heinrich Himmler24 avril 1943Éliminer les Juifs comme des poux
Dino Alfieri3 mai 1943 Même les SS parlent d’exécutions en masse
Herbert Backe7 mai 1943Dans un discours d’Hitler: Les Juifs doivent être exterminés en Europe
Joseph Goebbels13 mai 1943Pour Hitler, Les peuples modernes n’ont d’autre solution que d’exterminer les Juifs
Eberhard von Thadden15 mai 1943Il leur montra une chambre à gaz dans laquelle des juifs avaient été mis à mort
Ulrich von Hassel15 mai 1943Des centaines de milliers de Juifs sont gazés dans des installations spéciales
Jürgen Stroop24 mai 19436929 Juifs anéantis par transport vers Treblinka
Max Täubner24 mai 1943Les Juifs doivent être exterminés et un Juif tué n’est jamais une perte
Hans-Johachim Kausch26 juin 1943Les Juifs ont été exterminés comme des punaises
Heinrich Himmlerété 1943Nous en avons déjà exterminé près de trois millions
Heinrich Himmler4 octobre 1943Le peuple juif est en train d’être exterminé
Heinrich Himmler6 octobre 1943Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre
Joseph Goebbels9 octobre 1943La solution la plus dure et la plus extrême: exterminer les Juifs radicalement
Eitel Friedrich Möllhausen6 octobre 1943Ordre de Berlin: liquider les Juifs de Rome
La Voix de l’Arabisme Libre3 novembre 1943La race juive doit être exterminée
Heinrich Himmler16 décembre 1943J’ai systématiquement donné l’ordre de tuer également les femmes et les enfants
La Voix de l’Arabisme Libre29 janvier 1944La race juive doit être détruite
Haj Amin al-Husseini1er mars 1944Tuez les Juifs où que vous les trouviez
Hans Frank4 mars 1944Les Juifs sont une race qui doit être exterminée
Robert Ley19 mars 1944Pas de repos jusqu’à ce que Judah soit complètement annihilé et exterminé
Miklos Horthy19 mars 1944On me reproche de ne pas avoir permis que les Juifs soient massacrés
Alfred Six4 avril 1944Le rôle politique et biologique de la Juiverie est terminé en Europe
Heinrich Himmler5 mai 1944L’extermination des Juifs... les enfants, nous n’avions pas le droit de les laisser grandir
Heinrich Himmler24 mai 1944Ne pas laisser grandir les enfants juifs
Heinrich Himmler21 juin 1944Il est bon que nous ayons eu la force d’exterminer les Juifs
Fritz Bracht6 septembre 1944Réinstallé c’est-à-dire éliminé
Peter Yorck von Wartenburg16 octobre 1944Les mesures d’extermination contre les Juifs outrepassent le droit et la justice
Un soldatnovembre 1944Les meurtres bestiaux commis par nos SS en Russie
Lt-Gl Heinrich Kittel24 décembre 1944[A Auschwitz] ils étaient gazés

Cacher la liste des citations…


 

Das Schwarze Korps, le journal officiel de la SS qui diffusait, à ce moment là, à plus de 500000 exemplaires1, publie en première page dans son numéro 47 du 24 novembre 1938, deux semaines après les progroms de la Nuit de Cristal, un article intitulé «Les Juifs, et maintenant?» (Juden, was nun?). Cet article constitue un véritable programme, annonçant l’extermination à venir. Déclinant les accusations antisémites habituelles de sabotage de l’économie, de bellicisme et d’incitation aux meurtres, Das Schwarze Korps préconise une «solution totale de la question juive», consistant d’une part en une «élimination des Juifs de l’économie allemande», d’autre part en une expulsion des Juifs des maisons allemandes vers des quartiers réservés, sans aucun contact avec les «Allemands» (c’est-à-dire les Allemands non juifs), et surtout en les privant explicitement de tout moyen de subsistance. Compte tenu des obsessions antisémites nazies, Das Schwarze Korps en tire les conséquences logiques:

«Une fois qu’il vivra dans un isolement complet, ce peuple de parasites s’appauvrira, car il ne peut ni ne veut travailler lui-même. […] Ils tomberont tous inévitablement dans la criminalité à cause des dispositions de leur race. Mais que personne ne croie alors que nous pourrons regarder tranquillement un tel développement. Le peuple allemand n’a aucune envie de tolérer sur son territoire des centaines de milliers de criminels qui non seulement voudraient assurer leur existence par le crime, mais encore chercheraient à se venger! Nous avons encore moins envie que ces centaines de milliers de Juifs miséreux deviennent un repaire du bolchevisme et un refuge pour la sous-humanité politico-criminelle qui, par un processus naturel d’élimination, se détache de notre propre peuple. […]. A ce stade d’une telle évolution, nous nous trouverions en face de la dure nécessité d’exterminer (auszurotten) les bas fonds juifs de la même façon que nous avons l’habitude d’exterminer les criminels dans notre État: par le fer et par le feu. Le résultat en serait la disparition effective et définitive de la Juiverie en Allemagne, son anéantissement total (seine restlose Vernichtung)!»2

Cet article est tout à fait remarquable. Dans des passages non traduits ici, il est déploré que les nazis ne se soient pas occupés du «problème juif» le plus brutalement possible dès 1933 et l’auteur de l’article constate qu’une telle action est désormais possible. L’article recourt à tous les poncifs antisémites nazis et en déduit un programme qui aboutit logiquement à l’extermination. Ce que Das Schwarze Korps annonce pour l’Allemagne est presque exactement ce qui se produira, à l’échelle européenne, malgré les chemins tortueux empruntés par les persécutions anti-juives: séparation des populations juives, privées de tout moyen de subsistance, concentration, anéantissement. Il n’est pas ici question d’«expulsion» hors d’un territoire donné, mais bien de destruction; les expressions utilisées sont explicites, «par le fer et par le feu», «extermination», «anéantissement total» (restlose Vernichtung, qu’on retrouvera plus tard lors du déroulement même du génocide). Il y aura deux différences notables: d’une part les nazis mettront les Juifs en esclavage, exécutant rapidement les «inaptes au travail», se débarrassant au fur et à mesure des Juifs épuisés, avant d’anéantir tous les Juifs sans distinction; d’autre part, les nazis «exporteront» l’assassinat des Juifs des pays d’Europe de l’ouest dans les centres de mise à mort industrielle de l’Est plutôt que des les assassiner sur place. Dans la SS, les cadres idéologiques et mentaux du génocide étaient en place dès avant la guerre.



 

Robert Ley était l’un des principaux dignitaires nazis. Entré au NSDAP dès 1925, il était directeur du Front du Travail (le DAF, pour Deutsche Arbeitsfront), émanation du parti nazi qui s’était substitué en 1933 à l’ensemble des syndicats dissous. Antisémite virulent, il a explicité avant même le début de la guerre le fantasme d’extermination qui imprégnait l’idéologie nazie. Le 10 mai 1939, plusieurs mois avant la guerre déclenchée par l’Allemagne nazie, il prononce un discours à Innsbruck, en Autriche. Ce discours diffusé à la radio a été conservé. Ley, après avoir glosé sur le combat contre les Juifs qu’il faut mener «jusqu’au bout», précise sa pensée:

«Le Juif ne saurait être anéanti seulement dans notre peuple, au contraire nous ne trouverons aucun repos avant que le Juif ait été anéanti dans le monde entier. [applaudissements] [Il faut] que les gens sains soient fanatiques et impitoyables, jusqu’à ce qu’ils l’aient [le Juif] anéanti. (Der Jude kann nicht allein in unserem Volke vernichtet sein, sondern wir dürfen nicht eher ruhen und rasten bis der Juden in der ganzen Welt vernichtet ist. Darüber gibt es nicht keinen Zweifel. [Beifall] […] dann werden gesunde Menschen zäh und fanatish sein - bis sie ihn vernichtet haben)»3

On remarquera les applaudissements et le martèlement du mot «vernichten», qui signifie anéantir, annihiler, exterminer et pas du tout d’une façon imagée.



 

En 1939, Walter Gross, Directeur du Bureau pour la Politique Raciale du parti nazi fit un discours lors de l’inauguration de l’Institut de Recherche sur les Questions Juives de Francfort. Remarquant que jusqu’alors les tentatives de détruire physiquement les Juifs n’avaient pas été systématiques et souvent mal accueillies, il conclut:

«En ce qui concerne la présence du Juif en Europe, nous pensons que l’heure de sa mort est irrévocablement arrivée»4



 

À la fin octobre 1939, l’extermination systématique des Juifs n’était pas encore officiellement à l’ordre du jour. Cependant, les plans de déplacement et de concentration des populations juives se succédaient, dont un qui prévoyait de faire de la région de Lublin, en Pologne, une «réserve» juive. Les conséquences d’une forte concentration dans cette région marécageuse n’échappaient pas aux officiels nazis. A l’issue dl’une tournée en Pologne en novembre 1939, le Reichsministers Seyss-Inquart rédige un rapport dans lequel il écrit:

«Cette région [Lublin], compte tenu de son caractère fortement marécageux, pourrait […] servir de réserve pour les Juifs, ce qui serait peut-être un moyen d’infliger aux Juifs des pertes très importantes.»5

De tels propos s’inscrivent dans un contexte déjà mortifère. Dès le 20 octobre, le ministère de la propagande avait distribué un bulletin «confidentiel» à la presse l’informant que 20000 Juifs de Lodz devraient se rendre dans la région de Lublin, mais que «aucune infrastructure de subsistance n’était prévue pour cette migration de masse.»6



 

Dans ce contexte d’un premier plan de concentration dans une région insalubre, Hans Frank, depuis peu chef du Gouvernement général, exprimait sa satisfaction lors d'un discours fait à des collaborateurs le 25 novembre 1939 à Radom:

«Quel plaisir d’être, finalement, capable de s’attaquer à la race juive physiquement. Plus il en mourra, le mieux ce sera (Eine Freude, endlich einmal die jüdische Rasse körperlich angehen zu können. Je mehr sterben, um so besser).»7



 

Wilhelm Metz, Chef de la Police de la région industrielle de haute Silésie mentionne, dans un rapport rédigé en décembre 1939:

«[le] combat contre les Juifs, dont la nécessaire extermination est ici des plus urgente ([der] Kampf gegen die Juden, deren Ausrottung hier dringend notwendig ist)»8



 

En décembre 1939, Eduard Könekamp, écrit de Pologne à ses collègues de l’Institut allemand pour l’étranger:

«Beaucoup d’Allemands voient pour la première fois de leur vie de telles masses de Juifs. Les “ghettos” sont les plus crasseux qu’on puisse s’imaginer. […] L’anéantissement de cette sous-humanité serait de l’intérêt du monde entier. Cet anéantissement est un problème des plus ardus. On ne peut le réaliser par des exécutions. Et on ne peut pas faire fusiller des femmes et des enfants. Ici ou là, on mise sur les pertes lors de déportations, ainsi sur le transport de 1000 juifs parti en mars de Lublin, 450 seraient morts. […] Tous les services qui s’occupent de la question juive voient clairement l’insuffisance de ces mesures. Mais la solution de ce problème compliqué n’a pas encore été trouvée.»9

On notera que le mot utilisé pour «anéantissement» est dans la version originale «Vernichtung». Compte tenu des propos de Könekamp, il est clair que la Vernichtung des Juifs signifie leur mise à mort collective, leur destruction physique complète. Les exécutions par balles mentionnées, bien qu’exclues explicitement en décembre 1939, seront considérées comme utilisables moins de deux ans plus tard et seront utilisées y compris contre les femmes et les enfants.



 

En décembre 1939, Robert Ley fait un discours à Lodz, en Pologne occupée. Il y développe une thématique qui ne cessera d’être déclinée par la propagande nazie: la guerre est voulue par les Juifs et une défaite allemande signifierait une victoire juive dont la conséquence serait l’extermination des Allemands par les Juifs. De très nombreux discours et articles seront diffusés pendant toute la guerre donnant le détail des atrocités que commettraient les Juifs contre les Allemands si l’Allemagne était défaite. Peu importait que «les Juifs», en réalité, n’avaient aucune part active au conflit mondial, sauf dans l’imaginaire fanatiquement antisémite et paranoïaque des nazis. Ce qui est intéressant c’est que les nombreuses descriptions des «atrocités juives» à venir, contre les Allemands, sont en fait une description très exacte de ce que les nazis projetaient de faire subir aux Juifs et leur ont fait subir. Robert Ley donc, déclarait publiquement en décembre 1939:

«Nous les Allemands savons que si l’Angleterre était victorieuse, le peuple allemand serait exterminé tout entier, hommes, femmes et enfants. Nous le savons. Le Juif pataugerait dans le sang. Il érigerait des bûchers pour nous y brûler […] Mais nous les en empêcherons. C’est au contraire eux qui vont crâmer, eux qui vont brûler, eux qui vont crever de faim, eux qui seront exterminés. (Wir Deutschen Wissen, wenn England siegen würde, würde das deutsche Volk mit Mann und Frau und Kind und Kegel ausgerottet werden. Das wissen wir. Der Jude würde im Blute waten. Es würden Scheiterhaufen errichtet werden, auf denen sie uns verbrennen wurden […] Nein, das wollen wir ihnen verwehren. Da sollen sie lieber schmoren, sie lieber verbrennen, sie lieber verhungern, sie lieber ausgerottet werden)»10

Une salve d’applaudissements et de «Sieg Heil» ponctue cette sortie… Pour ce qui est des accusations portées par la propagande nazie contre les Juifs, projets de domination mondiale et d’extermination notamment, pures projections illustrant exactement ce que tentèrent et réalisèrent les nazis, voir Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006.



 

Albrecht Haushofer, membre du bureau de l’information du ministère des affaires étrangères écrit à sa mère le 13 décembre 1939:

«Je suis à table avec l’homme dont la tâche sera de faire en sorte qu’un nombre significatif de Juifs transportés d’Allemagne dans le ghetto de Lublin y meurent de froid et de faim (Ich sitze am Tisch mit dem Mann, dessen Aufgabe es sein wird, im Lubliner Juden-Ghetto programmgemäß einen großen Teil der dorthin zu verfrachtenden deuschen Juden erfrieren und verhungern zu lassen).»11



 

En février 1940, 1800 Juifs des villes allemandes de Stettin et Schneidemühl furent déportés vers Lublin, en Pologne, où rien n’était prévu pour les accueillir. Le chef, récemment nommé, de la police et de la SS du disctrict de Lublin, Odilo Globocnik déclara à ce sujet le 16 février 1940:

«[les] Juifs évacués devaient se nourrir par leur propres moyens et être entretenus par leurs compatriotes, car ces Juifs avaient assez [de vivres]. Si cela ne marchait pas, qu’on les laisse crever de faim (Falls dies nicht gelänge, sollte man sie verhungern lassen).»12

Hans Frank fait une déclaration semblable le 23 avril 1940 lors d’une réunion avec le Secrétaire d’État responsable des approvisionnements, Herbert Backe; il déclare alors:

«Je n’ai absolument rien à faire des Juifs. Qu’ils aient ou non de quoi se nourrir est la dernière chose au monde qui m’importe.»13



 

Le 7 novembre 1940, Alexander Palfinger, adjoint au responsable des affaires du Ghetto de Lodz, Hans Biebow, rédige un rapport dont voici un passage:

«La mort rapide des Juifs nous est complètement indifférente, sinon souhaitable, pour peu que ses effets concommitants n’affectent pas les intérêts du peuple allemand. Dans la mesure, cependant, où ces gens doivent être mis au service de l’Etat, selon les instructions du Reichsführer SS [Himmler], les conditions les plus primitives doivent être créées à cette fin.»14

Dans une note du 30 octobre 1940, Palfinger écrivait déjà, concernant les épidémies dont les Juifs pouvaient souffrir, que:

«La tuberculose et les autres maladies infantiles non-infectieuses, ainsi que les autres maladies qui entraînent une élévation rapide du taux de mortalité, n’intéressent pas les autorités allemandes.»15



 

Comme on le verra à plusieurs reprises, l’antisémitisme nazi ne touchait pas que les idéologues ou les dignitaires du régime. Voici les observations du soldat E. dans une lettre envoyée de Pologne le 17 novembre 1940:

«Quand on regarde ces gens, on retire l’impression que rien vraiment ne justifie qu’ils vivent sur la terre de Dieu»16.



 

En France aussi sévissait parmi les collaborationnistes un antisémitisme déchaîné, se déchaînant publiquement, appelant publiquement à l’extermination des Juifs. Le cinéaste Jean Mamy outre ses activités d’écriture, était un indicateur de la Gestapo (rémunéré) à laquelle il livrait des Juifs ou des résistants de réseaux qu’il infiltrait. Sous le pseudonyme de Paul Riche, il écrit en première page de l’hebdomadaire antisémite Au Pilori du 14 mars 1941, sous le titre «MORT AU JUIF!»:

«Mort au Juif! Mort à la vilenie, à la duplicité, à la ruse juive! Mort à l’argument juif! Mort à l’usure juive! Mort à la démagogie juive! Mort à tout ce qui est faux, laid, sale, répugnant, négroïde, métissé, juif! C’est le dernier recours des hommes blancs, traqués, volés, dépouillés, assassinés par les sémites, et qui retrouvent la force de se dégager de l’abominable étreinte. Mort au Juif! C’est l’appel ultime d’un peuple d’aryens qui est tombé dans le piège gluant de la générosité et que les fauves judaïques ont assailli. […] Mort! Mort au Juif! Oui. Répétons-le! Mort! M.O.R.T AU JUIF! Là! Le Juif n’est pas un homme. C’est une bête puante. On se débarrasse des poux. On combat les épidémies. On lutte contre les parasites. On monte à l’assaut des invasions microbiennes. On se défend contre le mal, contre la mort — donc contre le Juif! […] [les Juifs] veulent nous faire définitivement crever! Eh bien! Ils crèveront avant nous! Mort au Juif! […] Ecrasons les poux! Mort au Juif! Mort! Mort à tout ce qui est juif!»17

Outre la violence inouïe de cette diatribe appelant concrètement au meurtre («Mort au Juif» y est écrit douze fois), on peut relever deux éléments rhétoriques particulèrement intéressants car exprimés sans la moindre retenue ni ambigüité. Le premier est la description des avanies fantasmées que subiraient les non-juifs («les hommes blancs») de la part des Juifs: «traqués, volés, dépouillés, assassinés». Il se trouve qu’il s’agit de la description exacte (traque, vol, dépossession, assassinat) de ce que vont subir les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale de la part des nazis et de leurs complices, bruyamment encouragés par des vociférateurs antisémites comme Jean Mamy. La propagande nazie aura usé systématiquement du même procédé de retournement affreusement ironique d’une accusation mensongère de persécutions et d’assassinats commis par les Juifs (voir citations de Robert Ley, par exemple) en une réalité concrète de persécutions et d’assassinats subis par les Juifs, persécutions et assassinats réels justifiés d’ailleurs par l’accusation mensongère initiale. Le second élément est le recours à l’imagerie biologique et sanitaire: bête puante-poux (dont on se débarrasse…) et microbes-épidémies-parasites, qui marquent d’une part la déshumanisation («le juif n’est pas un homme) et d’autre part le caractère radicalement (et naturellement, c’est-à-dire sans aucune possibilité de changer) nuisible. Là encore, il s’agit d’un topos de la propagande antisémite et nazie (Hitler, Himmler, Ley, etc., ont recours aux mêmes images). Plus généralement, le recours aux comparaisons avec des animaux nuisibles ou méprisés (poux / rats / parasites / chiens) ou aux maladies (microbes / épidémies / tuberculose / cancer) est toujours un marqueur de volonté génocidaire, ou à tout le moins de fantasme d’extermination physique plus ou moins assumés.



 

La volonté de destruction des Juifs ne venait pas uniquement d’«en haut». Plusieurs années de propagande nazie avaient porté leur fruit. Ainsi au sein de la Wehrmacht, l’image des Juifs collait le plus souvent à celle que l’antisémitisme hitlérien souhaitait véhiculer, dont les conséquences logiques étaient faciles à comprendre et à exprimer. Le caporal W. H du bataillon 46 de l’Etat Major pouvait écrire à des proches le 28 mai 1941, moins d’un mois avant l’invasion de l’URSS:

«Tandis que j’étais encore à table pour le dîner, on s’est mis à parler de la question juive dans le Gouvernement Général et dans le monde. […] tous furent finalement d’accord pour dire que les Juifs devaient disparaître de la surface de la terre. […] Il faudrait que les Juifs disparaissent, soient tous éliminés; le monde aurait alors bientôt une autre allure.»18



 

Robert Ley, le directeur du Deutsche Arbeitsfront, était l’un des principaux dignitaires du régime nazi, proche d’Hitler et antisémite virulent. Il prononça de nombreux discours avant et pendant la guerre, dont certains étaient ensuite cités verbatim dans des recueils publiés par le parti nazi. Dans la matinée du 22 juin 1941, le jour même de l’invasion de l’URSS par les troupes nazies, Ley prononce un discours devant un public très nombreux à Breslau. Il y déclare notamment:

«Le Juif est demeuré notre ennemi implacable et a mis le paquet pour que notre peuple disparaisse, afin d’assurer sa domination. C’est pourquoi nous devons nous battre jusqu’à ce qu’il soit anéanti, et nous l’anéantirons! (Der Jude blieb unser unversöhnlicher Feind und setzte alles daran, daß unser Volk sich auflöse, damit er herrschen könne. Darum müssen wir kämpfen, bis er vernichtet ist, und wir werden ihn vernichten!)»19



 

Avec l’invasion de l’URSS le 22 juin 1941, les nazis passent à un autre stade: les assassinats de masse (par fusillades) dans les opérations mobiles de tuerie, menées à bien par les Einsatzgruppen et des bataillons de police. Au tout début, il s’agissait également de «susciter» des pogroms dans les populations locales. Le 29 juin 1941, Heydrich adresse un télégramme aux chefs des Einsatzgruppen. Il leur rappelle «les directives orales données à Berlin le 17 juin 1941» (par lui-même):

«[Il faut] provoquer sans laisser de traces des pogroms, […] les intensifier si nécessaire, […] les diriger dans la bonne voie».20



 

Le 7 juillet 1941, un membre du 105e bataillon de la police de réserve, l’un de ces groupes qui participaient aux Opérations mobiles de tuerie, écrit chez lui à Brême:

«Les Juifs sont du gibier… On peut donner aux Juifs un seul conseil d’ami: ne mettez plus d’enfants au monde. Ils n’ont plus aucun avenir».21

Le même policier écrit une lettre de teneur encore plus crue le 7 août suivant, que nous citons plus bas.



 

Le déclenchement de pogroms réussit partiellement, notamment à Kaunas. Le commandant du Groupe Armée Nord, le maréchal Wilhelm Ritter von Leeb, mentionne dans son journal, le 8 juillet 1941 ses doutes sur le fait que:

«De cette façon, la question juive ne pourra probablement pas être résolue. Le moyen le plus sûr serait la stérilisation de tous les hommes juifs»22.

On constate ici que pour un dignitaire du régime nazi, en l’occurrence un des plus haut gradés au sein de la Wehrmacht, «résoudre» la question juive ne peut signifier que l’extinction du peuple juif, que ce soit par la stérilisation ou le meurtre…



 

L’Einsatzkommando 9 de l’Einsatzgruppe B fut chargé de l’assassinat des Juifs de Vilna à partir de juillet 1941. Dans le rapport n°21 daté du 13 juillet 1941 de l’Einsatzgruppe B, on peut lire:

«A Vilna […], l’Ordnungspolizei, placée sous l’autorité de l’Einsatzkommando, […] a reçu pour instruction de prendre part aux actions de liquidation des Juifs. En conséquence, 150 Lituaniens participent à l’arrestation et à l’internement des Juifs en camp de concentration, où après un jour ils ont droit au “traitement spécial” (Sonderbehandlung). […] Environ 500 Juifs […] sont liquidés tous les jours.»23.

On peut constater ici que l’euphémisme «traitement spécial» désigne l’assassinat. Par ailleurs, dans le même rapport, le commandant de l’Einsatzgruppe B, Arthur Nebe, déplore:

«A Grodno et à Lida, seulement 96 Juifs ont été liquidés dans les premiers jours. J’ai donné l’ordre que cela soit considérablement intensifié (In Grodno und Lida sind zunächst in den ersten Tagen nur 96 Juden exekutiert worden. Ich habe Befehl gegeben, daß hier erheblich zu intensivieren sei).»24



 

Les politiques de déplacements de populations tentées par les nazis jusqu’en 1941 se soldèrent toutes par des échecs cuisants, dont la conséquence fut toujours la même: dépouillement des populations juives de tout moyen de subsistance, expulsions et concentration dans des ghettos dans les conditions les plus précaires. À Posen (Poznan) un groupe d’officiers SS se réunit pour discuter du problème juif dans le Warthegau. L’officier de liaison de Eichmann à Posen, le juriste Sturmbahnführer Rolf Heinz Höppner écrit le 16 juillet 1941 à son «cher camarade Eichmann» et résume les conclusions de la réunion. Après avoir examiné la possibilité de concentrer tous les Juifs du Warthegau dans un grand camp de travail, les officiers SS avaient envisagé deux autres propositions:

«Il faudra considérer sérieusement si la solution la plus humaine n’est pas de liquider les Juifs qui sont inaptes au travail par une méthode rapide et efficace. Ce serait plus agréable que de les laisser mourir de faim.

Par ailleurs, on a fait la proposition de stériliser toutes les femmes juives de ce camp capables de procréer, de façon à ce que le problème juif soit en fait complètement résolu.»

Höppner demandait l’opinion de Eichmann et concluait que

«ces choses paraissent d’une certaine façon fantastiques mais, à mon avis, elles sont définitivement faisables»25.

Les préoccupations et préconisations de Höppner étaient si largement partagées au plus haut niveau de la hiérarchie nazie, qu’elles donnèrent lieu à des négociations pour la mise en œuvre d’assassinats par gazage, comme l’illustre la lettre du Dr. Erhard Wetzel à Hinrich Lohse, citée plus bas.



 

Le 18 juillet 1941, le Caporal-chef G. B (13e compagnie, 42e régiment, 46e division), écrit:

«Ici, la question juive a trouvé une autre solution que chez nous. Les Roumains rassemblent tous les Juifs et les fusillent sans se préoccuper de savoir si ce sont des hommes, des femmes ou des enfants.»26.



 

Le 28 juillet 1941, un officier de la 221e Division de Sécurité écrivait que la clé d’une «pacification politique et économique totale» était:

«Une habile utilisation des rivalités interethniques simultanément à une éradication de la Juiverie»27.



 

Le 1er août 1941, la Brigade de Cavalerie SS fait passer à ses unités l’information suivante:

«Ordre express du Reichführer-SS [Himmler]. Tous les Juifs doivent être abattus. Pousser les femmes juives dans les marais (Ausdrücklicher Befehl des rf-ss. Sämtliche Juden müssen erschossen werden. Judenweiber in die Sümpfe treiben).»28.

Cet ordre fut généralement interprété comme un appel à l’assassinat des femmes et enfants juifs (en plus des hommes), ce qu’il était de toute évidence comme le confirme dans un rapport daté du 12 août 1941, Franz Magill, commandant du 2e Régiment de Cavalerie SS qui remarque:

«Pousser les femmes et les enfants dans les marais n’a pas eu le succès escompté dans la mesure où les marais n’étaient pas assez profonds pour qu’on y coule. La plupart du temps, après une profondeur d’un mètre, une personne touche la terre ferme, de telle sorte que la noyade est impossible.»29

L’ordre d’Himmler trouve encore un écho lugubre dans les propres paroles d’Hitler le 25 octobre 1941, lorsqu’au cours d’une rencontre avec Heydrich et Himmler, de retour de Moghilev, il déclare, après avoir rappelé sa «prophétie» de 1939 et accusé les Juifs des vies perdues pendant la guerre:

«Que personne ne vienne me dire: on ne peut pas les pousser dans les marais. Qui se soucie alors de notre propre peuple? Il est bon que la terreur nous précède du fait que nous exterminons les Juifs […] Nous écrivons de nouveau l’histoire, d’un point de vue racial.»30



 

De par les conditions barbares que les nazis faisaient régner dans le ghetto de Varsovie, les épidémies étaient courantes. Apprenant que le typhus sévissait à Varsovie début août 1941, Goebbels note dans son journal, le 7 août:

«Les Juifs ont toujours été porteurs de maladies infectieuses. Il faudrait les entasser dans un ghetto et les y abandonner, ou les liquider.»31

On aura remarqué évidemment, que ce sont les conditions même qu’imposaient les nazis aux Juifs qui entraînaient les épidémies que les préjugés antisémites nazis associaient a priori aux Juifs. Ainsi, le préjugé antisémite entraîne-t-il, par les actions de persécution qu’il génère, sa propre «vérification».



 

Le 7 août 1941, un ancien vendeur de Brême qui faisait partie du 105e bataillon de la police de réserve affecté aux pays baltes, écrit à sa femme:

«Ici, tous les Juifs sont abattus. Partout de telles actions ont lieu. Hier, dans la nuit, 150 Juifs d’ici ont été exécutés, hommes, femmes, enfants, tous tués. Les Juifs sont en train d’être totalement exterminés. (Hier werden sämtliche Juden erschossen. Überall sind solche Aktionen in Gange, Gestern nacht sind aus diesem Ort 150 Juden erschossen, Männer, Frauen und Kinder, alles ungelegt. Die Juden werden gänzlich ausgerottet.)»32

C’est le même policier dont nous citons plus haut une lettre du 7 juillet.



 

Le 11 août 1941, le Major Hans von Payr, un officiel du Wirtschaftsrüstungsamt en visite dans les pays baltes, rédige un rapport sur sa visite. Il rapporte les propos qui lui ont été tenus le 8 août précédent sur le sort des Juifs de Libau (Liepaja). Voici ce que dit sont rapport:

«À Libau, plusieurs milliers de Juifs ont été “liquidés”. […] Les femmes n’ont pas encore été abattues. Il a été question qu’elles soient éliminées plus tard par gazage (Man sprach davon, daß sie später durch Vergasung beseitigt werden sollen).»33



 

Le 30 janvier 1939, Hitler avait annoncé l’anéantissement des Juifs d’Europe en cas de guerre mondiale. Lui-même et ses sbires devaient revenir à maintes reprises sur cette «prophétie» pour la confirmer. Ayant rencontré Hitler la veille, Goebbels écrit dans son journal, le 19 août 1941:

«Le Führer est convaincu que sa prophétie du Reichstag est en train de s’accomplir; que les Juifs parvenant une fois de plus à provoquer une guerre mondiale, cela se terminerait par leur annihilation. Elle s’accomplit ces semaines et ces mois avec une inéluctabilité qui parait presque sinistre. À l’est, les Juifs sont en train de payer le prix; en Allemagne, il ont déjà en partie payé et ils devront payer encore plus dans le futur.»34



 

Dans un rapport émanant d’un Einsatzkommando associé à l’Einsatzgruppe C du 20 août 1941, on peut lire:

«Non loin de Pinsk, un membre de la milice a été abattu dans une embuscade. En conséquence, 4500 Juifs ont été liquidés.»35

Le caractère proprement hallucinant de la disproportion des «réprésailles» démontre parfaitement qu’il s’agit uniquement d’un prétexte camouflant à peine une politique de meurtres de masse.



 

Une affaire particulièrement atroce, s’est déroulée en août 1941 à Bjelaja Zerkow, en Ukraine, à 70 km au sud de Kiev. Elle nous est connue par les nombreux rapports qui furent rédigés alors et qui nous sont parvenus. Les informations qui suivent en proviennent36. Après l’entrée de l’armée dans la ville, les Juifs furent assassinés par balle entre le 8 et le 19 août. 90 enfants, des nourissons, des bébés, pour la plupart des petits de moins de cinq ans furent laissés en vie pour une raison qui ne nous est pas connue. En vie, mais abandonnés sans eau ni nourriture dans un baraquement à la sortie de la ville. Leur cris attirèrent un officier-aumonier de l’armée qui fit le constat de leur état dans un rapport du 20 août: les enfants couverts de mouches, gisant dans leurs excréments étaient à moitié nus, ceux qui le pouvaient arrachaient l’enduit des murs pour s’en nourrir, nombreux étaient inconscients37. Dans un rapport en date du 21 août, Groscurth s’étend sur les péripéties qui suivirent cette «découverte» et notamment sur une réunion à laquelle il participa avec le commandant en chef de la place, le colonel Riedl, et le Standartenführer SS Paul Blobel. Il y rapporte les propos du colonel Riedl:

«Il a déclaré qu’il considérait l’extermination des femmes et des enfants juifs (die Ausrottung der jüdischen Frauen un Kindern) comme urgente et nécessaire et que peu importait les moyens employés.»

Groscurth rapporte également que Blobel s’est fait le porte parole du maréchal von Reichenau, commandant de la 6e armée, informé de l’affaire:

«le commandant en chef [von Reichenau] reconnaissait la nécessité d’éliminer les enfants et voulait qu’on lui fasse savoir dès que ces mesures auraient été appliquées.»38

Groscurth ajouta un commentaire comme quoi les assassinats de femmes et d’enfants ne se distinguaient pas des atrocités commises par l’adversaire. Von Reichenau le réprimanda pour ce commentaire. Les enfants furent assassinés le 22 août. Un écho assez précis de cette affaire se trouve dans le journal que tenait Ülrich von Hassel (voir plus bas).



 

Le romancier et dramaturge roumain Mihail Sebastian tenait un journal qui nous est parvenu. Le 21 août 1941 il note:

«Déjeuner chez Alice, avec Vicky Hillard, lieutenant de cavalerie [roumain], rentré hier du front d’Ukraine. Beaucoup [de détails] concernaient les massacres de Juifs sur les deux rives du Dniestr. Des dizaines, des centaines, des milliers de Juifs passés par les armes. Lui, un simple lieutenant aurait pu en tuer ou donner l’ordre d’en tuer n’importe quel nombre. Le chauffeur qui l’a ramené à Iasi en a abattu quatre.»39



 

Le 3 septembre 1941 un document rédigé par le Gebietskommissar de Siauliai (Schaulen), Hans Gewecke, fait état des instructions données à la Police de Sécurité en Lituanie:

«Liquider tous les Juifs (sämtliche Juden zu liquidieren)»40



 

Le 10 septembre 1941, Paul Blobel, le chef du Sonderkommando 4a de l’Einsatzgruppe C tient une conférence avec le commandement militaire local de Zhitomir, afin de décider ce qu’il convient de faire des Juifs de la ville. Le rapport de l’Einsatzgruppe C du 7 octobre 1941 mentionne le résultat de cette réunion:

«La décision résultante fut la liquidation finale et radicale des juifs de Zhitomir […] Le 19 septembre 1941, à partir de 4 heures du matin, le quartier juif fut vidé […] Après avoir effectué le transport et les préparations nécessaires […] 3145 Juifs furent enregistrés et abattus»41.



 

En septembre 1941, Rademacher, responsable du bureau D III (question juive et mouvements nationaux) de l’Abteilung Deutchland du ministère des affaires étrangères, téléphone à Eichman à propos des Juifs de Serbie. Dans sa déposition d’après-guerre Rademacher se rappelle avoir noté qu’Eichmann avait insisté pour qu’on exécute les Juifs. Et en effet, on a retrouvé les annotations du 13 septembre 1941 de Rademacher sur cette conversation. Il y écrit:

«Selon les informations du Sturmbahnführer Eichmann RSHA IV D VI [sic], séjour en Russie ou dans le GG [Gouvernement général] impossible. Même les Juifs d’Allemagne ne peuvent y être logés. Eichman propose de les fusiller»42.



 

Les conseils d’Eichmann cités ci-dessus allaient être écoutés. Le Staatstrat Harald Turner, chef de l’administration civile, en Serbie, sous les ordres du général Böhme, organisa l’assassinat systématique des Juifs sous prétexte de représailles. Il écrit le 17 octobre 1941:

«et entre-temps, j’ai fait fusiller 2000 Juifs et Tziganes au cours des huit derniers jours, conformément au quota de 1% pour l’assassinat sauvage de soldats allemands, et 2200 autres, là encore presque exclusivement des Juifs, seront abattus dans les huit prochains jours. C’est un travail qui manque de charme. En tout cas il est nécessaire, ne serait-ce que pour faire comprendre à ces gens-là ce que signifie le fait de toucher même un seul soldat allemand, et puis la question juive se résoud d’elle-même ainsi […]

En réalité, c’est une erreur si l’on tient vraiment à préciser ce point, que pour un Allemand assassiné — dont la proportion de 1% devrait en fait être supportée par les Serbes — 100 Juifs soient abattus à la place; mais nous avions les Juifs dans les camps — après tout ce sont aussi des ressortissants serbes, et en outre ils doivent disparaître»43.

Il faut préciser que si les Juifs étaient «disponibles» pour ces exécutions c’est que Böhme, le 10 octobre 1941 avait signé un ordre stipulant notamment d’arrêter «tous les Juifs» comme otages, à fusiller selon un quota de 100 pour 1 Allemand tué44.



 

La question des Juifs de Serbie avait déjà été soulevée via d’autres canaux. Réagissant à une demande de déportation des Juifs de Serbie, Martin Luther, sous-sécrétaire du Ministère des Affaires Etrangères, écrivait à son supérieur, Ribbentrop, le 2 octobre 1941:

«Je pense, quant à moi, que l’élimination de ces 8000 Juifs incombe au commandement militaire. Dans d’autres territoires [l’Union soviétique], d’autres commandements militaires se sont chargés de quantités bien plus considérable de Juifs sans même le mentionner.»45



 

L’ancien ambassadeur d’Allemagne en Italie, Ulrich von Hassell, qui participerait à l’attentat de juillet 1944 contre Hitler et serait exécuté, tenait un journal qui nous est parvenu. Il était en contact avec les plus hauts gradés en place à l’Est, notamment avec le général Thomas, chef de la division économie et armements de la Wehrmacht. Hassell consigna le 4 octobre 1941 un entretien qu’il eût avec celui-ci:

«Un rapport du général Thomas [confirme] que les cruautés les plus rebutantes continuent, surtout contre les Juifs, qui sont massacrés en masse […] Un premier médecin-major de la SS, le docteur Panig ou quelque chose dans ce goût là, […] a rapporté qu’il avait essayé de la munition russe “dum-dum” pour les exécutions des Juifs et qu’il avait obtenu tel et tel résultat, qu’il était prêt à poursuivre ses expériences […]»46



 

Début octobre 1941 eurent lieu des exécutions de masse de Juifs à Moghilev. Le secrétaire de police Walter Mattner, originaire de Vienne, y participa et le 5 octobre 1941, dans une lettre à sa femme, il écrit:

«J’ai donc participé à la grande mort en masse d’avant-hier. Pour les premiers véhicules [apportant les victimes], mes mains ont un peu tremblé quand j’ai tiré, mais on s’habitue à ça. À la dixième voiture, je visai calmement et je tirai de façon sûre sur les femmes, les enfants et les nourrissons nombreux. En pensant que j’avais aussi deux nourrissons à la maison, avec lesquels ces hordes feraient la même chose, sinon dix fois pire. La mort que nous leur avons donnée était belle et courte comparée [aux] souffrance infernales des milliers et des milliers [de personnes] dans les geôles de la GPU. Les nourrissons volaient en grands arcs de cercles et nous les faisons déjà éclater en vol avant qu’ils ne tombent dans la fosse et l’eau. En finir seulement avec ces brutes, qui ont jeté toute l’Europe dans la guerre et qui, aujourd’hui encore attisent en Amérique […]. Le mot d’Hitler est en train de devenir vrai, celui qu’il a dit une fois avant le début de la guerre: si la juiverie croit pouvoir ourdir une nouvelle fois une guerre, alors la juiverie ne gagnera pas, mais ce sera au contraire la fin de la juiverie en Europe. […] Ouah! Diable! Je n’avais encore jamais vu autant de sang, d’ordure, de corne et de chair. je peux maintenant comprendre l’expression “ivresse de sang”. M[oghilev] est maintenant moins peuplée d’un nombre de trois zéros. Je me réjouis vraiment déjà, et beaucoup disent ici, que quand nous rentrerons chez nous, ce sera le tour de nos juifs à nous. Mais bon, je ne dois pas t’en dire plus. C’est assez jusqu’à je rentre à la maison.»47



 

A l’automne 1941, alors que les assassinats de masse par fusillades battaient leur plein à l’arrière du front russe, avec la pleine participation de la Wehrmacht, plusieurs généraux allemands firent des déclarations montrant qu’ils avaient parfaitement intégré l’antisémitisme radical du régime nazi jusque dans ses conséquences les plus extrêmes. Le commandant de la 6e armée, le maréchal Walter von Reichenau fit circuler auprès des chefs de son armée l’ordre suivant, daté du 10 octobre 1941:

«Le soldat doit avoir une parfaite compréhension de la nécessité d’infliger un châtiment sévère mais juste aux sous-hommes juifs. Ce châtiment a aussi pour but d’étouffer dans l’œuf les rébellions à l’arrière de la Wehrmacht qui sont toujours préparées par les Juifs, comme le prouve l’expérience.»48.

Compte tenu de la politique d’assassinat systématique mise en œuvre contre les Juifs via les Opérations mobiles de tueries depuis le début de l’invasion de l’URSS, la nature du châtiment est claire: la mort. Mais l’auteur lui-même de cet ordre s’était montré explicite lorsqu’en août 1941 il parlait de la «nécessité d’éliminer les enfants» (voir l’affaire des enfants juifs de Bjelaja Zerkow, plus haut). Par ailleurs Himmler, dans un message du 12 décembre 1941 explicite lui aussi, si besoin était, la nature du «châtiment» en question, puisqu’il écrit reprenant les termes et la phraséologie de Reichenau (les ennemis du peuple allemand sont à l’origine des «rebellions» et méritent un «châtiment»): «La tâche qui nous a été assignée […] exige que nous éliminions tout foyer de rébellion et amenions tous les ennemis du peuple allemand à leur juste châtiment, la mort.»49 Le caractère génocidaire du châtiment ne fait aucun doute à l’aune des réfléxions d’un collègue de Reichenau, le maréchal Wilhelm Ritter von Leeb, commandant des l’armée nord, qui le 8 juillet 1941, déclarait que pour «résoudre la question juive», il fallait stériliser les Juifs (voir plus haut).



  

En octobre 1941, Walter Stahlecker, chef de l’Einsatzgruppe A en URSS, rédige un rapport d’ensemble sur l’activité de son groupe jusqu'au 15 octobre 1941, à diffusion très confidentielle. Dans ce rapport, Stahleker reprend les termes du télégramme de Heydrich cité plus haut et précise la mission des Einsatzgruppen:

«La tâche de la Police de sécurité consistait à mettre en train les pogroms et à les diriger dans la bonne voie, afin d’atteindre aussi tôt que possible le but fixé de l’épuration. […] D'autre part le travail d’épuration de la Police de sécurité avait pour but, conformément aux ordres fondamentaux, l’élimination la plus large possible des Juifs… (Aufgabe der Sicherheitspolizei musste es sein, die Selbstreinigungsbestrebungen in Gang zu setzen und in die richtigen Bahnen zu lenken, um das gesteckte Säuberungsziel so schnell wie möglich zu erreichen […] Andererseits hatte die sicherheitspolizeiliche Säuberungsarbeit gemäss den grundsätzlichen Befehlen eine möglichst umfassende Beseitigung der Juden zum Ziel)»50



 

Alliée de l’Allemagne nazie, la Roumanie du maréchal Antonescu était animée d’un antisémitisme non moins virulent. Dès l’invasion de l’URSS, elle se livra également à des massacres de Juifs. Le 17 octobre 1941, un membre de la légation allemande à Bucarest écrivait la note suivante:

«Selon les informations reçues aujourd’hui du Generaldirektor Lecca, 110000 Juifs sont actuellement évacués de Bucovine et de Bessarabie, en direction de deux forêts situées dans la région du Boug. D’après les indications qu’il a pu recueillir, cette Aktion a été lancée à la suite d’une directive émise par le maréchal Antonescu. Le but de l’action est la liquidation de ces Juifs (Sinn der Aktion sei die Liquidierung dieser Juden).»51



 

Du 13 au 16 octobre 1941 se tint une conférence réunissant une centaine de médecins SS, de la Wehrmacht et de l’administration civile du Gouvernement général, à Bad Krynica. Le thème de la conférence: les épidémies. Constatant les conditions dans lesquelles vivaient les Juifs dans les ghettos (conditions évidemment provoquées par les politiques de dépouillement, spoliations, concentration et famine, pratiquées par les nazis contre les Juifs), le Dr. Jost Walbaum, chef du Département de la Santé du Gouvernement (au sein du Gouvernement général — la partie occidendale de la Pologne occupée) de Hans Frank, s’exprime:

«Naturellement il serait préférable et plus facile de donner aux gens suffisamment de nourriture, mais cela n’est pas possible. […] Aussi tout Juif rencontré en dehors du ghetto doit-il être abattu. Nous devons, je peux le dire très franchement devant ce cercle, être clair à ce sujet. Il y a seulement deux méthodes. Nous condamnons les Juifs dans le ghetto à mourir de faim ou nous les exécutons. Même si le résultat final est le même, la seconde méthode est plus intimidante. Nous ne pouvons faire autrement, même si nous le voulions. Nous avons une responsabilité et une seule: que le peuple allemand ne soit ni infecté ni mis en danger par ces parasites. À cette fin, n’importe quel moyen doit être valable.»52

Le compte rendu de la réunion stipule que cette déclaration fut accueillie par des applaudissements.



 

Le 20 octobre 1941 se tient une autre réunion du Gouvernement de Hans Frank, à Cracovie. Le gouverneur Otto Wächter y déclare:

«Une solution ultimement radicale de la question juive est inévitable (eine letztlich radikale Lösung der Judenfrage [ist] unvermeidlich).»53



 

Le 23 octobre 1941, Paul Wurm, correspondant à l’étranger du journal nazi Der Stürmer écrit à son «cher camarade de parti», Hans Rademacher, le spécialiste de la question juive au ministère des affaires étrangères:

«Lors de mon retour à Berlin j’ai rencontré un camarade de parti qui travaille à l’Est à la solution de la question juive. Dans un futur proche, une grande partie de la vermine juive sera exterminée par des mesures spéciales. (Auf meine Rückreise aus Berlin traf ich einen alten Parteigenossen, der im Osten an der Regelung der Judenfrage arbeitet. In nächster Zeit wird von dem jüdischen Ungezeifer durch besondere Massnahmen manches vernichtet werden.)»54



 

Paul Wurm était semble-t-il bien informé. Des négociations internes étaient en train d’être menées, notamment avec la chancellerie du Führer, directement responsable de l’assassinat des handicapés, l’opération T.4 dite «d’Euthanasie», assassinats en partie réalisés par gazages, afin de mettre son «savoir faire» en œuvre pour «la solution du problème juif». L’une des principales illustrations de ces négociatons est la lettre que le Dr. Erhard Wetzel, directeur de la Section raciale du ministère pour les territoires occupés de l’Est, écrit au Reichskommissar Hinrich Lohse, le chef des territoires de l’Ostland (Etats baltes et Russie), à propos de «la solution de la question juive» le 25 octobre 1941. Dans cette lettre marquée «secret!» On lit:

«L’Oberdienstleiter Brack de la chancellerie du Führer, est disposé à prêter son assistance à la construction du local et des équipements de gazage nécessaires. […] Je me permets d’ajouter que le Sturmbannführer Eichmann, le responsable des questions juives à l’Office Central de Sécurité du Reich, est absolument d’accord avec cette procédure. […] Les choses étant ce qu’elles sont, il ne saurait y avoir de scrupules concernant le fait que les Juifs qui sont inaptes au travail doivent être supprimés en utilisant la méthode de Brack. […] De cette façon, des incidents tels qu’ils se sont produits lors des fusillades de Juifs à Vilna d’après un rapport que j’ai sous les yeux, rapport selon lequel ces fusillades eurent lieu en public, de tels incidents, qui peuvent difficilement être tolérés, ne seront plus possibles.»55

Viktor Brack était chef du bureau II de la chancellerie du Führer, responsable du programme T.4 d’assassinat des handicapés, notamment par gazage. La lettre expose clairement qu’on a le projet, avec l’accord enthousiaste de Eichmann, de substituer aux éxécutions par balles, «la méthode de Brack», clairement le gazage, pour l’assassinat des Juifs, à tout le moins des «Juifs qui sont inaptes au travail [qui] doivent être supprimés»… Les «mesures spéciales» par lequelles Paul Wurm annonçaient qu’«une grande partie de la vermine juive [serait] exterminée» c’est le gazage. Cela aboutira d’une part à l’élaboration des camions à gaz, et d’autre part aux centres d’extermination de l’Opération Reinhard. Par ailleurs, les négociations et les conclusions illustrées par cette lettre font écho aux préoccupations exprimées dès le 16 juillet 1941 dans le courrier du Sturmbahnführer Rolf Heinz Höppner à Eichmann cité plus haut (nécessité de trouver une méthode afin de «liquider» les «inaptes au travail», stérilisation des Juifs — utilisés comme esclaves — capables de faire des enfants). Nous proposons la lettre de Wetzel dans son intégralité sur ce site. Lire la lettre…



 

Le 2 novembre 1941, Goebbels notait dans son journal:

«Les Juifs sont les poux de l’humanité civilisée. Il faut les exterminer d’une manière ou d’une autre (Die Juden sind die Läuse der zivilisierten Menschheit. Man muß sie irgendwie ausrotten), sans quoi ils ne cesseraient jamais de jouer leur rôle pesant et martyrisant. La seule manière de s’en occuper est de les traiter avec la brutalité nécessaire. Si vous les épargnez, vous serez plus tard leur victime»56.



 

Le 7 novembre, Hans Rademacher, responsable de la «Solution du problème juif» au Ministère des Affaires Étrangères rapporte, à propos des Juifs de Serbie (sur ce même sujet, voir plus haut):

«Les mâles juifs auront tous été exécutés à la fin de la semaine, résolvant ainsi le problème dont il était question dans le rapport de mission»57. 

Il nous faut mentionner le bilan de deux mois présence du Général Böhme en Serbie: 168 membres de la Wehrmacht tués et 278 blessés, 3562 partisans tués dans des combats, entre 20000 et 30000 civils exécutés, dont tous les Juifs et Tziganes de sexe masculin58. Plusieurs milliers de Juifs encore vivants en Serbie (dans leur écrasante majorité des femmes, des enfants et vieillards) à la fin 1941 seraient tous assassinés, principalement dans des camions à gaz dans la première moitié de 1942. Harald Turner l’annonçait lui même à l’adjudant d’Himmler, Karl Wolf, dans un message du 11 avril 1942:

«Il y a déjà quelques mois, j’ai fait fusiller tous les Juifs, concentré les femmes et enfants juifs dans un camp et dans le même temps, avec l’aide du SD, je me suis procuré un “camion d’épouillage” qui permettra finalement de nettoyer le camp en 14 jours à 4 semaines.»59. 

L’expression «camion d’épouillage» (Entlausungswagen) désigne bien en l’occurrence le camion à gaz qui sera utilisé pour la mise à mort des femmes et des enfants. Harald Turner pourrait écrire dans un rapport du 29 août 1942:

«Question juive, comme question tzigane, complètement liquidée: la Serbie, seul pays où la question juive et la question tzigane soient résolues»60.



 

Le 16 novembre 1941, Goebbels écrit dans le journal Das Reich, à propos de la «prophétie» d’extermination des Juifs d’Europe faite par Hitler le 30 janvier 1939:

«Nous sommes en ce moment précis les témoins de l’accomplissement de cette prophétie. […] [La juiverie] est en train de subir l’annihilation graduelle qu’elle nous destinait.»61

Il faisait évidemment allusion aux massacres de Juifs dans les Opérations mobiles de tueries, en URSS.



 

Le 15 novembre 1941, Rosenberg s’entretient avec Himmler pendant 4 heures. Il semble qu’à cette occasion, il soit mis au courant de la politique d’extermination des Juifs. Le 18 novembre 1941 il s’adresse de façon confidentielle à la presse allemande afin de leur donner des directives sur la façon de traiter les événements de l’Est. Entre autres sujets, les Juifs:

«Dans le même temps, ces territoires de l’est sont amenés à résoudre la question qui se pose aux peuples d’Europe; c’est-à-dire la question juive. À l’est, environ six millions de Juifs vivent encore, et cette question ne peut être résolue que par l’éradication biologique de la Juiverie en Europe. La question juive ne sera résolue en Allemagne que lorsque le dernier Juif aura quitté le territoire allemand, et en Europe que lorsque plus un seul Juif ne vivra sur le continent européen jusqu’à l’Oural. C’est la tâche que le destin nous impose… Il est nécessaire de les expulser au delà de l’Oural ou de les éradiquer par un autre moyen»62.

L’expression employée par Rosenberg, biologische Ausmerzung ne laisse planer aucune ambiguité sur le projet meutrier qu’il est en train de décrire.



 

Le 1er décembre 1941, le SS-Standartenführer Karl Jäger, commandant de l’Einsatzkommando 3 de l’Einsatzgruppe A, rédige un long rapport intitulé «Bilan des exécutions effectuées par les commandos spéciaux EK3 jusqu’au 1er décembre 1941». Ce rapport fournit une comptabilité sanglante et détaillée des sorties meurtrières de ces «unités spéciales» dans l’URSS occupée par les nazis. La plupart du temps, les chiffres des Juifs assassinés sont divisés en trois catégories, «les hommes juifs», «les femmes juives», et «les enfants juifs». Pendant les cinq mois couverts par ce rapport, l’E.K.3 a assassiné 137346 personnes, presque toutes juives, dont un tiers d’enfants, et un tiers de femmes. Le rapport est accompagné quelques constats et réflexions, dont voici un extrait:

«Le commando EK3 est entré en action le 2 juillet 1941 pour accomplir une mission spéciale […] Aujourd’hui, il m’est possible d’affirmer que le EK3 a atteint l’objectif fixé, il a résolu le problème juif en Lituanie. Il n’y a plus de Juifs dans le secteur, excepté les travailleurs juifs affectés à des tâches spéciales […] Notre but [était de] débarrasser la Lituanie de ses Juifs […] En ce qui concerne la mission du EK3, je considère que les opérations juives sont pratiquement terminées. On a un besoin urgent des quelques travailleurs juifs restants et je pense que nous en aurons encore besoin à la fin de l’hiver. Il faudrait, à mon avis, déjà commencer à stériliser les hommes afin d’empêcher toute procréation. Si une Juive était enceinte malgré cela, il faudrait la liquider.»63

Ce rapport démontre que l’objectif de la «mission spéciale» de l’E.K.3 était bien la disparition définitive de tous les Juifs, par l’assassinat, et non la lutte contre les partisans, au point que même les Juifs utilisés comme esclaves devaient être empêchés de faire des enfants, jusqu’à liquider les femmes enceintes…



 

Dans la vision nazie du monde, l’Ennemi absolu et radical est «le» Juif, que l’incarnation politique en soit (prétendument) le communisme soviétique ou la «finance internationale» (comme Hitler lui-même le martelait, notamment dans son discours du 2 octobre 1941). Le 12 décembre 1941, Heinrich Himmler énonce clairement le destin qui attend «les ennemis du peuple allemand», syntagme qui dans le langage de la propagande nazie a toujours désigné, in fine, les Juifs, dans un message dont le propos général se rapporte aux assassinats de masse des Juifs dans les opérations mobiles de tuerie. Himmler écrit à la hiérarchie de la SS et de la Police à l’Est:

«La tâche qui nous a été assignée […] exige que nous éliminions tout foyer de rébellion et amenions tous les ennemis du peuple allemand à leur juste châtiment, la mort.»64

Outre le contexte et les autres parties du message d’Himmler, le fait qu’il vise les Juifs se déduit aussi bien du discours d’Hitler du 2 octobre 1941, que d’un message du 10 octobre 1941 (cité plus haut), du maréchal Walter von Reichenau, où, utilisant les mêmes articulations qu’Himmler (les responsables potentiels des «rébellions» méritent un «châtiment»), Reichenau identifie sa cible: «les sous-hommes juifs». Le même Reichenau parlait déjà de la «nécessité d’éliminer les enfants» en août 1941. Dans les autres parties du son message, Himmler fait clairement allusion à la «lourde tâche» des kommandos qui assassinent les Juifs en masse à l’arrière du front russe. Himmler donne des directives pour ménager le moral de ces kommandos, mais se montre inflexible sur le secret qui doit entourer ces «tâches». Il écrit: «Toutefois je souhaite que tout débat ou conversation sur des faits des chiffres liés à ces faits soit jugé essentiellement jugé hors de question ou de déplacé. Il convient d’accomplir les ordres et les tâches nécessaires à la vie d’un peuple. Mais ensuite, ceux-ci ne doivent pas faire l’objet de bavardage ou de discussions»65.



 

Le 12 décembre 1941 se tient une importante réunion des Reichsleiter et Gauleiter du parti nazi. Hitler y prend la parole. Goebbels écrit le 13 décembre 1941:

«En ce qui concerne la question juive, le Fürher est résolu de faire table rase. Il a prophétisé aux Juifs qu’ils subiraient leur destruction s’ils provoquaient encore une fois une guerre mondiale. Ce n’étaient pas de vains mots. La guerre mondiale est là, la destruction des Juifs doit en être la conséquence nécessaire. Cette question est à considérer sans aucune sentimentalité. Nous ne sommes pas là pour éprouver de la pitié pour les Juifs, mais uniquement pour notre peuple allemand. Puisque le peuple allemand a encore sacrifié 160000 morts sur le front de l’Est, alors les véritables responsables de cette guerre sanglante doivent le payer de leur vie.»66



 

Rosenberg rencontre Hitler le 14 décembre et lui soumet un projet de discours. Il écrit dans une note du 16 décembre 1941:

«Concernant la question juive, j’ai dit que, maintenant, après la décision, mes remarques sur les Juifs de New York devraient être un peu modifiées. J’étais d’avis de ne pas parler de l’extermination des Juifs. Le Führer approuva cette attitude et dit qu’ils [les Juifs] nous avaient mis la guerre sur le dos, qu’ils avaient apporté la destruction et qu’il n’y avait pas à s’étonner que les conséquences les frappent en premier»67.



 

Le 16 décembre 1941, Hans Frank, lors d’une session du Gouvernement général fait un long discours à propos des Juifs. Il y déclare notamment:

«En ce qui concerne les Juifs — je tiens à vous le dire très ouvertement — il convient maintenant d’en finir d’une manière ou d’une autre. […] A Berlin, on nous a dit […], liquidez-les vous-même. […] Nous devons anéantir les Juifs, où que nous les trouvions, partout où cela sera possible […] Nous ne pouvons fusiller ces 3,5 millions de Juifs, nous ne pouvons les empoisonner, mais nous pourrons quand même mettre œuvre des opérations qui aboutiront d’une façon ou d’une autre au succès de l’anéantissement, et ce dans le cadre des importantes mesures à discuter au niveau du Reich.»68

Lire la citation complète…



 

La Roumanie s’est alliée à l’Allemagne pour envahir l’URSS. Si l’antisémitisme qui animait le régime roumain n’était pas aussi «théorisé» que celui des nazis, sa virulence n’avait rien à lui envier, à tel point que dès le début de l’invasion de l’URSS, les pires massacres de Juifs, en nombre et en atrocité, furent commis par les Roumains, notamment à Odessa. La brutalité du désir de destruction qui animait les Roumains, et sa relative autonomie par rapport au projet nazi, ne trouve pas de meilleure expression que dans les propos que le chef du régime, le maréchal Antonescu, tînt le 16 décembre 1941:

«Qu’attendons nous: qu’une décision soit prise à Berlin? Une décision qui les concerne? Attendons-nous de les mettre en lieux sûr? Fichez les dans les catacombes, fichez les dans la mer noire, je ne veux pas le savoir! Qu’il en meure cent ou qu’il en meure mille, aucune importance; Ils peuvent tous mourir.»69



 

Denis H. était un ardent collaborateur pro-nazi et antisémite néerlandais qui faisait office d’informateur de la SS. Quatre de ses rapports nous sont parvenus. Dans celui du 20 novembre 1941 il notait que la déportation à venir des Juifs d’Allemagne signifiait «une extermination partielle des Juifs». Dans son rapport du 18 décembre 1941, il affirmait que:

«L’extermination, l’anéantissement et la déportation des Juifs devraient rendre une renaissance des Juifs impossible pour toujours.»70



 

Le 18 décembre 1941, Himmler rencontre Hitler. Dans son agenda, il note:

«Question juive / à exterminer comme partisans (Judenfrage / als Partisanen auszurotten).»71

Browning précise qu’il s’agit sans doute de savoir comment justifier l’assassinat des Juifs; en URSS, les partisans étaient systématiquement mis à mort. Bien évidemment la quasi totalité de la population juive n’avait rien à voir avec les partisans.



 

Le 21 décembre 1941, Alfred Rosenberg prononce un discours à Berlin en hommage au cinquantième anniversaire de la mort de Paul de Lagarde, orientaliste et féroce antisémite qui finit par prôner l’exterminaton des Juifs, en 1887, dans une formule qui a marqué les antisémites et les nazis qui la reprirent fréquemment. Rosenberg profite donc de son hommage pour citer cette formule, qu’évidemment il approuve, lors de son discours:

«On ne traite pas avec des trichines et des bacilles [les Juifs]. Les trichines et les bacilles, on ne les éduque pas, on les anéantit aussi rapidement et aussi radicalement que possible (Mit Trichinen und Bazillen wird nicht verhandelt, Trichinen und Bazillen werden auch nicht erzogen, sie werden so rasch und so gründlich wie möglich vernichtet).»72

Rosenberg précise que Lagarde avait un «instinct clair» et parlait en «prophète»73. Cela suggère évidemment sans ambiguité que ce que Lagarde sentait et ce qu’il prophétisait, l’anéantissement des Juifs, est en train de se réaliser.



 

Dans le Stürmer du 25 décembre 1941, Julius Streicher écrivait:

«Si l’on devait mettre un terme au danger mortel que constitue la continuité de cette malédiction de Dieu dans le sang juif, il n’y aurait qu’une solution: l’extermination de cette race, dont le père est le Diable lui-même.»74

Il convient de noter que trois jours plus tard, Hitler fit cette remarque à propos de l’antisémitisme de Streicher: «L’image que Streicher donne du juif dans son Stürmer est trop idéalisée. Le juif est beaucoup plus commun, plus assoiffé de sang et satanique que ne le dépeint Streicher.»75



 

Début 1942, le Sturmbannführer Rudolf Lange, chef de l’Einsatzkommando 2 de l’Einsatzgruppe A, écrit dans un rapport que:

«L’objectif, que l’EK 2 envisageait dès le début, était une solution radicale du problème juif à travers l’exécution de tous les Juifs (Das Ziel, das dem EK 2 von Amfang an vorschwebte, war eine Radikale Lösung des Judenproblems durch die Exekution aller Judem)»76.



 

Le SS-Gruppenführer Gottlob Berger, ami intime d’Himmler, écrit ce qui suit à Dirlewanger le 22 janvier 1942:

«Les Juifs sont des êtres humains de seconde catégorie ou de troisième ordre. La question de savoir s’il est juste ou injuste de les liquider ne fait absolument pas débat. Ils doivent, d’une manière ou d’une autre, disparaître de la surface de la terre.»77



 

Fin novembre 1941, avaient eu lieu des exécutions de Juifs allemands déportés à Riga. Le capitaine Otto Schulz-Du Bois avait rédigé un rapport sur ces exécutions. En janvier 1942, il fit transmettre une lettre à son épouse. En voici quelques extraits:

«La dimension et la bestialité de l’exécution s’étaient révélées être au-delà de tout ce que l’on connaissait, même dans ce bureau qui avait déjà vu beaucoup d’atrocités auparavant. […] L’officier de renseignement qui avait un accès direct auprès de Hitler aurait une fois encore rendu compte de façon urgente de ces atrocités et des conséquences de telles méthodes. Le Führer aurait répondu: “Vous mollissez, Messieurs! Je dois le faire parce qu’après moi, personne d’autre ne le fera”.»78

L’officier de renseignement dont il est question est l’amiral Canaris79.



 

En Allemagne même, comme on l’a vu à plusieurs reprises, on était tenu informé du sort des Juifs par des témoins ou des hauts fonctionnaires. Margarete Sommer, responsable des secours à l’archidiocèse de Berlin semble avoir eu de bonnes sources d’informations. Mgr Benning, après l’avoir rencontrée, nota le 5 février 1942:

«Les transports [de Juifs] de Berlin arrivent à Kovno, mais il est douteux que quiconque soit encore en vie […]. Beaucoup ont été exécutés. L’intention est d’exterminer entièrement les Juifs (Es besteht wohl der Plan die Juden ganz auszurotten).»80



 

Le 6 février 1942, le directeur du Deutsche Arbeitsfront, Robert Ley, fait un discours au Sportpalast de Berlin devant les travailleurs de Siemens. Il déclare notamment:

«Les Juifs [sont] le vampire de l’humanité, l’exploiteur de l’humanité, le destructeur de l’humanité. […] l’ennemi de l’humanité. […] Juda ne désire que nous exterminer. […] Juda doit être et sera abattu, Juda doit être et sera anéanti, c’est là notre conviction sacrée. C’est la raison d’être de cette guerre.
([Die] Juden […] als den Vampir der Menschheit, als den Ausbeuter der Menschheit, Juda als den Vernichter der Menschheit […] den Feind der Menschheit. […] Juda würde uns dann erst recht ausrotten. […] Juda wird und muß fallen, Juda wird und muß vernichtet werden, das ist unser heiliger Glaube. Daher dieser Krieg).»81

Ley est applaudi. Dans un ouvrage paru en 1943, Robert Ley reprendra les mêmes expresssions (voir plus bas).



 

En février 1942, Walter Stahlecker, chef de l’Einsatzgruppe A en URSS, rédige un second rapport, reprenant en partie le premier document qu'il avait rédigé jusqu'au 15 octobre 1941 (voir plus haut) étendant le bilan de l’activité de son groupe jusqu'aux premières semaines de 1942. Dans ce document, de nouveau, Stahleker reprend les termes du télégramme de Heydrich cité plus haut décrivant la mission des Einsatzgruppen et dresse le bilan des massacres:

«Le travail de nettoyage systématique dans l’Ostland [Etats baltes et Russie], incluait, conformément aux ordres fondamentaux, l’élimination la plus complète possible des Juifs. Cet objectif a été atteint pour l'essentiel à l’exception de la Biélorussie, au moyen de l’exécution de 229052 Juifs (v. annexe) (Die systematische Säuberungsarbeit im Ostland umfasste gemäss den grundsätzlichen Befehlen die möglichst restlose Beseitigung des Judentums. Dieses Ziel ist mit Ausnahme von Weissruthenien im wesentlichen durch die Exekutionen von bislang 229052 Juden (s. Anlage) erreicht)»82

L’annexe mentionnée comprend notamment une célèbre carte des pays baltes et de la Biélorussie illustrée de cercueils légendés par le nombre de Juifs assassinés dans chaque pays, dont le total est proche de celui mentionné par Stahlecker.



 

Le 18 février 1942, Joseph Goebbels note dans son journal:

«Il est encore une fois évident que la race juive est l'hôte le plus dangereux à peupler le globe terrestre et que l'on ne doit avoir pour elle aucune pitié ni aucune complaisance. Cette racaille doit être complètement exterminée, sans quoi il ne sera pas possible de rétablir la paix dans le Monde. ([Es] wird einem wieder einmal klar, daß die jüdische Rasse die gefährlichste ist, die den Erdball bevölkert, und und daß man ihr gegenüber keine Gnade und auch keine Nachgiebigkeit kennen darf. Dies Gelichter muß mit Stumpf und Stiel ausgerottet werden; ohne das ist es nicht möglich, die Welt zu befrieden).»83

On peut remarquer le caractère global, biologisant et radical de cette réflexion: pour Goebbels, c'est la «race juive» tout entière qu'il faut rayer du globe terrestre.



 

Le 6 mars 1942, Joseph Goebbels note dans son journal:

«Les Juifs se comportent partout en provocateurs et en agitateurs. C’est la raison pour laquelle il est naturel qu’ils en paient le prix de leur vie. Je suis absolument convaincu que plus nous liquiderons de Juifs pendant la guerre, meilleure sera la situation après celle-ci. Nous ne pouvons nous permettre de sentimentalité factice. Les Juifs sont le malheur de l’Europe. D’une façon ou d’une autre, ils doivent être liquidés, sans quoi nous courons le danger que ce soit eux qui nous liquident.
(Die Juden betätigen sich überall als Hetzer und Aufputscher. Es ist deshalb erklärlich, daß sie in großem Umfange dafür mit dem Leben bezahlen müssen. Überhaupt vertrete ich die Meinung, daß, je mehr Juden während dieses Krieges liquidiert werden, desto konsolidierter die Lage in Europa nach dem Kriege sein wird. Man darf hier keine falsche Sentimentalität obwalten lassen. Die Juden sind das europäische Unglück; sie müssen auf irgendeine Weise beseitigt werden, da wir sonst Gefahr laufen, von ihnen beseitigt zu werden).»84

Plusieurs thèmes habituels de la propagande antisémite nazie, caractéristique du discours de Goebbels sont ici déclinées: tous les troubles (en l’occurrence en Russie) sont imputés aux Juifs (dans la réalité, une contre-vérité pure et simple). Surtout, la propagande nazie impute aux Juifs un désir de «liquidation» des Allemands. Ce pur fantasme justifie aux yeux de Goebbels l’extermination «préventive» des Juifs. L’ouvrage de Jeffrey Herf cité85 offre de très nombreux exemples de ce mécanisme rhétorique aux conséquences mortifères.



 

Le 9 mars 1942, Giuseppe Burzio, chargé d’affaire du Vatican à Bratislava, envoya un rapport au Vatican où il annonçait l’imminence de la déportation des Juifs de Slovaquie vers la Pologne. Il conclut son message ainsi:

«La déportation de 80000 personnes vers la Pologne, à la merci des Allemands, équivaut à en condamner une grande partie à une mort sûre.»86



 

Le 16 mars 1942, les Münchner Neuesten Nachristen font état du discours du Gauleiter de Munich, Aldof Wagner au cours d’une session du bureau de la politique raciale. Adolf Wagner a déclaré:

«Nous anéantissons le Juif et libérons ainsi l’humanité civilisée du diable (Wir vernichten den Juden und befreien damit die zivilisierte Menschheit vom Teufel)»87



 

Le 27 mars 1942, Joseph Goebbels note dans son journal:

«En commençant par Lublin, les Juifs du Gouvernement Général [la Pologne occupée par les nazis] sont à présents évacués vers l’est. La procédure est assez barbare et ne saurait être décrite ici de façon plus précise. Il ne restera pas grand chose des Juifs. Globalement, on peut dire qu’environ 60 pour cent d’entre eux devront être liquidés alors que 40 pour cent peuvent être utilisés pour le travail forcé.»88

Dans une autre section du présent site, nous fournissons une citation plus complète et une étude du contexte (l’entrée en fonction du centre de mise à mort de Belzec), des circonstances et de la signification de cette entrée importante du journal de Goebbels. Lire cette étude…



 

Louis Sadosky, policier français membre des RG, est arrêté par la Gestapo le 2 avril 1942 et transféré à Berlin. L’arrestation se révèle être une erreur: Sadosky est un collaborateur zélé. Il finit d’ailleurs par être traité comme tel; après l’avoir interrogé sans ménagement, la Gestapo lui fait les honneurs de Berlin avant de le renvoyer en France où il contribuera à la chasse aux Juifs. De retour à Paris, il rédige un rapport à l’attention et à la demande de ses supérieurs. Ce document, découvert aux Archives nationales par l’historien Laurent Joly, raconte les cinq semaines du «voyage» de Louis Sadosky en Allemagne. Le 25 avril, des inspecteurs de la Gestapo lui font visiter Berlin et lui montrent comment sont traités les Juifs encore présents. Leurs propos sur le destin funeste et la part qu’y prend Hitler sont sans ambiguïté. Voici comment Louis Sadosky les rapporte:

«Il reste encore à Berlin, nous ont confié les inspecteurs, 63000 juifs allemands, mais, ajoutèrent-ils, chaque jour des convois de juifs sont formés à destination de l’Est, et nous pensons, dirent-ils encore, qu’en 1943, il ne restera plus un seul juif à Berlin. Mais où les conduit-on, demandais-je. Dans le gouvernement général, me répondit-on. Alors, dis-je, le gouvernement allemand n’aurait-il pas l’intention de créer dans le gouvernement général un ghetto universel. Oh, non, me répondit-on, ce n’est pas l’intention du chancelier Hitler, mais au contraire celle de la destruction complète et à jamais de la race. Dans le Gouvernement général, les juifs ne vivent pas longtemps.»89

Outre le passage cité, le rapport de Louis Sadosky, favorable aux Allemands, ne laisse planer aucun doute sur la nature du régime nazi, le comportement de la Gestapo et le traitement réservé aux Juifs. Il est donc parfaitement clair que l’Etat Français savait (il l’était aussi par d’autres biais) que les Juifs qu’il livrait aux nazis étaient destinés à être assassinés.



 

Le Dr. Erhard Wetzel dirigeait la Section raciale du ministère pour les territoires occupés de l’Est. Il a rédigé un rapport daté du 27 avril 1942, sur ce qu’il convenait de faire des Polonais. L’extermination des Juifs y est évoquée comme allant de soi… Il note:

«Il va de soi qu’on ne peut résoudre le problème polonais en ce sens qu’on liquide les Polonais comme les Juifs (Daß man die Polenfrage nicht in dem Sinne lösen kann, daß man die Polen wie die Juden liquidiert, dürfte auf der Hand liegen). Une telle solution du problème polonais marquerait le peuple allemand jusque dans un avenir lointain et nous enlèverait de toutes parts la sympathie, d’autant plus que les autres peuples environnants devraient compter sur l’éventualité d’un semblable traitement à un moment donné»90

Un peu moins d’une année plus tard, le 29 mars 1943, le Dr Friedrich Gollert, un autre expert nazi, rejetterait lui aussi l’extermination des Polonais, en mentionnant lui aussi clairement le caractère évident de celle des Juifs. Voir plus bas.



 

En avril 1942, à l’occasion de la parution d’un article du Völkischer Beobachter qui traitait du déploiement de la Police d’Ordre (Sicherheitspolizei) en URSS dans le cadre de la lutte anti-partisans (sans traiter des Juifs), les services de renseignement intérieur d’Erfurt, envoient un rapport sur les rumeurs qui courent dans la population, soulignant à la fois le caractère flou de la connaissance que celle-ci pouvait avoir, l’intérêt qu’elle manifestait pour toute information, mais aussi le caractère très concret de ces rumeurs, notamment à propos des Juifs. On y lit:

«La rumeur s’est répandue dans la population que la Police de Sécurité a pour tâche d’exterminer les Juifs dans les territoires occupés. Les Juifs ont été rassemblés par milliers et exécutés; auparavant, ils ont du creuser leurs tombes. L’exécution des Juifs a parfois atteint de telles proportions que même les membres des commandos d’exécution ont souffert de dépression nerveuse (So werde in der Bevölkerung kolportiert, daß der Sicherheitspolizei die Aufgabe gestellt sei, das Judentum in den besetzten Gebieten auszurotten. Zu Tausenden würden die Juden zusammengetrieben und erschossen, während sie erst zuvor ihre Gräber gegraben hätten. Die Erschießungen der Juden nähmen zeitweise einen Umfang an, daß selbst die Angehörigen der Erschießungskommandos Nervenzusammenbrüche bekämen).»91

Notons que les rumeurs rapportées ici correspondent en tout point à ce que nous savons des Opérations mobiles de tuerie.



 

Dans le numéro de mai 1942 du magazine Volk und Rasse [Peuple et Race], on peut lire:

«Une bonne compréhension de la Juiverie doit exiger son anéantissement total»92.

Le caractère radical de cet «anéantissement total» découle du «diagnostic» que l’auteur, G. Teich, pose sur les Juifs avant la phrase citée: «Le destin inexorable de la Juiverie est, indépendamment de sa volonté, d’agresser la société humaine. Cette attitude sans nuance explique aussi qu’il soit impossible de résoudre la question juive». Cette «impossibilité» est évidemment dépassée par le recours à l’«anéantissement total»



 

Toujours en mai 1942, l’abbé italien Pierro Scavizzi, qui se rendait souvent en Pologne envoya un rapport directement adressé au Pape Pie XII. On pouvait y lire:

«Le combat [des Allemands] contre les Juifs est implacable et s’intensifie constamment avec des déportations et des exécutions massives. Le massacre des Juifs d’Ukraine est maintenant presque achevé. En Pologne et en Allemagne, ils veulent aussi en terminer, par un système de meurtres.»93



 

De nombreux discours d’officiels nazis diffusés à la radio ont été conservés. Le 10 mai 1942, le directeur du Deutsche Arbeitsfront, Robert Ley, s’adresse à des travailleurs à Amsterdam. Voici ce qu’il déclare:

«Camarades, croyez moi. Je ne dresse pas un tableau exagérément sinistre et j’en suis amer, je suis amèrement sérieux. Le Juif est le grand péril de l’humanité. Et si nous ne réussissons pas à l’exterminer, alors nous perdrons la guerre. Il ne suffit pas de les déplacer; ce serait comme d’enfermer des poux dans une cage (rires). Ils en sortiraient et […] viendraient vous démanger de nouveau (rires). On doit les anéantir, on doit les exterminer.
(Mein Kameraden, glauben Sie mir, ich male Ihnen das nicht zu schwarz, und es ist mir auch bitter, bitter ernst. Der Jude ist die große Gefahr der Menscheit. Und wenn uns nicht gelingt, ihn auszurotten, dann haben wir den Krieg verloren. Es genügt nicht, ihn irgendwohin zu bringen, es ist genauso, als wenn man die Läuse irgendwo in einen Käfig hineinsperren wollte. (Gelächter). Sie finden auch einen Ausweg und kommen wieder unten hervor, auf einmal da jucken sie einen wieder (Gelächter) und sind wieder da. Man muß sie vernichten, man muß sie ausrotten).»94

Robert Ley continue à peine avant d’être interrompu par des applaudissement… On remarquera que Ley est parfaitement clair, et ce publiquement: déplacer les Juifs ne suffit pas, il faut les assassiner. Et en effet, les nazis transportaient et transporteraient les Juifs d’Europe de l’Ouest et centrale pour les assassiner. Ley le sait, Ley le dit. Et il est applaudi.



 

Le SS-Haupsturmführer Theodor Dannecker était, à Paris, au sein de la section IV du Sipo-SD (Gestapo), responsable du service IV-J, en charge de la «question juive». Antisémite fanatique, il souhaitait ardemment participer à la «Solution Finale». Il mena en mai 1942 des négociations avec le Generalleutnant Kohl, officier de la Wehrmacht responsable de l’affectation des trains. Il s’agissait pour Dannecker d’obtenir du matériel roulant pour déporter les Juifs. Dans son rapport à ses supérieurs, daté du 13 mai 1942, Dannecker explicite sans la moindre ambiguité en quoi consiste la «Solution Finale». Il écrit en effet:

«J’ai pu constater qu’il [Kohl] était un adversaire sans compromis des Juifs et qu’il approuve à 100% une solution finale de la question juive ayant pour but l’anéantissement total de l’adversaire.»95

La suite du rapport de Dannecker offre une autre clé de décodage du langage nazi. Ce que demande Dannecker, c’est que «l’adversaire» (juif) à anéantir totalement («restloser Vernichtung») soit «transport[é…] à l’Est», formule camouflant le plus souvent la déportation des Juifs vers les centres de mise à mort industrielle où ils étaient assassinés dès leur arrivée. Mais ici, Dannecker écrit très clairement de quoi il s’agit: «transport à l’Est» = «Solution finale» = anéantissement total. L’historien Maxime Steinberg a, dans son ouvrage, étudié ce document dans son contexte et formidablement réfuté les tentatives du négationniste Faurisson de vider le document Dannecker du 13 mai 1942 de son sens, au chapitre 6. On notera que la tournure employée (restloser Vernichtung) par Dannecker est très proche de celle de l’article de Volk une Rasse de mai 1942, cité plus haut (völlige Vernichtung) au point qu’on peut se demander si Dannecker n’a tout simplement pas repris ce qu’il a lu…

Enfin, on peut rapprocher ce rapport de Dannecker du témoignage de Edmund Bälz. Edmund Bälz, était le chef de la section judiciaire au sein de l’administration militaire allemande en France. Il était en contact avec son collègue Walter Bargatzky, alors également officier supérieur dans l’administration militaire, futur président de la croix-rouge allemande et membre de l’opposition à Hitler qui organisa l’attentat du 20 juillet 1944. En mai 1942, Reinard Heydrich se rend à Paris. Le 7 mai 1942 il organise une réunion avec un cercle réduit de hauts fonctionnaires, réunion à laquelle participe Edmund Bälz. Heydrich y aborde la politique d’extermination des Juifs en cours. Bälz est tellement choqué par ce qu’il a entendu qu’il ne restitue à Bargatzky que quelques aspects des propos de Heydrich. Heydrich s’est cependant montré très clair sur le sort des Juifs :

«Des bus affectés au transport des Juifs […] dans lesquels du gaz mortel est introduit pendant le trajet. Une tentative qui, au grand regret de Heydrich, échoue à cause d’une technique insuffisante. Les bus sont trop petits, le taux de mortalité trop bas, et il y a encore d’autres défauts facheux. Raison pour laquelle il annonce finalement des solutions de plus grande échelle, plus perfectionnées, avec de meilleurs rendements […] Comme pour les Juifs russes de Kiev, la condamnation à mort de la totalité des Juifs d’Europe a été prononcée. Même celle des Juifs de France dont la déportation commence ces semaines-ci.»96

Il est évident que Dannecker était présent lors de cette réunion ou a minima qu’Heydrich lui a tenu les mêmes propos en tête à tête: Heydrich est le grand patron de Dannecker et celui-ci est le responsable de la politique anti-juive en France, aspect qui obsède Heydrich. Cela éclaire les demandes de Dannecker pour du matériel roulant pour la déportation des Juifs et surtout son ton décomplexé une semaine plus tard.



 

Le Dr August Becker était l’expert des techniques de gazage d’êtres humains dans le cadre de l’opération dite d’«Euthanasie» (l’assassinat des handicapés). A l’automne 1941, il est affecté auprès des unités faisant fonctionner les camions à gaz utilisés pour assassiner les Juifs en URSS. Le 16 mai 1942 il rédige un rapport relatif aux difficultés rencontrées. On y lit notamment:

«Le gazage n’est pas effectué comme il le devrait. Dans le but d’en finir le plus vite possible, le conducteur appuie au maximum sur l’accélérateur. Ce faisant, les individus à exécuter meurent d’asphyxie au lieu de mourir par perte de conscience comme prévu.»97

Lire le rapport sur PHDN…



 

Le 20 mai 1942, Robert Ley, le chef du Front du Travail, écrivait:

«Nous devons combattre les Juifs jusqu’au bout. Il ne suffit pas d’isoler les Juifs de l’humanité; il faut éliminer complètement le Juif.»98



 

Le 23 mai 1942, Hitler s’adressa pendant deux heures aux Reichsleiter et aux Gauleiter, derrière les portes closes de la Chancellerie du Reich. Goebbels était présent et a rapporté les propos de Hitler dans son journal; pour Hitler:

«[les] Juifs, en toutes circonstances, [étaient] décidés à arracher la victoire, car ils savaient que la défaite serait aussi leur liquidation personnelle.»99

Goebbels rapporte également qu’Hitler a donné l’ordre explicite à Himmler de faire exécuter tous les prisonniers de camps de concentration au cas où les choses tourneraient mal100.



 

Robert Ley, montrant que sa déclaration du 20 mai n’était pas un dérapage, et reprenant sans doute la propre rhétorique d’Hitler, écrivait fin mai, dans l’hebdomadaire de Goebbels, Der Angriff:

«La guerre se terminera avec l’extermination des Juifs.»101



 

Le 28 mai 1942, Goebbels note dans son journal:

«Plus on éliminera de gens de cette sale race, meilleures seront les perspectives pour la sécurité du Reich.»102



 

Dans le numéro du 6 juin 1942 de Das Reich l’hebdomadaire de Goebbels, Robert Ley écrit:

«Les Juifs paieront par l’extermination (Ausrottung) de leur race.»103



 

Le 14 juin 1942, Goebbels, utilisait exactement la même formule (en précisant la portée géographique), dans Das Reich, son hebdomadaire de propagande:

«Les Juifs nous le paieront par l’extermination de leur race en Europe et peut-être même ailleurs.»104



 

Capitaine dans la Wehrmacht pendant la guerre, Wilm Hosenfeld était stationné à Varsovie. Il tenait un journal qu’il faisait parvenir à sa famille. Le 23 juin 1942, il écrit:

«Il y a une entreprise d’extermination des Juifs qui est en cours. Tel a été l’objectif de l’administration civile allemande depuis l’occupation des régions orientales, et ce avec l’aide active de la police et de la Gestapo, mais il semble qu’il doive s’appliquer maintenant, de façon radicale, à une plus vaste échelle encore. De sources différentes et toutes dignes de foi, nous apprenons que le ghetto de Lublin a été vidé, que les Juifs ont été tués en masse ou chassés dans les forêts, et que certains d’entre eux ont été emprisonnés dans un camp proche. Des témoins venus de Lietsmannstadt et de Kutno racontent que les Juifs, hommes, femmes et enfants, sont asphyxiés dans des unités de gazage mobiles, que les cadavres sont dépouillés de leurs habits avant d’être jetés à la fosse commune et que ces vêtements sont ensuite recyclés dans des usines textiles.»105



 

Le 7 juillet 1942, à 8h15, heure du Caire, la Voix de l'Arabisme Libre, station de radio nazie émettant de Berlin en Arabe vers les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, diffuse un message qui commence par un pur mensonge, à savoir que les Juifs d'Egypte auraient reçu des armes à utiliser contre les Egyptiens (non juifs). Ce message se poursuivait ainsi:

«Nous pensons qu’il est préférable que les Egyptiens se lèvent comme un seul homme afin de tuer les Juifs avant qu’ils aient l’opportunité de trahir le peuple égyptien. Il est du devoir des Egyptiens d’anéantir les Juifs et de détruire leurs biens. […] Les Juifs sont la source de tous les désastres qui sont advenus aux pays du Levant. […] Vous devez tuer les Juifs avant qu’ils n’ouvrent le feu sur vous […] Arabes de Syrie, d’Irak et de Palestine, qu’attendez-vous? Les Juifs projettent de violer vos femmes, de tuer vos enfants, de vous détruire. Selon la religion musulmane, la défense de votre vie est un devoir que vous ne pouvez accomplir qu’en anéantissant les Juifs. Voici votre meilleure chance de vous débarrasser de cette sale race qui a usurpé vos droits et a provoqué le malheur et la ruine de vos pays. Tuez les Juifs, brûlez leurs biens, détruisez leurs boutiques, anéantissez ces complices de l’impérialisme britanique. Votre unique espoir de salut réside dans l’anéantissement des Juifs avant qu’ils vous anéantissent.»106

La propagande nazie vers les pays arabes usait des mêmes procédés que celle destinée aux Européens: accusations délirantes contre les Juifs leur attribuant par projection les projets et méthodes que les nazis réservaient aux Juifs, et appels au meurtre de masse comme conséquence, justifiés par ailleurs par l'invocation de l'Islam.



 

Philipp Bouhler, chef de la «chancellerie du Führer» écrit à Bormann le 10 juillet 1942, que:

«il a mis à disposition du Reichführer une grande partie de [ses équipes] pour une solution de la question juive allant jusqu’aux ultimes conséquences.»107

Boulher était le responsable de l’opération T.4 dite d’«euthanasie», d’assassinat des handicapés dans ces centres de mise à mort se trouvant en Allemagne. La principale méthode employée, parfaitement maîtrisée par les équipes de Bouhler: la chambre à gaz.



 

Le samedi 18 juillet 1942, un maître payeur au Commandement de l’Armée en Pologne écrit:

«À Bereza-Kartuska, où j’ai fait halte à midi, la veille on venait juste de fusiller 1300 Juifs. Ils avaient été conduits dans une cuvette hors de la localité. Hommes, femmes et enfants avaient dû se déshabiller entièrement et avaient été abattus d’un coup dans la nuque. Les vêtements ont été désinfectés et réutilisés.»108



 

En France, lors d’une réunion sur la déportation des Juifs avec le secrétaire d’État à la Police, René Bousquet, il avait été décidé (plus ou moins unilatéralement par Dannecker, chef du service des affaires juives au sein du Sipo-SD) d’une tournée d’inspection des «camps de concentration pour Juifs» en zone non occupée, administrée par le régime de Vichy. Menée à bien par le SS-Haupsturmführer Dannecker et le SS-Unterscharführer Heinrichsohn du 11 au 19 juillet 1942, cette tournée fit l’objet d’un rapport rédigé par Dannecker le 20 juillet 1942. Le contexte est important; c’est celui d’un raidissement des exigences allemandes: le 1er juillet, Eichmannn transmettait un ordre d’Himmler exigeant la déportation la plus rapide possible des Juifs se trouvant en France. Cela n’était évidemment pas pour déplaire à Dannecker qui exprimait le 13 mai 1942, dans un rapport cité plus haut son désir de mener à bien «une solution finale de la question juive ayant pour but l’anéantissement total» des Juifs. Les accords entre le régime de Vichy et les nazis portaient à ce moment-là sur la déportation des Juifs apatrides et étrangers. Dannecker venait en quelque sorte «faire ses courses» en zone sud. Rappelons que depuis octobre 1941, toute émigration des Juifs était interdite par les nazis. Le long rapport de Dannecker est intéressant à plus d’un titre. Il note en effet que les conditions dans le camps en zone sud étaient particulièrement dures. On sait depuis que les morts de faim y furent nombreux. Dannecker fournit pour les camps visités le nombre de «Juifs déportables». Il est visiblement déçu des chiffres assez faibles dont il peut faire état. Il note cependant son espoir:

«d’avoir en mains les Juifs pour l’exécution imminente du plan prévu».

Dans le contexte de son rapport, il est clair qu’il s’agit, a minima, des déportations exigées par Himmler. Vers la fin de son rapport, Dannecker aborde le «problème» (le mot est de Dannecker) de l’émigration juive. Compte tenu des motifs de son voyage et du contexte, interdiction de l’émigration des Juifs depuis octobre 1941, volonté de déporter un maximum de Juifs, Dannecker ne se réjouit pas de cette émigration (difficile comme le note Dannecker). Il la constate. Il a cependant un motif de satisfaction. Il note en effet:

«Dès qu’une possibilité d’embarquement se présente, la société juive d’émigration “HICEM” paye n’importe quelle somme pour permettre à des Juifs d’émigrer. Cela est une preuve que pour la Juiverie mondiale il est clair que les Juifs se trouvant à la merci des Allemands courent à leur total anéantissement (Dies ist ein Beweis dafür, daß das Weltjudentum sich darüber klar ist, daß die im deutschen Machtbereich befindlichen Juden ihrer restlosen Vernichtung entgegengehen).»109

Outre que Dannecker décode une fois de plus (voir son rapport du 13 mai 1942, cité plus haut) la signification réelle de la déportation des Juifs, leur «total anéantissement», la satisfaction de Dannecker ne concerne pas le fait qu’il y ait encore une émigration qui le prive de Juifs «déportables», mais le fait que les Juifs sont prêts à payer n’importe quel prix pour partir, et que cela prouve aux yeux de Dannecker que les Juifs sont conscients que le sort qui les attend entre les mains allemandes est la mort. Dannecker se réjouit de leur terreur et souligne que cette terreur est fondée. Un exemple typique de Schadenfreude nazie…110



 

Le 26 juillet 1942, Eichmann adressa un rapport à Himmler au sujet d’un accord passé avec le chef du régime roumain allié aux nazis, le maréchal Mihai Antonescu, concernant la déportation prochaine des Juifs de Roumanie vers la région de Lublin (en Pologne) où, précisait ce rapport:

«les aptes seront mis au travail, et le reste sera soumis au traitement spécial (der Rest der Sonderbehandlung unterzogen werden soll).»111

On notera la référence au «traitement spécial» réservé aux inaptes au travail, c’est-à-dire l’assassinat (comme l’illustrent notamment un rapport d’Einsatzkommando du 13 juillet 1941 cité plus haut, ainsi que la correspondance entre Arthur Greiser et Himmler, citée plus bas). L’assassinat des «inaptes au travail» est régulièrement évoqué dans les documents nazis, comme dans le rapport de Wilhelm Kube du 31 juillet 1942, cité plus bas, ou dans la lettre du Sturmbahnführer Rolf Heinz Höppner à Eichmann du 16 juillet 1941, citée plus haut, dans la lettre de Wetzel à Lohse du 25 octobre 1941 (qui mentionne la méthode: le gazage), citée plus haut, ou dans le propre journal de Goebbels le 27 mars 1942 (cité plus haut), ou encore dans le rapport envoyé par du consul suédois Karl Ingve Vendel du 20 août 1942, cité plus bas. Le «traitement spécial» des «inaptes au travail» ne désigne rien d’autre que leur assassinat…



 

Le 31 juillet 1942, le Gauleiter Wilhelm Kube écrit depuis Minsk au Reichskommissar Lohse:

«… nous avons liquidé au cours des dix dernières semaines environ 55000 Juifs en Biélorussie […] A Minsk, approximativement 10000 Juifs ont été liquidés les 28 et 29 juillet, dont 6000 Juifs russes, en majorité des personnes âgées, des femmes et des enfants; le reste composé de Juifs inaptes au travail. La plus grande partie d’entre eux avait été déportée à Minsk en novembre dernier, par ordre du Führer, de Vienne, Brünn, Brême et Berlin.»112

Le rapport est cité plus complètement sur PHDN. Voir le rapport…



 

Le consul suédois de Stettin, Karl Ingve Vendel, était secrètement en contact avec les membres de l’opposition militaire allemande au régime nazi. Lors d’un séjour en prusse orientale, le 9 août 1942, chez l’un d’eux, le comte Heinrich von Lehndorff, lieutenant de réserve de l’Armée, il rencontra probablement, entre autres, le lieutenant-colonel Henning von Tresckow, et recueillit auprès de lui des informations sur le sort des Juifs. Le 20 août 1942, il rédigea un rapport de sept pages qu’il transmit à son gouvernement. Sur la situation des Juifs de Pologne, notamment dans les ghettos, il écrit:

«Le traitement [des Juifs] dépend du lieu et du nombre de Juifs […]. Cependant l’objectif est leur extinction à tous. […] Les Juifs de plus de cinquante ans et les enfants de moins de dix ans sont tout particulièrement visés par l’extermination. Les autres sont laissés en vie afin de servir de force de travail; ils seront exterminés dès qu’ils ne seront plus utiles, et leurs biens confisqués, principalement par les SS. Dans les villes, tous les Juifs sont rassemblés, officiellement pour “épouillage”. […] Mais en guise d’épouillage, ils sont gazés, après quoi ils sont jetés dans des fosses communes préparées d’avance. La source de laquelle je tiens tous ces renseignements sur les conditions dans le Gouvernement Général est telle que la véracité des descriptions qu’elle m’a faites ne fait pas l’ombre d’un doute.»113



 

Le 18 août 1942, le Prince Otto von Bismarck présenta à Roberto Ducci, le haut-fonctionnaire italien responsable de la Croatie occupée, un télégramme signé Ribbentrop demandant au gouvernement italien de permettre la livraison en masse des Juifs de Croatie. Roberto Ducci rendit compte de son entrevue avec Bismarck dans une note dont l’original nous est parvenu. On y lit:

«Bismarck a déclaré qu’il s’agissait de plusieurs milliers de personnes et il me fit comprendre qu’une telle mesure [la livraison des Juifs de Croatie aux Allemands] mènerait en pratique à leur dispersion et à leur liquidation [terme qui remplace "annihilation", barré dans l’original].»114

Roberto Ducci entretint son supérieur hiérachique le Comte Luca Pietromarchi qui, dans le journal qu’il tenait, nota le 20 août 1942 que Bismarck avait demandé la livraison des Juifs de Croatie:

«dans le but de les détruire.»115



 

Wilhelm Cornides était un sous-officier allemand de 22 ans. Lors d’un voyage en Galicie les 31 août et 1er septembre 1942, il passe très près du centre de mise à mort de Belzec. Ce qu’il voit et entend le frappe tellement qu’il prend note de ses observations. Il a discuté avec plusieurs personnes, passagers des trains dans lesquels il a voyagé, et policiers recontrés en route. Voici quelques passages des observations de Wilhelm Cornides:

« “Et où vont-ils [les Juifs entassés dans un train de marchandises croisé par Cornides] ensuite?”, interrogeai-je. “Belzec”, dit-il [un policier en service dans la gare de Rawa-Ruska] “Et après?”. “Poison.” “Au gaz?”, demandai-je. Il haussa les épaules. Puis il se contenta de dire: “A ce que je crois, au début ils étaient toujours fusillés.” Hier, on a retrouvé six cadavres d’enfants sur le parcours du train. L’agent de la police ferroviaire […] a confirmé les déclarations de la femme à propos des cadavres d’enfants […] Nous sommes passés devant le camp de Belzec. […] On percevait distinctement une odeur douçâtre et pénétrante. “Ils commencent déjà à puer”, dit [une femme]. “Mais non, c’est le gaz”, répondit l’agent en riant. Dans l’intervalle — nous avions parcouru environ 200 mètres — l’odeur douçâtre s’était transformée en une âcre odeur d’incendie. “Ça vient du crématoire” dit l’agent. [Récit fait à Wilhelm Cornides:] “Récemment, on a eu un SS complètement ivre à notre cantine, il pleurait comme un gosse. Il disait qu’il était en service à Belzec et que si ça durait encore deux semaines comme ça, il se suiciderait parce qu’il n’en pouvait plus.” […] Je demandai [à un policier] de quelle manière les Juifs étaient tués, il répondit: “On leur dit qu’ils doivent aller à l’épouillage et qu’ils doivent retirer leurs vêtements, puis ils entrent dans une pièce, dans laquelle on introduit d’abord de l’air chaud dans lequel on a déjà mêlé une petite quantité de gaz. Ça suffit pour endormir. Le reste vient ensuite. Ils sont brûlés aussitôt après.”»116

PHDN fournit la traduction intégrale et les fac-similés des notes de Wilhelm Cornides. Voir la section consacrée aux observations de Cornides…



 

Le 2 septembre 1942, le sous-officier H. H de la 3e compagnie du bataillon territorial 990 écrit:

«Cela fait déjà deux ans et demi que je me trouve à l’Est. Croyez bien qu’ici nous avons entièrement pris la mesure du danger que représente le Juif. Seuls leur extermination et leur anéantissement sont de mise et nous espérons que l’heure n’est plus très loin où le dernier d’entre eux aura creusé sa tombe (Über 2½ Jahre befinde ich mich jetzt schon im Osten. Sie dürfen glauben, daß wir hier die ganze Gefährlichkeit der Juden erkannt haben. Die Ausrottung und Vernichtung ist das einzige am Platze, und wir hoffen, daß die Stunde nicht mehr fern liegt, wo auch der letzte sein eigenes Grab schaufelt).»117



 

Otto Hofmann, l’un des participants à la conférence de Wannsee, expose à la fin septembre 1942, ses vues sur les générations futures. Il précise:

«Elles ne connaîtront pratiquement plus le danger juif. Dans vingt ans, les Juifs n’existeront peut-être plus. Il y a en Russie Européenne au total 11 millions de Juifs [!]. Il reste donc encore du travail à faire. Je ne pense pas que nous en ayons éliminé plus d’un million. Il est temps qu’on soit en Europe débarrassé de cette peste.»118

Ce discours contient deux erreurs. Le chiffre de 11 millions de Juifs avait été avancé lors de la conférence de Wannsee comme le total de Juifs en Europe. D’autre part, l’extermination s’est en réalité déroulée plus rapidement qu’Hofmann ne le pense.



 

Lorsque, le 30 septembre 1942, Hitler rappela de nouveau, dans un discours public au Sportpalast de Berlin sa «prophétie» comme quoi en cas de guerre mondiale, les Juifs seraient exterminés et que cette prophétie allait se réaliser, il fut parfaitement compris de son auditoire. Ainsi, le romancier et dramaturge roumain Mihail Sebastian nota le 1er octobre dans son journal ce qu’il avait retenu du discours d’Hitler:

«La juiverie sera exterminée.»119



 

Helmuth von Moltke, issu de la grande aristocratie prussienne, était membre de l’Abwerh (les services secrets allemands) et fut l’un des fondateurs d’un groupe informel d’opposition à Hitler, le Cercle de Kreisau. Bien qu’opposé à l’attentat raté de juillet 1944 contre Hitler, il fut arrêté, jugé et condamné à mort malgré l’absence totale de preuve de «trahison». Il est excuté par la Gestapo en janvier 1945. Durant toute la durée de la guerre il écrivait des lettres à son épouse, Freya. Le 10 octobre 1942 il lui écrivit ceci:

«Hier, le déjeuner fut intéressant car l’homme avec lequel j’ai mangé arrivait juste du Gouvernement [le Gouvernement Général] et nous a fait un rapport authentique sur les "hauts-fourneaux SS". Jusqu’ici je n’y avais pas cru, mais il m’a assuré que c’était vrai: 6000 personnes sont "traitées" chaque jour dans ces fours. Il était dans un camp de prisonnier à 6 km du camp dont les officiers lui ont assuré que cela était absolument exact. Ils lui ont également rapporté des histoires assez extraordinnaires sur les personnes qui y travaillent.»120

Le Gouvernement Général, partie de la Pologne occupée annexée au Reich, avait été doté de trois centres d’extermination dans le cadre de l’Opération Reinhard, Belzec, Sobibor et Treblinka, qui s’ajoutaient Chelmno. Or début octobre, la capacité d’assassinat de Treblinka était passée de 3000 à 6000.



 

Groupe clandestin de réflexion et de discussion en opposition au régime nazi, proche de Carl Goerdeler, le Cercle de Fribourg était constitué d’économistes et de juristes. Il s’y élaborait pendant la guerre des projets pour la politique allemande post-nationale-socialiste. Voulant témoigner de l’état de leur réflexion en novembre 1942, des membres du Cercle de Fribourg rédigent un memorandum. L’économiste Constantin von Dietze en rédige une partie intitulée «Propositions pour la solution de la question juive en Allemagne». On y lit:

«[Les] persécutions [des Juifs] ont sans conteste été voulues par les autorités centrales […]. des centaines de milliers d’être humains ont été tués systématiquement pour la simple raison qu’ils étaient d’ascendance juive.»121

Ce qui frappe, ainsi que le souligne Friedländer, c’est que le reste de ce passage est impregné d’un fort antisémitisme, de facture non-nazie mais traditionnelle, qui continue de considérer les Juifs comme un «problème» au point que si, après la guerre, Dietze préconise que «l’Etat renonce à toute les réglementations spéciales concernant les Juifs», c’est uniquement parce que «le nombre de Juifs survivants et revenant en Allemagne ne sera pas si important qu’ils pourraient encore [sic] faire figure de danger pour le Volkstum allemand.»122



 

Le Général Giuseppe Pieche représentait les carabiniers italiens en Croatie du Nord et en Slovénie. Une note du ministère des affaires étrangères italien daté du 4 novembre 1942 rapporte le contenu d’un télégramme envoyé le jour même par le Général Pieche. Celui-ci précise à propos des Juifs déportés vers l’Est depuis la zone d’occupation allemande:

«Ils sont éliminés au moyen de gaz toxiques.»123

Cette note fut lue par Ciano, le ministre des Affaires étrangères, par le Général Roatta, puis par Mussolini (la note est tamponnée «vu par le Duce»), sans autre commentaire. Quatre mois plus tôt, Mussolini avait reçu de Ciano un memorandum dans lequel il était clair que la déportation signifiait «in pratica-eliminazione». Le Duce inscrivit de sa main «Nulla Osta»: pas d’objection124.



 

Le 14 novembre 1942, le Général Giuseppe Pieche (voir ci-dessus) confirme, dans un rapport envoyé à Rome, son télégramme du 4 novembre. Il y écrit que:

«Expulser [livrer aux Allemands] les Juifs serait équivalent à les condamner à mort.»125



 

Le Comte Luca Pietromarchi était un haut fonctionnaires fasciste; il adhérait au projet de la conquête italienne de la Méditerranée et en raciste convaincu, il croyait à la supériorité de la «race italienne»126. Responsable, au sein de la diplomatie italienne de l’ensemble des territoires occupés, il était introduit à la fois dans les milieux politiques et économiques, en tant qu’ancien patron de la section guerre économique du ministère des affaires étrangères. Il était particulièrement bien informé et tenait un journal. Le 27 novembre 1942, il y écrit:

«Les Allemands continuent impertubablement à massacrer les Juifs.»127



 

Le 1er mai 1942, le Statthalter du Reich et Gauleiter en Pologne occidentale du district du Warthegau (une partie de la Pologne annexée au Reich), Arthur Greiser, responsable de la mise en œuvre du centre de mise à mort de Chelmno, écrit à Himmler pour lui proposer le «traitement spécial» des quelques 35000 tuberculeux recensés dans son Gau, comme mesure sanitaire destinée à protéger les Allemands de souche dans le territoire incorporé128. Les termes de sa demande éclairent le sort réservé aux Juifs:

«L’opération de traitement spécial des cent mille juifs se trouvant sur le territoire de mon district, autorisée par vous en accord avec le chef de la direction de la sécurité du Reich, l’Obergruppenführer SS Heydrich, pourra être achevée d’ici deux à trois mois. Je vous prie de m’autoriser en outre à libérer mon district d’un danger qui, de semaine en semaine, menace de prendre les proportions d’une catastrophe et à utiliser à cet effet le commando spécial disponible déjà engagé à l’occasion de l’opération juive.
Il y a, dans le district, environ deux cent trente mille cas de tuberculose reconnus parmi la population polonaise. Parmi ceux ci, on évalue à trente cinq mille les cas de tuberculose ouverte. […] Si dans le Reich ancien il n’est pas possible d’intervenir contre cette endémie avec les mesures draconiennes qui conviendraient, je crois pouvoir prendre la responsabilité de vous proposer de faire exterminer dans le Warthegau les cas de tuberculose ouverte existant dans la population polonaise.»129 

Pour résumer, Greiser propose à Himmler l’extermination des polonais tuberculeux en utilisant le «commando spécial» (c’est à dire le «commando spécial Lange») responsable du «traitement spécial» des Juifs. La réponse positive de Himmler datée du 27 juin 1942 mérite d’être citée dans son intégralité:

«Cher camarade Greiser,
Il m’a malheureusement fallu attendre jusqu’à aujourd’hui pour répondre à votre lettre du 1er mai 1942. Je n’ai rien contre l’idée que dans la région du Reichgau du Wartheland les citoyens protégés ou apatrides de souche polonaises, atteints de toute évidence de tuberculose, dans la mesure où selon le diagnostic médical leur affection est incurable, soient soumis à un traitement spécial tel que vous l’entendez. Je demanderais toutefois que les mesures prises cas par cas soient d’abord très précisément concertées avec la Police de sécurité, de telle sorte que leur mise à exécution soit la plus discrète possible.
Heil Hitler!
Votre H. Himmler»130 

Pour Himmler, l’extermination proposée par Greiser et le «traitement spécial» ne font qu’un; compte tenu de la lettre initiale de Greiser, de la discrétion demandée par Himmler et du fait que ce «traitement» se charge de cas incurables, il est clair que tout cela signifie bien l’assassinat des 35000 tuberculeux polonais, que le «traitement» des Juifs par le commando Lange consistait à les assassiner. Cela est d’ailleurs confirmé très explicitement par la lettre de protestation que le responsable de la santé publique de Varsovie, le docteur Wilhelm Hagen, qui ignorait que Himmler était revenu sur son autorisation le 3 décembre, envoya à Hitler le 7 décembre 1942:

«Lors d’une réunion sur la tuberculose le directeur de la Division de la population et de l’aide sociale, l’oberwaltungsrat Weirauch, nous a secrètement informés que, sur 200000 Polonais qui doivent être réinstallés à l’Est du Gouvernement général pour faire de la place aux cultivateurs allemands travaillant à la défense nationale, un tiers — 70000 personnes âgées et enfants de moins de dix ans — pourraient être traitées de la même façon que les Juifs, autrement dit qu’on projette ou qu’on envisage de les tuer (es sei beabsichtigt oder werde erwogen… so zu verfahren, wie mit den Juden, das heißt, sie zu töten)»131

Wilhelm Hagen dénonce le projet de traiter les polonais tuberculeux de la même façon que les Juifs, leur appliquer le «traitement spécial» dans la terminologie de Himmler et Greiser, que Hagen explicite sans la moindre ambiguité: il s’agit de meurtres. Himmler envisagea, à la suite de la lettre de Hagen, d’envoyer celui-ci en camp de concentration…



 

Le 7 décembre 1942, le soldat S. M. écrit:

«Les Juifs arrivent ici, c’est à dire à Auschwitz, à raison de 7 à 8000 par semaine, puis meurent peu de temps après d’une "mort héroïque".»132

L’ironie antisémite de l’expression «mort héroïque» ne cherche même pas à cacher qu’il s’agit évidemment d’assassinat.



 

Hans Frank, plus tard surnommé le «boucher de Cracovie», occupait le plus haut poste dans le Gouvernement général (partie occidentale de la Pologne occupée). Il fit une conférence à ses principaux collaborateurs le 9 décembre 1942 et consigna ses propos dans son journal:

«Il est clair que la situation de la main d’oeuvre est rendue plus difficile quand, en plein effort de guerre, l’ordre est donné de préparer tous les Juifs à l’anéantissement. La responsabilité de cet ordre ne vient pas du Gouvernement général. La directive concernant l’anéantissement des Juifs émane de sources plus élevées.»133



 

Auschwitz était à la fois un camp de concentration, vers lequel étaient déportés nombre de Polonais non juifs, et un camp d’extermination où étaient déportés des Juifs pour y être, en majorité, directement assassinés. Un employé du Bureau central de déplacement de populations de Lodz, le SS-Untersturmführer Heinrich Kinna établit, le 16 décembre 1942, un rapport concernant le sort d’un convoi de Polonais non juifs arrivés à Auschwitz le 10 décembre 1942. Heinrich Kinna écrit:

«En référence au déploiement des aptes au travail, le SS-Hauptsturmführer Haumeier a expliqué que seuls des Polonais [non juifs] aptes doivent être fournis, de façon à éviter autant que possible toute pression inutile sur le camp et la fourniture de nourriture. Les imbéciles, les idiots, les handicapés et les malades doivent être éliminés du camp par liquidation aussi vite que possible, afin de soulager la pression sur le camp. Cependant cette mesure est rendue plus difficile dans la mesure où, selon les instructions du RSHA [Bureau central de sécurité du Reich sous l’autorité de Himmler], les Polonais doivent mourir naturellement, contrairement aux mesures appliquées aux Juifs.»134



 

Le 14 décembre 1942, Goebbels note dans son journal:

«La race juive a préparé cette guerre, elle est l’instigatrice spirituelle de tout le malheur qui s’est abattu sur le monde. La juiverie doit payer pour ses crimes, comme le Führer l’a prophétisé dans son discours du Reichstag: par l’anéantissement de la race juive en Europe et, si possible, dans le monde entier (Die jüdische Rasse hat diesen Krieg vorbereitet, sie ist der geistige Urheber des ganzen Unglücks, das über die Welt hereingebrochen ist. Das Judentum muß für sein Verbrechen bezahlen, so wie der Führer es damals in seiner Reichstagsrede prophezeit hat: mit der Auslöschung der jüdischen Rasse in Europa und vielleicht in der ganzen Welt).»135



 

Max Frauendorfer était membre de la SS, SS-Obersturmbannführer, insigne d’or du parti nazi (Goldenes Parteiabzeichen der NSDAP), directeur (Präsident des Hauptamtes Arbeit) du travail au sein de l’administration du Gouvernement général en Pologne. Il s’agissait d’une des principales divisions administratives de la Pologne occupée136. Il y avait une seule personne au dessus de lui dans l’administration du Gouvernement général, Hans Frank. Max Frauendorfer était donc parfaitement en un lieu et à un poste qui lui permettait de savoir ce qui se passait. Il avait parlé à Ulrich von Hassell, ancien ambassadeur d’Allemagne en Italie, de scènes dont il avait été témoin. Hassell tenait un journal où il a rapporté l’un de ces récits. Le 20 décembre 1942, il note:

«Continuels massacres en masse des Juifs, indescriptibles. Des SS, après l’heure fixée pour le couvre-feu, parcourent le ghetto et tirent à la mitraillette sur tout ce qui se montre, par exemple des enfants qui jouent, qui restent malheureusement un peu trop longtemps dans la rue. Parce que Groscurth, au titre de chef d’état major, a protesté contre l’ordre d’exterminer des milliers d’enfants, il aurait été réprimandé par Reichenau.»137

L’«incident» auquel il est fait allusion remonte en fait à plusieurs mois et est bien connu des historiens puisque l’on dispose de tous les documents qui y ont trait (voir plus haut). Il y a certes dans le récit de Frauendorfer une erreur sur l’ordre de grandeur du nombre d’enfants impliqués (quelques dizaines et non quelques milliers), mais absolument pas sur la nature de l’événement décrit: cela confirme le degré de fiabilité des renseignements rapportés à von Hassell par Frauendorfer.



 

Josef Sommerfeldt, un responsable de l’Institut pour le travail allemand à l’Est, écrit dans une publication en 1943:

«Pour résoudre la question juive, [il n’y a] que deux solutions: l’expulsion ou la destruction physique (nur zwei Möglichkeiten: die Aussiedlung oder die physische Vernichtung).»138



 

En 1943, le directeur du Deutsche Arbeitsfront, Robert Ley, publie un recueil de ses discours et articles depuis 1941. On peut y lire:

«Juda est anéanti en Allemagne et en Europe et sera abattu dans le reste du monde (Juda ist in Deutschland und Europa vernichtet und wird in der übrigen Welt fallen).»139



 

Le journal posthume de Karl Dürkefelden, rédigé de 1933 à 1945, fut publié en 1985. Dürkefelden était un ingénieur de Basse-Saxe, très attentif à ne pas défier le régime. L’historien Avraham Barkai rapporte:

«Il n’avait aucun contact personnel avec les Juifs et ne s’abstenait pas de recourir à des stéréoptypes du genre “les Juifs sont des voleurs”. Il s’interdisait d’acheter dans les magasins juifs de la ville où il résidait “parce que je ne pense pas qu’il vaille le coup de se mettre en danger à cause des Juifs”. Mais Dürkefelden était obsédé par le fait d’enregistrer la réalité “telle qu’elle était vraiment”. […] En février 1942, Dürkefelden enregistra les premières rumeurs de gazages. Il cita mot pour mot le discours d’Hitler du 24 février 1942, notant la légende Die Juden werden ausgerottet (“Les Juifs sont en train d’être exterminés”) sous laquelle cette partie du discours du Führer avait été imprimée dans le journal nazi local. En janvier 1943, un ancien collègue, venu en permission de Vilna, lui fit part de l’extermination quasi-totale de la communauté juive de cette ville, ainsi que des Juifs envoyés en Pologne depuis la France et depuis d’autres pays européens, qui “étaient pour partie fusillés, pour partie gazés”.»140



 

Le 2 février 1943, le Comte Luca Pietromarchi, responsable italien des territoires occupés par le régime de Mussolini, notait dans le journal qu’il tenait:

«Malgré toutes les catastrophes qui ont frappé les Allemands, ils continuent d’insister qu’on leur livre les Juifs des territoires que nous [les Italiens] occupons. Cela confirme qu’à la fin de 1943, il n’y aura plus un seul Juif vivant en Europe.»141

Le 11 mars 1943, Pietromarchi ajoutait dans son journal qu’il tenait de l’ambassade italienne à Berlin «des détails macabres sur les exécutions de masse des Juifs en territoires occupés [par l’Allemagne].»142



 

Le Capitaine Lucio Merci est affecté depuis septembre 1942 au consulat italien de Salonique, en Grèce, comme traducteur et officier de liaison du régime fasciste italien auprès des autorités nazies en Grèce. À ce titre, il participe à toutes les réunions avec les Allemands, notamment avec Dieter Wisliceny, le représentant d’Eichmann, arrivé en février 1943 pour préparer la déportation des Juifs de Salonique vers les centres d’extermination de la Pologne occupée. De mars à mai 1943, 47000 des 56000 Juifs de Salonique furent déportés à Auschwitz où 40000 furent assassinés par gazage dès leur arrivée. Lucio Merci tînt un journal qui nous est parvenu. Le 21 mars 1943 il y note:

«On sait bien que les Juifs de Salonique sont envoyés en Pologne. Là-bas, ceux qui sont physiquement aptes sont mis au travail tandis que le reste est éliminé [eliminati]. Au final, même les physiquement aptes seront éliminés.»143



 

Giuseppe Bastianini était secrétaire d’État au sein du gouvernement fasciste italien. Gouverneur de la Dalmatie yougoslave à partir de juin 1941, il était personnellement informé des exactions nazies contre les Juifs. Le 18 mars 1943 il rencontre Mussolini. Bastianini a rendu compte de son entrevue dans des mémoires parues après guerre. Mais ce ne sont pas ces mémoires qui nous intéressent. En effet Giuseppe Bastianini a rapporté au Comte Luca Pietromarchi, ce haut dignitaire du régime fasciste italien qui tenait un journal, le déroulement de sa rencontre avec Mussolini et ce qu’il lui a dit. Pietromarchi note dans son journal le 31 mars 1943:

«Il [Bastianini] venait de recevoir de Vidau [Luigi Vidau, chef du "bureau IV" du ministère des affaires étrangères, bureau des "affaires confidentielles"] les dernières nouvelles de Berlin sur les horribles massacres perpétrés contre les Juifs […] [Bastianini dit à Mussolini:] Nous connaissons le sort qui attend les Juifs livrés aux Allemands. Ils seront tous gazés sans distinction, des vieilles femmes aux bébés.»144



 

L’idéologie nazie hiérarchisait les populations européennes. En haut, les Allemands «aryens», en bas les «sous-hommes» (voire les non-humains) juifs, à éliminer. Juste au dessus de ces derniers les Slaves, Polonais, Russes, Ukrainiens, etc. Les «experts» nazis ont beaucoup réfléchi et beaucoup écrit sur ce qu’il fallait faire d’eux, notamment en des temps de guerre où le ravitaillement posait problème. On connaît la déclaration de Goering au comte Ciano le 25 novembre 1941, comme quoi «20 à 30 millions de personnes mourront de faim en Russie»145. Au fil des mois, des rapports très élaborés furent rédigés par les experts nazis. Ces rapports nous renseignent parfois à la marge, mais sans ambiguïté, sur le sort «naturellement» réservé aux Juifs. En mars 1943, le Dr Friedrich Gollert, assistant personnel du gouverneur du district de Varsovie, rédige un memorandum décrivant les «solutions» envisageables pour les 15 millions de Polonais du Gouvernement Général (une partie de la Pologne occupée, destinée dans la géographie nazie à être incorporée au «Grand Reich»). Plusieurs solutions sont proposées. La première, immédiatement rejetée, consistait à incorporer les 15 millions de Polonais au Reich. La seconde est radicale:

«[Elle] consisterait à exterminer [ausmerzen] ces 15 millions par des mesures radicales […] comme cela s’est avéré nécessaire, par exemple, pour la Juiverie. Mais éliminer [beseitigen] sans autre forme de procès un peuple étranger de 15 millions de personnes de cette manière est indigne d’un peuple civilisé.»146

L’italique figure dans l'original. In fine, Gollert propose d’exterminer «seulement» 2 à 3 millions de Polonais absolument «inutiles». Les propos de Friedrich Gollert sont remarquables: ils désignent clairement le traitement (que Gollert refuse d’appliquer collectivement aux Polonais) appliqué aux Juifs et comme allant de soi, l’assassinat collectif et global. Le caractère «évident» de cette extermination était déjà évoqué, dans un contexte analogue par Wilhelm Hagen, le 7 décembre 1942, cité plus haut, et plus encore dans la lettre du Dr. Ehard Wetzel du 27 avril 1942, citée plus haut.



 

Chaque jour, le SS-Obergruppenführer Otto Dietrich, responsable de la presse du IIIe Reich, voyait Hitler avec lequel il mettait au point les directives confidentielles transmises à tous les organes de presse publiés en Allemagne et dans les pays occupés. Par son entremise Hitler contrôlait directement le ton et le contenu de la presse du régime nazi. Les directives à la presse étaient toujours accompagnées de gloses censées orienter les rédacteurs. Le 2 avril 1943, parmi les explications fournies, on pouvait lire:

«La Juiverie tout entière a des racines criminelles […] Les criminels de tous les pays parlent un langage technique dont la plus importante composante est l’Hébreu […] L’extermination des Juifs n’est pas une perte pour l’humanité, mais est aussi bénéfique pour les peuples de la terre que la peine de mort […] contre les criminels.»147



 

Le 24 avril 1943, Himmler s’exprimait devant des SS et leur tenait le discours suivant:

«Il en va de l’antisémitisme comme de l’épouillage. Éliminer les poux ne relève pas d’une conception du monde. C’est une question de propreté. De la même manière exactement, l’antisémitisme n’a pas été pour nous une question de conception du monde, mais une question de propreté qui sera bientôt réglée. Nous n’aurons bientôt plus de poux.»148



 

L’ambassadeur italien à Berlin, Dino Alfieri, envoya le 3 mai 1943 un message à son gouvernement. Ciano et Mussolini en eurent connaissance. Ce message comprenait notamment ceci:

«Concernant les sort [des Juifs allemands déportés], comme celui des Juifs polonais, russes, hollandais et même français, il n’y a guère de doute possible… Même les SS parlent d’exécutions en masse… Une personne qui se trouvait là-bas a raconté avec horreur certaines scènes d’exécutions à la mitrailleuse de femmes et d’enfants nus alignés au bord d’une fosse commune. Pour ce qui est des tortures en tout genre, je me contenterai de l’histoire rapportée à mon collègue par un SS qui confia avoir balancé des bébés de six mois contre un mur, les fracassant, histoire de donner un exemple à ses hommes, las et ébranlés après une éxécution particulièrement horrible à cause du nombre de victimes.»149



 

Le 7 mai 1943, Hitler fait un discours devant de hauts responsables du parti nazi, des Reichsleiter et des Gauleiter. Herbert Backe, secrétaire d’État à l’approvisionnement, à peine revenu d’un voyage en Italie, assiste à ce discours. Il prend des notes, sur les papiers même de son voyage, dont une partie sur un menu italien, pendant le discours d’Hitler et rapporte les paroles de celui-ci sur les Juifs. Herbert Backe cite Hitler qui déclare:

«Les Juifs doivent être exterminés en Europe. Il faut abattre tout ce qui s’y oppose. […] Pour les Juifs, pas de pitié. […] Pas d’excuse pour ceux qui ne se défendent pas contre les Juifs.»150



 

En mai 1943, Goebbels eut un long entretien avec Hitler. Sur la «question juive». Une des discussions les plus intéressantes que Goebbels eût jamais avec Hitler sur le sujet. Goebbels a rapporté cette conversation dans son journal. Ils parlèrent des Protocoles des Sages de Sion, ce faux antisémite prétendant exposer un complot juif de domination mondiale. Hitler était convaincu de leur «authenticité absolue». Pour Hitler, rapporte Goebbels, les Juifs suivaient non un programme fixe, mais leur «instinct racial». Ils étaient partout les mêmes, des ghettos de l’Est «aux banques somptueuses de la City ou de Wall Street». A la question pourquoi y avait-il des Juifs, Hitler répondait qu’on pouvait aussi bien se demander pourquoi il y a avait des doryphores. Goebbels rapporte les propos de Hitler:

«La nature est régie par la loi de la lutte. Il y aura toujours des formes d’existence parasitaires pour accélérer le combat et intensifier le processus de sélection entre les forts et les faibles. […] Dans la nature, la vie travaille toujours immédiatement contre les parasites; dans l’existence des peuples ce n’est pas exclusivement le cas. De là vient le danger juif. Les peuples modernes n’ont donc d’autre solution que d’exterminer les Juifs. Ils [les Juifs] luttent par tous les moyens contre ce processus d’anéantissement en cours (Es bleibt also den modernen Völkern nichts anderes übrig, als die Juden auszurotten. Sie werden sich mit allen Mitteln gegen diesen allmählichen Vernichtungs­prozeß zur Wehr setzen)»151



 

Eberhard von Thadden, successeur de Rademacher au bureau D III (affaires juives) du ministère des affaires étrangères, a noté le 15 mai 1943, dans son journal, l’«incident» qui se produisit à l’occasion d’une visite d’un groupe de fascistes italiens à Minsk, auprès du Generalkommissar Wihlelm Kube. Kube leur montra une église transformée en dépôt…:

«Les Italiens demandèrent ce que c’était que les petits paquets et les malles qui étaient entassés dans l’église. Kube répondit que c’était tout ce qui restait des juifs qui avaient été déportés à Minsk. Puis il leur montra une chambre à gaz (eine Gaskammer) dans laquelle il dit que des juifs avaient été mis à mort. Les fascistes furent très profondément bouleversés.»152



 

Ulrich von Hassell, longtemps ambassadeur d’Allemagne en Italie, et l’un des participants à l’attentat de juillet 1944 contre Hitler, écrit dans son journal le 15 mai 1943 à Ebenhausen:

«Rapports bouleversants sur la Pologne de la part du bon Frauendorfer. Pendant que Frank proclame publiquement qu’on va donner aux Polonais une vie digne d’êtres humains libres et qu’on cherche — en vain — à détourner l’attention du monde avec les massacres des Soviétiques à Katyn, la SS continue de se comporter en Pologne d’une façon honteuse qui dépasse l’imagination. D’innombrables juifs, en tout cas des centaines de milliers, sont gazés dans des installations spéciales. Mais en outre, l’intelligentsia polonaise est toujours systématiquement décimée. Frauendorfer et son ami Berthold, hors d’état de continuer à apporter leur collaboration au Gouvernement général, se sont engagés comme simples soldats. Alors que Frank déclare trouver cela très compréhensible, et leur recommandait seulement de s’engager dans l’armée, non dans la SS, la SS a demandé officiellement et par écrit à Frauendorfer pourquoi il s’était engagé dans l’armée, alors qu’il était SS et lui a annoncé les sanctions les plus dures. Pendant ce temps, les malheureux survivants juifs du ghetto de Varsovie sont passés à la lutte armée, ce qui a entraîné de violents combats dont l’issue probable est leur extermination totale par les SS. Hitler a fait de l’Allemand une bête sauvage exécrée dans le monde entier.»153

Fiedrich-Joseph Berthold, avocat, était détaché à l’administration du Gouvernement général de Pologne. Rappelons surtout que Max Frauendorfer était un membre éminent de la SS et occupait un poste très important dans l’administration du Gouvernment général. Il était donc parfaitement en position de savoir ce qui se déroulait. Hassell ne pouvait espérer de meilleur témoin…



 

Le soulèvement du ghetto de Varsovie (19 avril-16 mai 1943) fut le geste désespéré des derniers Juifs du ghetto que les nazis s’apprêtaient à liquider. Le responsable de l’écrasement de ce soulèvement, le SS-Brigadeführer und Generalmajor der Polizei Jürgen Stroop s’est complu à compiler les télégrammes échangés à cette occasion dans un très long rapport. Entre autres détails il fournit des informations très précises sur ce que signifie la déportation vers Treblinka. Il notait par exemple le 25 avril 1943:

«La liquidation immédiate [des Juifs capturés] n’a pas pu être menée à bien à cause de la tombée de la nuit. Je vais essayer d’obtenir pour demain un train pour T II [Treblinka], sans quoi la liquidation aura lieu demain (Die sofortige Liquidierung wurde wegen Eintritt der Dunkelheit nicht mehr durchgefuhrt. Ich werde versuchen, fur morgen einen Zug nach T II zu erhalten, andernfalls die Liquidierung morgen durchgefuhrt wird).»154

Fac-similé en ligne. Ce premier extrait est très clair: l’alternative à la liquidation (des Juifs) impossible du soir, c’est un transport vers Treblinka, lequel, s’il ne peut avoir lieu, sera remplacé par une liquidation. Comme quoi la déportation à Treblinka est implacablement synonyme d’assassinat. Le SS-Brigadeführer Jürgen Stroop est de nouveau très clair dans ses remarques de conclusion du 24 mai 1943:

«Sur un total de 56065 Juifs sur lesquels on a pu mettre la main, environ 7000 ont été anéantis dans l’ancien ghetto au cours de l’opération principale. 6929 Juifs ont été anéantis par transport vers T II [Treblinka], de sorte que, en tout 13929 Juifs ont été anéantis. En plus de ces 56065, environ 5000 à 6000 Juifs sont morts dans des explosions ou des incendies. (Von dem 56065 insgesamt erfaßten Juden sind ca. 7000 im Zuge der Großaktion im ehem. jüd. Wohnbezirk selbst vernichtet. Durch Transport nach T. II wurden 6929 Juden vernichtet, so daß insges. 13929 Juden vernichtet wurden. Über die Zahl 56065 hinaus sind schätzungsweise 5 - 6000 Juden bei Sprengungen und durch Feuer vernichtet worden).»155

Fac-similé en ligne. Là encore, le transfert vers Treblinka signifie que les Juifs sont «vernichtet» (du verbe vernichten, anéantir, exterminer), c’est à dire anéantis, comme 7000 l’ont été («vernichtet», en l’occurrence très probablement abattus) dans le ghetto même et comme 5 à 6000 Juifs l’ont été dans des explosions et dans des incendies, morts violentes désignées par le même terme, «vernichtet» qui signifie toujours, tant dans le langage courant que dans le vocabulaire nazi, la mise à mort. Une seconde fois, sous la plume du SS-Brigadeführer Jürgen Stroop, la déportation vers Treblinka signifie clairement une mise à mort.



 

Le 24 mai 1943, le Tribunal des SS et de la Police de Munich rendait son jugement, secret, contre le SS-Untersturmführer Max Täubner. Celui-ci s’était permis d’exécuter des Juifs sans permission. Le verdict stipule bien que le fait d’assassiner des Juifs n’est pas un problème. C’est le manque de discipline qui posait problème. Voici un passage de ce verdict:

«L’accusé ne peut être sanctionné à cause d’opérations juives en tant que telles. Les Juifs doivent être exterminés et un Juif tué n’est jamais une perte. Même si l’accusé aurait dû savoir que l’extermination des Juifs relève de la mission de certains commandos affectés à ces tâches, le fait qu’il ait considéré qu’il était de sa compétence de participer à l’extermination de Juifs plaide en sa faveur.»156



 

En juin 1943, le Dr Hans-Johachim Kausch parcourt l’Ukraine. Il a rapporté n’y avoir vu que quatre Juifs. Le Dr Hans-Johachim Kausch s’est entretenu avec un haut fonctionnaire du commissariat du Reich. Il a consigné dans son rapport les paroles de ce haut fonctionnaire:

«Les Juifs ont été exterminés comme des punaises.»157



 

La citation qui suit, par sa nature, se démarque de la présente collection. En effet, elle n’est pas à proprement parler, une citation contemporaine du génocide des Juifs. Mais la personnalité de celui qui la rapporte la marque sans conteste du sceau de l’authenticité la plus absolue. L’ancien mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, après avoir été un adversaire fanatique, avec une rhétorique clairement antisémite, non seulement du projet sioniste mais aussi des modérés palestiniens, s’est allié à Hitler. On connaît bien d’ailleurs les déclarations d’Hitler à Husseini, mentionnant son projet d’extermination des Juifs à la fin 1941. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Husseini demeurerait un antisémite viscéral. Haj Amin al-Husseini a rédigé ses mémoires. Ces souvenirs sont donc postérieurs à la guerre. Néanmoins il y relate une entrevue avec Himmler à l’été 1943. Himmler lui a déclaré:

«Nous avons décidé de leur [aux Juifs] faire payer d’avance, pendant cette guerre, le prix de leurs actions nuisibles. Nous en avons déjà exterminé près de trois millions.»158



 

Le 4 octobre 1943, le Reichsfürher SS Heinrich Himmler s’exprimait devant un parterre de dignitaires nazis, des Gruppenführers à Posen, pendant trois heures. Son discours a été enregistré et cet enregistrement nous est parvenu (il est conservé par les National Archives américaines dans le Maryland) et le discours retranscris. La violence et la radicalité des propos d’Himmler, notamment mais pas seulement à propos des Juifs sont particulièrement explicites dans ces extraits:

«Un principe doit servir de règle absolue aux SS: nous devons être honnêtes, corrects, loyaux et bons camarades envers les gens de notre sang, à l’exclusion de tous les autres. Ce qui arrive aux Russes ou aux Tchèques ne m’intéresse absolument pas. Le sang de bonne qualité, de même nature que le nôtre, que les autres nations peuvent nous offrir, nous le prendrons, et, si besoin est, nous leur enlèverons leurs enfants et les élèverons chez nous. Il m’est totalement indifférent de savoir si les autres peuples vivent prospères, ou crèvent de faim. Cela ne m’intéresse que dans la mesure où ces peuples nous sont nécessaires comme esclaves de notre culture. Que dix mille femmes russes crèvent en creusant un fossé anti chars, cela m’est totalement indifférent, pourvu que le fossé soit creusé. […]
Je désire aussi vous parler en toute franchise d’un sujet particulièrement grave… devant vous, publiquement. Entre nous, il est possible d’en parler, mais nous n’en parlerons jamais en public. De même que nous n’avons pas hésité le 30 juin [1934, lors de la «nuit des longs couteaux»] à exécuter l’ordre qui nous avait été donné de mettre contre le mur et de fusiller des camarades [les SA] qui avaient failli, de même nous n’en avons jamais parlé et nous n’en parlerons jamais. […]
Je parle de l’évacuation des juifs, de l’extermination du peuple juif (die Ausrottung des jüdischen Volkes). C’est une des choses qu’il est aisé d’exprimer: "Le peuple juif est en train d’être exterminé," (Das jüdische Volk wird ausgerottet) déclare chaque membre du Parti, "Effectivement, c’est une partie de nos plans, l’élimination des juifs, l’extermination (Ausschaltung der Juden, Ausrottung, machen wir), nous l’accomplissons… peuh! Une bricole!" Et puis ils viennent, 80 millions de braves Allemands, et chacun a son «bon» Juif. Evidemment, les autres, ce sont des porcs, mais celui-là, c’est un Juif de première qualité. Pas un d’eux n’a vu [les cadavres], pas un n’était sur place. La plupart d’entre vous savent ce que c’est que de voir un monceau de cent cadavres, ou de cinq cents, ou de mille. Etre passés par là, et en même temps, sous réserve des exceptions dues à la faiblesse humaine, être restés corrects, voilà ce qui nous a endurcis. C’est là une page de gloire de notre histoire, une page non écrite et qui ne sera jamais écrite.[…]
Nous avions le droit moral, nous avions le devoir envers notre peuple, de tuer (umbringen) ce peuple qui voulait nous tuer. […] nous exterminons un bacille (den Bazillus ausrotten).»159



 

On possède plus de 90% des discours qu’Himmler a prononcés entre 1942 et 1944. La documentation qui s’y réfère est nombreuse et variée: agenda d’Himmler mentionnant les occasions de ses discours, notes préparatoires plus ou moins détaillées d’Himmler qui ne les rédigeait pas complètement à l’avance, enregistrements sonores facilitant l’élaboration des retranscriptions de ces discours (qui recoupent les notes préparatoires de la main d’Himmler), voire transcriptions retravaillées stylistiquement et parfois même des versions imprimées160.

Himmler revient sur les sujets abordés le 4 octobre, dans un autre discours, deux jours plus tard, le 6 octobre 1943, toujours à Posen, cette fois devant un parterre de Reichsleiter et de Gauleiter, le gratin de la hiérarchie nazie. De nouveau, Himmler aborde l’extermination des Juifs en termes parfaitement clairs:

«À ce sujet et dans ce cercle extrêmement réduit, je me permettrai d’aborder une question qui vous semble peut être aller de soi, camarades, mais qui a été la question la plus difficile à résoudre de toute ma vie: la question juive. Qu’il n’y ait plus de Juifs dans votre province est pour vous une chose satisfaisante et évidente. Tous les Allemands — sauf quelques rares exceptions — ont bien compris que nous n’aurions pas supporté et que nous ne supporterions pas les bombardements ni les difficultés de quatre, peut être cinq ou six années de guerre si cette peste qui décompose tout se trouvait encore dans le corps de notre peuple. La phrase «les Juifs doivent être exterminés» (Die Juden müssen ausgerottet werden) comporte peu de mots, elle est vite dite, messieurs. Mais ce qu’elle nécessite de la part de celui qui la met en pratique, c’est ce qu’il y a de plus dur et de plus difficile au monde. […]
Je vous demande avec insistance d’écouter simplement ce que je dis ici en petit comité et de ne jamais en parler. La question suivante nous a été posée: "Que fait-on des femmes et des enfants?" - Je me suis décidé et j’ai là aussi trouvé une solution évidente. Je ne me sentais en effet pas le droit d’exterminer (auszurotten) les hommes — c’est à dire, donc, de les tuer (umbringen) ou de les faire tuer — et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre (dieses Volk von der Erde verschwinden). Pour l’organisation qui dut accomplir cette tâche, ce fut la chose la plus dure que nous ayons eu jusqu’à présent. Cela a été accompli. […] Nous aurons réglé la question juive dans les pays que nous occupons d’ici à la fin de l’année. […]
J’en ai fini avec la question juive. Vous êtes maintenant au courant, et vous garderez tout cela pour vous. Bien plus tard, on pourra peut-être se poser la question de savoir s’il faut en dire plus au peuple allemand. Je crois qu’il a mieux valu que nous — nous tous — prenions cela sur nos épaules pour notre peuple, que nous prenions la responsabilité (la responsabilité d’un acte et non d’une idée) et que nous emportions notre secret avec nous dans la tombe.»161



 

Le ministre de la propagande, Joseph Goebbels avait assisté à la conférence d’Himmler aux Gauleiter du 6 octobre. Voici un extrait de la relation qu’il en fait dans son journal le 9 octobre 1943, qui confirme la teneur des propos d’Himmler cités ci-dessus:

«Pour ce qui concerne la question juive, il [Himmler] brosse un exposé franc et sans fard. Il est convaincu que nous pouvons résoudre la question juive à travers l’Europe d’ici la fin de la guerre. Il propose la solution la plus dure et la plus extrême: exterminer les Juifs radicalement (Er tritt für die radikalste und härteste Lösung ein, nämlich dafür, das Judentum mit Kind und Kegel auszurotten). C’est assurément une solution logique même si elle est brutale. Nous devons prendre sur nous de résoudre complètement ce problème à notre époque. Les générations ultérieures ne traiterons certainement pas ce problème avec l’ardeur et le courage qui sont les nôtres.»162



 

Eitel Friedrich Möllhausen, était un des principaux diplomates allemands en place à Rome, après que les nazis ont occupé l’Italie. Le 6 octobre 1943, il écrit à Ribbentrop, pour protester:

«L’Obersturmbannführer Kappler a reçu de Berlin l’ordre d’arrêter les 8000 Juifs de Rome et de les transporter en Italie du Nord, où ils seront liquidés.»163



 

Le 3 novembre 1943, la Voix de l’Arabisme Libre, station de radio nazie émettant de Berlin en Arabe vers les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, diffuse le message suivant:

«Les Juifs ont manigancé cette guerre dans l’intérêt du sionisme. Les Juifs sont responsables du sang versé […] Ce monde ne sera en paix que lorsque la race juive aura été exterminée […] Les Juifs sont les germes à l’origine de tous les problèmes du monde.»164



 

Le 16 décembre 1943, Himmler prononce un discours devant des commandants de la Marine de Guerre à Weimar. Il y déclare:

«Quand j’ai été obligé de donner dans un village l’ordre de marcher contre les partisans et les commissaires juifs — je le dis devant cet auditoire, et mes paroles lui sont exclusivement destinées —, j’ai systématiquement donné l’ordre de tuer également les femmes et les enfants de ces partisans et de ces commissaires. Je serais un lâche et un criminel vis-à-vis de nos descendants, si je laissais grandir les enfants pleins de haine de ces sous-hommes abattus dans le combat de l’homme contre le sous-homme.»165



 

Le 29 janvier 1944, la Voix de l’Arabisme Libre, station de radio nazie émettant de Berlin en Arabe vers les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, diffusait un message qui présentait l'hostilité entre Juifs et Arabes en termes raciaux:

«Alors que les Arabes sont courageux et ont l’âme guerrière, les Juifs sont lâches et peureux. Les différences entre les deux races fournissent l’explication de la permanence de leur hostilité réciproque. Aussi nous pensons que l’hostilité et le combat entre les Arabes et les Juifs perdurera jusqu’à ce qu’une des deux races soit détruite. Cette lutte, cette guerre entre les Arabes et les Juifs se fonde sur des croyances, et de tels conflits ne peuvent se terminer que par la destruction d’une des parties. Nous devons aussi reconnaître que la responsabilité de cette guerre raciale entre Arabes et Juifs incombe aux Juifs. Les caractéristiques des Arabes, leur générosité, leur bonté et leur esprit de sacrifice ne peuvent conduire à la guerre.»166



 

Le 1er mars 1944, l’ancien mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, allié aux nazis et réfugié à Berlin d’où il intervenait souvent sur les stations de radio nazies émettant en Arabe, fait, au micro de la station Berlin en Arabe, la déclaration suivante:

«Les diaboliques Américains […] ourdissent l’établissement d’un empire juif sur le monde arabe […] Arabes! Levez-vous comme un seul homme et combattez pour vos droits sacrés. Tuez les Juifs partout où vous les trouvez. Cela plait à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sert votre honneur. Dieu est avec vous.»167

Il faut souligner que l’appel au meurtre des Juifs par Husseini vaut partout et qu’il a lieu après que Himmler l’a, du propre aveu de Husseini, informé de l’extermination des Juifs d’Europe, à l’été 1943. Il faut remarquer cependant que Husseini était propablement au fait de cette politique bien avant cette date compte tenu des cercles dans lesquels il évoluait à Berlin et de son engagement idéologique sans faille envers l’antisémitisme de facture nazie.



 

Le 4 mars 1944, Hans Frank, à l’occasion d’une réunion avec des membres du parti nazi, tient des propos qu’il consigne dans son journal:

«Les Juifs sont une race qui doit être exterminée; quand nous en attrapons un où que ce soit, c’est fini pour lui (Die Juden sind eine Rasse, die ausgetilgt werden muß; wo immer wir nur einen erwischen, geht es mit ihm zu Ende).»168



 

Le 19 mars 1944, Robert Ley déclarait dans un article du journal publié par Goebbels, Der Angriff, que:

«l’humanité ne connaitrait pas de repos jusqu’à ce que Judah et son Bolchevisme soit complètement annihilé et exterminé.»169



 

Le 19 mars 1944, le chef de l’État hongrois, l’amiral Miklos Horthy, de retour d’un entretien avec Hitler où celui-ci l’a contraint à la mise en place d’un gouvernement aux ordres des nazis, déclara au conseil de la couronne:

«Hitler s’est également élevé contre le fait que la Hongrie n’ait pas encore pris les mesures nécessaires pour régler la question juive. Nous sommes donc accusés du crime de ne pas avoir exécuté les désirs d’Hitler, et l’on me reproche de ne pas avoir permis que les Juifs soient massacrés.»170



 

Le Dr Alfred Six fit le discours d’ouverture d’une conférence des experts sur les Juifs des ambassades allemandes, qui se tint à Krummhübel les 3 et 4 avril 1944. Il y fit une intervention sur «la structure politique de la Juiverie mondial». Il déclara à cette occasion:

«Le rôle politique et biologique de la Juiverie est terminé en Europe. […] L’élimination physique de la Juiverie de l’Est prive le Judaïsme de ses réserves biologiques (Das Judentum in Europa habe seine biologische und gleichzeitig seine politische Rolle ausgespielt […] Die physische Beseitigung des Ostjudentums entziehe den Judentum die biologischen Reserven).»

Directement après Six, von Thadden prit la parole. Le compte-rendu de la conférence note:

«Dans la mesure où les détails que l’orateur a livrés sur l’état actuel des mesures exécutives dans les différents pays, doivent demeurer secrets, ils n’ont pas été inclus dans le compte-rendu»171



 

Le 5 mai 1944, Himmler se trouve à Sonthofen, dans un centre de formation politique nationale-socialiste. Il y déclare devant des généraux de la Wehrmacht:

«Le Führer l’avait annoncé aux Juifs, au début de la guerre ou avant la guerre. “Si vous poussez encore à la guerre les peuples d’Europe, cela ne signifiera pas l’extermination du peuple allemand, mais l’extermination des Juifs.” La question juive est résolue en Allemagne et dans l’ensemble des pays occupés par l’Allemagne. Elle a été résolue sans aucun compromis […] Vous pouvez comprendre combien il m’a été difficile d’exécuter cet ordre […] Si vous me dites: “nous admettons cela pour les hommes, mais pas pour les enfants”, je dois vous rappeller ce que […] nous n’avions pas le droit […] de laisser grandir des vengeurs remplis de haine»172

Il est intéressant de relever que Himmler parle au passé: au printemps 1944, il considère que l’extermination des Juifs est achevée. Cela correspond à la réalité. Par ailleurs, il insiste bien (comme souvent depuis 1943) sur le fait qu’il a exécuté un ordre ce qui souligne la responsabilité directe et personnelle d’Hitler dans la politique d’extermination des Juifs.



 

Le 24 mai 1944, Himmler se trouve à nouveau à Sonthofen, et s’exprime encore une fois sans ambiguité devant des généraux de la Wehrmacht:

«Une autre question était déterminante pour la sécurité intérieure du Reich et de l’Europe: il s’agissait de la question juive. Elle a été résolue selon une pensée rationnelle et conformément aux ordres: sans compromis [applaudissements]. Je crois, messieurs, que vous me connaissez assez bien pour savoir que je ne suis pas un homme assoiffé de sang ou qui éprouve de la joie ou du plaisir lorsqu’il doit accomplir quelque chose de cruel. Mais d’un autre coté, je possède des nerfs assez solides et un sens du devoir assez grand — je le revendique — lorsque je juge une tâche nécessaire, pour la mener à bien sans compromis. Je ne me suis pas senti le droit, en ce qui concerne les femmes et les enfants juifs, de laisser les enfants grandir et devenir des vengeurs qui auraient ensuite assassiné nos pères [sic] et nos petits-enfants. Cela je l’aurais tenu pour lâche. Par conséquent, la question a été résolue sans compromis.»173

Himmler parle encore une fois au passé et souligne de nouveau que les femmes et les enfants ont aussi été assassinés. Il martèle le terme kompromißlos (sans compromis) de telle façon qu’il n’est pas difficile de comprendre que c’est bien de meurtre qu’il s’agit (il n’a pas laissé les enfants grandir…). Le terme kompromißlos est souvent utilisé par les dignitaires nazis dans leur description du sort réservé aux Juifs. Ici, Himmler en livre ouvertement la clé.



 

Le 21 juin 1944, Himmler recommence encore, toujours à Sonthofen:

«Il était nécessaire de résoudre également une autre question importante. Ce fut la tâche la plus affreuse et la mission la plus terrible qui furent jamais assignées à une organisation: la mission de résoudre la question juive. J’ai également quelques paroles à adresser en toute franchise à ce cercle. Il est bon que nous ayons eu la force d’exterminer (auszurotten) les Juifs sur notre territoire. […] Je veux également répondre à une question que vous devez sûrement aussi vous poser. Cette question, la voici: oui, certes, que vous tuiez (umbringen) les Juifs adultes, je le comprends, mais les femmes et les enfants, comment pouvez vous...? — il faut que je vous dise quelque chose: un jour, les enfants seront devenus grands. Voulons nous pousser l’indécence jusqu’à dire: non, non, nous sommes trop faibles pour faire ça, mais nos enfants, eux, pourront s’en occuper. Ils devront lutter à leur tour. Alors, la haine juive de ces vengeurs, petits aujourd’hui et plus tard devenus grands s’en prendra à nos enfants et petits-enfants, de telles sorte qu’ils devront une nouvelle fois résoudre ce problème. Je suis convaincu que cela se produirait ainsi, même si Hitler ne survivait pas. Non, nous ne pouvons pas répondre cela. Ce serait être lâche et c’est pour cela que nous préférons une solution nette, aussi dure doit-elle.»174

Himmler ne fait que répéter ce qu’il a déjà dit. La décision de tuer les femmes et les enfants juifs, en plus des adultes, a été prise et exécutée. Notons (une fois de plus) l’équivalence entre «exterminer» (ausrotten) les Juifs et «tuer» (umbringen) adultes, femmes et enfants.



 

Le 6 septembre 1944, le Comité exécutif (Oberpräsidium) de Kattowitz (en Haute-Silésie), sous la responsabilité de Fritz Bracht, fait état de ce qu’il est advenu de «l’élément juif» dans la région:

«L’élément juif […] a été réinstallé, c’est-à-dire éliminé (ausgesiedelt bzw. beseitigt worden).»175

Une fois de plus (Dannecker et Himmler l’avaient déjà fait dans des rapports et discours déjà cités), est décodé de façon explicite le camouflace lexical «réinstallé» (ausgesiedelt), qui désigne, dans les cas des Juifs, l’assassinat collectif.



 

L’echec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler eu pour conséquence, notamment, de jeter entre les mains de la Gestapo presque tous les opposants haut placés du régime hitlérien. La Gestapo procéda à de nombreux interrogatoires dont les comptes-rendus nous sont parvenus. S’y trouve confirmé l’antisémitisme «traditionnel» de ces opposants, favorables dans leur ensemble, à des mesures d’exclusion, mais hostiles aux modalités radicales que les persécutions antijuives ont prises sous le régime nazi. C’est ainsi que dans ces documents émanant de la Gestapo, à diffusion confidentielle, l’extermination des Juifs est mentionnée à plusieurs reprises sans ambiguïté. On peut lire dans un rapport du 16 octobre 1944:

«Le comte Yorck [von Wartenburg], par exemple, a déclaré que les mesures d’extermination contre les Juifs, qui outrepassaient le droit et la justice, l’avaient poussé à rompre avec le national-socialisme (So gibt zum Beispiel graf Yorck an daß die über Recht und Gesetz hinausgehenden Ausrottungsmaßnahmen gegen das Judentum bei ihm einen innerlichen Bruch mit dem Nationalsozialismus herbeigeführt hätten).»176



 

En novembre 1944, un soldat de Saxe envoya à l’épouse de Ribbentrop une lettre contenant la question suivante :

«Pensez vous vraiment que nous, les soldats, ignorions quels meurtres bestiaux ont été commis par nos SS en Russie? Où sont, par exemple, les 145000 Juifs de Lemberg qui s’y trouvaient lorsqu’ils furent transportés petit à petit en camions et abbatus non loin de Lemberg?»177



 

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés avaient fait prisonniers de nombreux haut gradés de l'armée allemande. Les Services Secrets britanniques (le SIS, Secret Intelligence Service), ont confié à l'une de leur section, le MI19, la mission clandestine d'enregistrer les conversations de ces officiers. 64427 conversations entre des prisonniers de guerre firent l'objet d'enregistrements, sans qu'ils s'en doutent le moins du monde. Ce n'est que récemment que ces document ont été rendus publics. De très nombreuses conversations démontrent sans la moindre ambiguité que les généraux allemands étaient parfaitement au courant de la politique d'extermination des Juifs par le régime nazi, plusieurs officiers racontant à leurs compagnons les massacres dont ils avaient été directement les témoins. Le 24 décembre 1944, le lieutenant-général Heinrich Kittel a une conversation avec le lieutenant-général Hans Schäffer, où sont évoquées de nombreuses atrocités contre les Juifs. Kittel déclare:

«En Haute-Silésie [région où se trouvait Auschwitz], ils ont simplement massacré les gens de façon systématique. Ils étaient gazés dans de vastes salles. […] Le plus grand secret entoure ces choses.»178



 

D’autres documents illustrant l’extermination des Juifs et la volonté des principaux dirigeants nazis d’exterminer les Juifs sont disponibles: http://www.phdn.org/negation/documents/volonte.html

Les propos mortifères d’Hitler contre les Juifs ont été rassemblés ici: http://www.phdn.org/histgen/hitler/declarations.html
 


Notes

1. Norbert Frei & Johannes Schmitz, Journalismus im Dritten Reich, München, Beck, 1999, p. 102.

2.«Juden, was nun?», Das Schwarze Korps, Zeitung der Schutzstaffeln der NSDAP und Organ der Reichsführung SS, no. 47, 24 novembre 1938, cité par Götz Aly et alii, (ed.), Die Verfolgung und Ermordung der europäischen Juden durch das nationalsozialistische Deutschland 1933—1945, Band 2: Deutsches Reich 1938—August 1939, Oldenbourg, München 2009, p. 500.

3. Traduit d’après l’original en Allemand, Robert Ley, discours à Innsbruck (Anprache auf der Konstituierenden Sitzung des Gauarbeitskammer), 10 mai 1939, 19e minute du discours, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben unter den Bedingungen der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft, vol. 1, Tondokumente und Rundfunksendungen 1930–1946, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg, 1996, n° 82a, p. 151 (il s’agit d’un recueil de retranscriptions de 160 discours antisémites nazis diffusés à la radio, conservés par les archives de la Radio allemande, la Deutsche Rundfunkarchiv in Frankfurt am Main). Traduit également en partie (de façon différente) dans Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 184.

4. Walter Gross, «Die Rassenpolitischen Voraussetzungen zur Lösung der Judenfrage», Welkampf, avril-septembre 1941, p. 52, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», dans Michael Berenbaum et Abraham J. Peck (éditeurs), The Holocaust and History. The Known, the Unknown, the Disputed and the Reexamined, Indiana University Press, 1998, p. 45. En allemand: «Und soweit es sich um die historische Erscheinung des Juden in Europa handelt, glauben wir, dass diese Todesstunde unwiderruflich gekommen ist» (Dirk Rupnow, Vernichten und Erinnern. Spuren nationalsozialistischer Gedächnispolitik, Wallstein Verlag, Göttingen, 2005, p. 217).

5. Version originale en Allemand, document 2278-PS, Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXX, p. 84 et suiv., p. 95 pour le passage cité (Dieses Gebiet mit seinem stark sumpfigen Charakter konnte nach den Erwagungen des Distriktsgouverneurs Schmidt als Juden-reservat dienen, welche Massnahme womoglich eine starke Dezimierung der Juden herbeifuhren konnte).

6. Jürgen Hagemann, Die Presselenkung im Dritten Reich, Bonn, 1970, p. 146, cité par Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154

7. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 8. Version originale en allemand dans Faschismus-Getto-Massenmord. Dokumentation uber Ausrottung und Widerstand der Juden in Polen während des Zweiten Weltkrieges, Jüdisches historisches Institut, Tatiana Berenstein, Arthur Eisenbach et alii (eds.), Frankfurt am Main, 1962, p. 46, cité notamment par Michael Wildt, Geschichte des Nationalsozialismus, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2008, p. 150.

8. Cité par Sybille Steinbacher, "Musterstadt" Auschwitz. Germanisierungspolitik und Judenmord in Ostoberschlesien (Darstellungen und Quellen zur Geschichte von Auschwitz, Institut für Zeitgeschichte, Band 2), K. G. Saur Verlag, Munich, 2000, p. 120. Version anglaise dans Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154.

9. Cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffmann und Campe, Hambourg, 1991, p. 204: «Viele Deutsche sehen wohl zum ersten Mal in ihrem Leben Juden in solchen Massen. "Die Ghettos" gehören zu dem Schmutzigsten, was man sich vorstellen kann. […] Die Vernichtung dieses Untermenschentums läge im Interesse der ganzen Welt. Diese Vernichtung ist aber eines der schwierigsten Probleme. Mit Erschießungen kommt man nicht durch. Auch kann man Frauen und Kinder nicht schießen lassen. Da und dort rechnet man auch mit Verlusten bei den Evakuierungstransporten, und auf dem Transport von 1000 Juden, der von Lublin aus in Marsch gesetzt wurde, seien 450 umgekommen. […] Sämtliche mit der Judenfrage befaßten Stellen sind sich über die Unzulänglichkeit all dieser Maßnahmen im Klaren. Doch ist eine Lösung dieses komplizierten Problems noch nicht gefunden».

10. Traduit de l’original en Allemand, Robert Ley, discours devant des travailleurs allemands à Lodz (5 premières minutes du discours), décembre 1939, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben unter den Bedingungen der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft, vol. 1, Tondokumente und Rundfunksendungen 1930–1946, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg, 1996, 91, p. 158. On trouve la traduction en Anglais du même passage dans Jeffrey Herf, «The “Jewish War”: Goebbels and the Antisemitic Campaigns of the Nazi Propaganda Ministry», Holocaust and Genocide Studies, vol. 19, n. 1, spring 2005, p. 57.

11.Karl Haushofer: Leben und Werk, vol. ii: Ausgewählter Schriftwechsel, 1917–1946, ed. Hans-Adolf Jacobsen, Boppard am Rhein, 1979, no. 226, cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 261.

12. Dieter Pohl, Von der "Judenpolitik" zum Judenmord: Der Distrikt Lublin des Generalgouvernements, 1939-1944, Francfort, 1993, p. 52. Version française dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 71-72.

13.«Die Juden interessieren mich überhaupt nicht. Ob die etwas zu futtern haben oder nicht, ist für mich die allerletzte Frage». Hans Frank, Das Diensttagebuch des deutschen Generalgouverneurs in Polen 1939-1945, Werner Prag et Wolfgang Jacobmeyer (eds), Stuttgart, Verlags-Anstalt, 1975, p. 186. Voir également Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 154.

14. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 120. Browning fournit l’original en allemand: «Völlig gleichgültig, um nicht zu sagen wünschenswert, ist uns das rasche Absterben der Juden insolange als die Begleiterscheinungen das öffentliche Interesse des deutschen Volkes unberührt lassen; sofern jedoch weisungsgemäss (Reichsführer SS) dieses Volk staatlichen Interessen dienstbar zu machen ist, müssen die primitivsten Voraussetzungen hierzu geschaffen werden».

15.Ibid., p. 460.

16. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hambourg, 1997, p. 17, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Éditions du Seuil, 2008, p. 216. En allemand: «Wenn man diese Menschen so betrachtet, bekommt man so den Eindruck, daß die wirklich keine Berechtigung haben, überhaupt auf Gottes Erdboden zu leben» (cité d'après l'édition Walter Manoschek, Ibid., Hamburger Edition, 1995 p. 17).

17. Cité dans Pierre-André Taguieff (dir.), L’antisémitisme de plume, 1940-1944, études et documents, Berg International, Paris, 1999, p. 535-536 (fac-similé partiel en p. 534).

18. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hamburger Edition, 1995 p. 25. Traduction française dans Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 25. Original en allemand (complet, sans les incises): «Während ich noch beim Abendessen saß, wurde auch über die Judenfrage im Generalgouvernement und überhaupt in der Welt gesprochen; für mich ist es sehr interessant, solche Gespräche anzuhören. Zu meinem Erstaunen waren sich schließlich doch alle einig, daß die Juden ganz von der Welt verschwinden müßten. Ja, die Engländer und die Juden sollten den Bombenangriffen ihrer Landsleute ausgesetzt werden, aber das sind alles nur Wünsche. Die Juden müßten mal alle weg bezw. kaltgestellt werden, dann würde es bald anders aussehen in der Welt.»

19. Robert Ley, Schmiede des Schwertes - Der deutsche Arbeiter im Großdeutschen Freiheitskampf - Reden und Reportagen aus der Kriegsarbeit Dr. Leys, Zentralverlag der NSDAP., Franz Eher Nachf., München, 1942, p. 231. La volonté d’extermination des Juifs par les nazis était exprimée publiquement et publiée officiellement (en l’occurrence le recueil en question est doté d’une préface du Reichsmarshall Hermann Göring). Ce passage est cité partiellement dans Stéphane Bruchfeld & Paul A. Levine, Erzählt es euren Kindern: der Holocaust in Europa, Bertelsmann, 2000, p. 59, version en anglais dans Stéphane Bruchfeld, Paul A. Levine, Tell ye your children. A book about the Holocaust in Europe 1933–1945, Regeringskansliet, Stockholm, 1998, p. 33. Une édition française de cet ouvrage existe: Dites-le à vos enfants. Histoire de la Shoah en Europe, 1933-1945, Ramsay, 2000.

20. Cité par Philippe Marguerat, «Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 158.

21. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 260 et 314. «Die Juden sind Freiwild […] Man kann den Juden nur noch einen gut gemeinten Rat geben: Keine Kinder mehr in die Welt zu setzen. Sie haben keine Zukunft mehr.»

22. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 267.

23.Ereignismeldung UdSSR n. 21 du 13 juillet 1941, Justiz und ns-verbrechen: Sammlung deutscher Strafurteile wegen nationalsozialistischer Tötungsverbrechen 1945-1966, vol. 20, Die vom 12.04.1964 bis zum 03.04.1965 ergangenen Strafurteile Lfd. Nr. 569-590, Fritz Bauer (ed.), University Press/K.G. Saur, Amsterdam, 1981, p. 420. Passage original complet en allemand:«Der Litauische Ordnungsdienst, der nach Auflösung der litauischen politischen Polizei dem Einsatzkommando unterstellt worden ist, wurde angewiesen, sich an der Liquidierung der Juden zu beteiligen. Hierfür wurden 150 litauische Beamte abgestellt, die die Juden festnehmen und sich in Konzentrationslager schaffen, wo sie nach am gleichen Tag der Sonderbehandlung unterzogen werden. Diese Arbeit hat jetzt begonnen und so werden laufend täglich nunmehr etwa 500 Juden u.a. Saboteure liquidiert.» Traduit dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Editions du Seuil, 2008, p. 289-290 (Friedländer commet une erreur en rattachant l’Einsatzkommando 9 à l’Einsatzgruppe A, erreur qui ne figure pas dans sa source).

24. Cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 332. En fait Longerich mentionne liquidiert au lieu de exekutiert, mais toutes les autres sources citant le même document mentionnent exekutiert (par exemple, Justiz und ns-verbrechen[…], vol. 20, op. cit, p. 420), aussi nous pensons que c’est Longerich qui commet une erreur de retranscription.

25. Aktenvermerk des Leiters des SD-Abschnitts, Posen, Höppner, betr., Überlegungen zu einer «Lösung der Judenfrage», im Warthegau mit Anschreiben an Eichmann, 16/07/1941; cité par Götz Aly, «“Judenumsiedlung”, Überlegungen zur politischen Vorgeschichte des Holocaust», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 83-84 et Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 321. Original: «Es besteht in diesem Winter die Gefahr, daß die Juden nicht mehr sämtlich ernährt werden können. Es ist ernsthaft zu erwägen, ob es nicht die humanste Lösung ist, die Juden, soweit sie nicht arbeitseinsatzfähig sind, durch irgendein schnellwirkendes Mittel zu erledigen. Auf jeden Fall wäre dies angenehmer, als sie verhungern zu lassen. Im übrigen wurde der Vorschlag gemacht, in diesem Lager sämtliche Jüdinnen, von denen noch Kinder zu erwarten sind, zu sterilisieren, damit mit dieser Generation tatsächlich das Judenproblem restlos gelöst wird. […] Die Dinge klingen teilweise fantastisch, wären aber meiner Ansicht nach durchaus durchführbar.». Une traduction complète du courrier de Höppner à Eichmann figure dans Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 98.

26. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 33.

27. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 278. Original: «souveräne Beherrschung dieses Volkstumskampfes unter gleichzeitiger Ausmerzung des Judentums»

28. Traduit d’après l’original en Allemand cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 281 et 310.

29.Ibid., p. 281. Original en allemand dans Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 368: «Weiber und Kinder in die Sümpfe zu treiben hatte nicht den Erfolg, den er haben sollte, denn die Sümpfe waren nicht so tief daß ein Einsinken erfolgen konnte. Nach einer Tiefe von 1 Meter kam man in den meisten Fällen auf festen Boden (wahrscheinlich Sand), so daß ein Versinken nicht möglich war.»

30. Adolf Hitler, Monologue im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 106, cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 370 (notre traduction française s’appuie sur l’original en Allemand cité par Browning et est conforme à sa traduction en Anglais).

31. Cité par Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 1388, n. 71.

32. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 152. Même citation dans Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 314.

33. Rapport du Major Hans von Payr du 11 août 1941 sur sa visite à l’Inspectorat Économique du Nord, cité par Götz Aly, «Endlösung». Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Fischer Taschenbuch Verlag, 1995, p. 333.

34. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 35. Voir également Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 213-214.

35. Cité par Peter Longerich, Holocaust. The Nazi Persecution and Murder of the Jews, Oxford University Press, 2010, p. 201.

36. Voir principalement, Ernst Klee, Willi Dressen, Volker Ries (éd.), Pour eux «c’était le bon temps» La vie ordinnaire des bourreaux nazis, Plon, 1989, p. 127-144, qui fournit l’intégralité de ces documents — «Schöne Zeiten»: Judenmord aus der Sicht aus Täter und Gaffer, Fischer, 1988, p. 131-145 pour les versions originales en Allemand —, et Raul Hilberg, Exécuteurs, Victimes, Témoins. La Catastrophe Juive 1933-1945, Gallimard, 1944, p . 77-79 pour un très bon résumé. Voir aussi Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 283-285.

37. Rrapport de l’aumonier Reuss adressé au lieutenant-colonel Groscurth le 20 août 1941, cité par Klee, Dressen, Riess, Pour eux «c’était le bon temps»…, op. cit., p. 131-132.

38. Rapport du lieutenant-colonel Groscurth au commandant en chef de la 6e armée, le maréchal von Reichenau en date du 21 août 1941, cité par Klee, Dressen, Riess, Pour eux «c’était le bon temps»…, op. cit., p. 138-139.

39. Mihail Sebastian, Journal, Stock, 1998, p. 354; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 296-297.

40. Note de Hans Gewecke du 3 septembre 1941, citée par Christoph Dieckmann, «Der Krieg und die Ermordung der litauischen Juden», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 322.

41. Rapport de situation opérationelle USSR No 106 du 8 octobre 1941, cité par Yitzhak Arad, Yisrael Gutman et Shmuel Spector (éditeurs), The Einsatzgruppen Reports. Selection from the Dispatches of the Nazi Death Squads’ Campaign Against the Jews in Occupied Territories of the Soviet Union July 1941 - January 1943, Holocaust Library, New York, 1989, p. 174.

42. Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 58.

43. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 595-596.

44. Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 339 et suiv.

45. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 593.

46. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 244.

47. Christian Gerlach, Kalkulierte Morde, Die deutsche Wirtschafts — und Vernichtungs-politik in WeissRussland. 1941 bis 1944, Hambourg, Hamburger Edition, 1999, p. 588 et suiv., cité par Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, p. 575-576, note 41. Voir aussi Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 298. Browning date la lettre du 10 octobre (Ibid., p. 510 note 292).

48. Cité par Omer Bartov, L’Armée d’Hitler. La Wehrmacht, les Nazis et la Guerre, Hachette Littérature, 1999, p. 186.

49. Cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 123.

50. Walter Stahlecker, Einsatzgruppe A. Gesamtbericht bis zum 15.0ktober 1941, original en allemand dans Tribunal international de Nuremberg, Document L-180, vol. XXXVII, p. 682 & p. 687. Traduction française dans Philippe Marguerat, «Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 159. Philippe Marguerat souligne que la date de rédaction du rapport est probablement octobre 1941 et non janvier 1942, qui est la date de retransmission du rapport stipulé sur la copie de celui-ci (voir note 11).

51. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 671.

52. Cité par Christopher Browning, The Path to Genocide, Cambridge University Press, 1997, p. 157-158.

53. Cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 454.

54. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 369. Voir aussi Christopher Browning, «La décision concernant la décision finale», dans les Actes du Colloque de l’École des Hautes Études en sciences sociales (1982), L’Allemagne nazie et le génocide juif, Le Seuil/Gallimard/EHESS, 1985, p. 202.

55. Traduit d’après l’original en Allemand, Nürnberg Dok. No. 365, cité dans Anatomie des SS-Staates, Munich, DTV, 1994, p.  649.

56. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1996, partie II, vol. 2, p. 221-222: «Die Juden sind die Läuse der zivilisierten Menschheit. Man muß sie irgendwie ausrotten, sonst werden sie immer wieder ihre peinigende und lästige Rolle spielen. Nur wenn man mit der nötigen Brutalität gegen sie vorgeht, wird man mit ihnen fertig. Wo man sie schont, wird man später ihr Opfer sein». Voir également Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 676 (nous nous démarquons légèrement de la traduction proposée par Kershaw).

57. Notes de Rademacher sur les résultats de sa visite officielle à Belgrade. Citées par Walter Manoschek, «Die Vernichtung der Juden in Serbien», in Ulrich Herbert (ed.), Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945. Neue Forschungen und Kontroversen, Fischer, 1998, p. 227.

58.ibid., p. 228.

59. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 422.

60. Citées par Walter Manoschek, art. cit., p. 232.

61. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 391. Voir aussi Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 98.

62. Cité par Christopher Browning, Nazi Policy, Jewish Workers, German Killers, Cambridge University Press, 2000, p. 48. Voir aussi Christian Streit, «Wehrmacht, Einsatzgruppen, Soviet POWs and anti-Bolchevism in the emergence of the Final Solution», David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 107.

63.«Rapport Jäger», traduit d’après l’original allemand cité par Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, « Schöne Zeiten ». Judenmord aus der Sicht der Täter und Gaffer, S. Fischer Verlag GmbH, Frankfurt am Main, 1988, p. 52-62.

64. Cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 123.

65.Ibid., p. 124.

66. Journal de Goebbels, sur les déclarations d’Hitler lors d’une réunion des Reichsleiter et des Gauleiter du parti nazi, tenue le 12 décembre 1941. Cité par Christian Gerlach, Krieg, Ernährung, Völkermord. Deutsche Vernichtungspolitik im Zweiten Weltkrieg, Zürich, Pendo, 2001 (1ère ed., Hamburger Edition, 1998), p. 114. Voir aussi Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 59.

67. Cité par Christian Gerlach, Krieg, Ernährung, Völkermord. Deutsche Vernichtungspolitik im Zweiten Weltkrieg, Zürich, Pendo, 2001 (1ère ed., Hamburger Edition, 1998), p. 112. Voir aussi Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 57.

68. Traduit d’après l’original allemand, extrait du journal de Hans Frank, Das Diensttagebuch des deutschen Generalgouverneurs in Polen 1939-1945, Werner Prag et Wolfgang Jacobmeyer (eds), Stuttgart, Verlags-Anstalt, 1975, p. 457-58. Lire la citation complète…

69. Radu Ioanid, «When Mass Murderers Become Good Men», Journal of Holocaust Education, vol. 4, 1995, p. 10, cité par Raul Hilberg, Holocauste: les sources de l’histoire, Gallimard, 2001, p. 116.

70. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 405.

71. Cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 410.

72. Traduit d’après l’original en allemand (voir ci-après). Lionel Richard et Pierre-André Taguieff mentionnent tous deux la reprise par Rosenberg du passage de Lagarde. Taguieff mentionne que cela a été publié dans le Volkischer Beobachter du 22 décembre 1941 («Rosenberg sprach über Lagarde» Völkischer Beobachter, no. 356, 22 décembre 1941, p. 3, cité par Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes: des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, note 169 p. 590; le passage est cité p. 233), tandis que Lionel Richard mentionne le numéro du 23 décembre 1941 (p. 1, cité par Lionel Richard, Nazisme et Barbarie, Editions Complexe, 2006, note 13 p. 263; le passage est cité p. 29). Dans la mesure où le Völkischer Beobachter avait de nombreuses éditions locales qui pouvaient différer par leurs contenus, il est probable que Lionel Richard et Pierre-André Taguieff ont consulté des éditions distinctes. Il convient de citer plus complètement Paul de Lagarde. Il écrivait donc en 1887: «Il faut avoir un coeur aussi dur que la peau du crocodile pour ne pas avoir pitié des pauvres Allemands saignés à blanc et — ce qui revient au même — pour ne pas hair les Juifs, ne pas hair et mépriser ceux qui — par humanité! — parlent en leur faveur ou sont trop lâches pour écraser cette vermine pullulante. On ne traite pas avec des trichines et des bacilles. Les trichines et les bacilles, on ne les éduque pas, on les anéantit aussi rapidement et aussi radicalement que possible (Es gehört ein Herz von der Härte der Krokodilhaut dazu, um mit den armen, ausgesogenen Deutschen nicht Mitleid zu empfinden, und — was dasselbe ist — um die Juden nicht zu hassen, um diejenigen nicht zu hassen und zu verachten, die — aus Humanität! — diesen Juden das Wort reden oder die zu feige sind, dies wuchernde Ungeziefer zu zertreten. Mit Trichinen und Bazillen wird nicht verhandelt, Trichinen und Bazillen werden auch nicht erzogen, sie werden so rasch und so gründlich wie möglich vernichtet)» (Paul de Lagarde, «Juden und Indogermanen», Göttingen, 1887, p. 339, cité par Helmut Berding, Moderner Antisemitismus in Deutschland, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1988, p. 148). Les trichines sont des parasites.

73. Lionel Richard, op. cit., p. 263.

74. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 98.

75. Adolf Hitler, Monologue im Führerhauptquartier 1941-1944, éd. Werner Jochmann, Hambourg, 1980, p. 158, cité par Gerald Fleming, ibid.

76. Traduit d’après l’original allemand cité par Christopher Browning, The Origins of the Final Solution. The Evolution of Nazi Jewish Policiy, September 1939-March 1942, University of Nebraska Press, Yad Vashem, 2004, p. 515, note 359. Notre traduction suit l’esprit de celle proposée par Philippe Marguerat, («Le IIIe Reich, l’invasion de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941)», Revue Historique, no. 597, janvier-mars 1996, p. 160-161) et demeure conforme à la traduction proposée dès 1985 dans Christopher Browning, «La décision concernant la décision finale», in Actes du Colloque de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (1982), L’Allemagne nazie et le génocide juif, Le Seuil/Gallimard/EHESS, 1985, p. 197: «Le but que l’Einsatzkommando 2 s’était fixé dès le début était une solution radicale de la question juive par l’exécution de tous les Juifs».

77. Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, n. 150, p. 124.

78. Lettre du capitaine Otto Schulz-Du Bois à son épouse, Erika Ilse Schulz-Du Bois, janvier 1942, citée par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p. 119.

79.ibid., p. 129.

80. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 386.

81. Robert Ley, «Schulungsappell der politischen und wirtschaftlichen Unterführer des Hauses Siemens im Berliner Sportpalast.», 3.2.1942, cité par Walter Roller, Tondokumente zur Zeitgeschichte, Volume 2, Deutsches Rundfunkarchiv, 1975, p. 135. Voir aussi Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben…, op. cit., p. 206-207. Citation partielle en Anglais dans Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 155.

82. Walter Stahlecker, Meldung der Einsatzgruppe A, original en allemand dans Tribunal international de Nuremberg, Document PS-2273, vol. XXX, p. 72-80. Bien que le document soit non daté, la mention qui y figure de l’arrivée de 20000 Juifs allemands à Riga montre qu’il est postérieur à cette arrivée documentée pour le 10 février 1942 (voir Andrej Angrick et Peter Klein, The "Final Solution" in Riga: Exploitation and Annihilation, 1941-1944, New York, Berghahn Books 2009, p. 264 note 12. Le texte original est disponible en ligne, incluant la carte en question. Une traduction partielle en anglais du document PS-2273 est également en ligne.

83. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 335.

84. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 425-426. On trouvera une traduction en anglais chez Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 146.

85. Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006.

86. Pierre Blet, Angelo Martini et Burkhart, éd., Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Vatican, 1974, vol. 8, p. 453; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 575.

87. Traduit d’après l’original cité par Peter Longerich, «Davon haben wir nichts gewusst!»: die Deutschen und die Judenverfolgung 1933-1945, Siedler, 2006, p. 202. Traduction française dans Peter Longerich, «Nous ne savions pas»: Les Allemands et la Solution finale 1933-1945, Editions Héloïse d’Ormesson, 2008, p. 262.

88. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1994, partie II, vol. 3, p. 561. Pour des transcriptions en français et en anglais, voir Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 349; Ytzhak Arad, Belzec, Sobibor, Treblinka - the Operation Reinhard Death Camps, Indiana University Press, 1987, p. 68; G. Miedzianagora et G. Joffer, Objectif Extermination, Frison Roche, 1994, p. 102-103.

89. Rapport de Louis Sadosky, 20 juillet 1942, cité par Laurent Joly, Berlin 1942. Le voyage d’un collabo au coeur de la Gestapo, CNRS Editions, 2009, p. 137-138.

90.Stellungnahme und Gedanken zum Generalplan Ost des Reichsführer SS, Berlin, le 27 avril 1942. NG-2325, cité par J. Billig, L’Allemagne et le génocide (plans et réalisations nazis), Éditions du Centre, Paris, 1949, p. 28. Ce document, souvent désigné par le raccourci «General Plan Ost» a été publié dans son intégralité par Helmut Heiber, «Der General Plan Ost», Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, vol. 6 no 3, juillet 1958.

91.«Bericht im Völkischen Beobachter über Einsatz der SD im Osten Erfurt, 30.4.1942», reproduit dans Otto Dov Kulka et Eberhard Jäckel, Die Juden in den geheimen NS-Stimmungsberichten 1933-1945, Droste-Verlag, 2004, p. 491 (document 628); Florent Brayard fait remarquer justement (Auschwitz, enquête sur un complot nazi, Seuil, 2012, p.  479) que l’historien Saul Friedländer se trompe en attribuant le contenu du rapport à l’article initial du Völkischer Beobachter (Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 427).

92. Cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», dans Michael Berenbaum et Abraham J. Peck (éditeurs), The Holocaust and History. The Known, the Unknown, the Disputed and the Reexamined, Indiana University Press, 1998, p. 45. Traduction revue d’après la version originale en allemand («Das richtige Begreifen des Judentums muß seine völlige Vernichtung fordern»), citée par Benno Müller-Hill, Tödliche Wissenschaft: die Aussonderung von Juden, Zigeunern und Geisteskranken, 1933-1945, Rowohlt, 1984, p. 108. Traduction française dans Benno Müller-Hill, Science nazie, science de mort. L’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 218.

93. Pierre Blet, Angelo Martini et Burkhart, éd., Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Vatican, 1974, vol. 8, p. 534; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 575.

94. Robert Ley, discours à Amsterdam, le 10 mai 1942, retranscrit dans Walter Roller and Susanne Höschel (eds), Judenverfolgung und jüdisches Leben…, op. cit., p. 210, cité par Jeffrey Herf, «The “Jewish War”: Goebbels and the Antisemitic Campaigns…, art. cit., p. 58 et 75. Cité également dans Jeffrey Herf, The Jewish Ennemy. Nazi Propaganda during World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 155. Une édition française est disponible, Jeffrey Herf, L'ennemi juif. La propagande nazie, 1939-1945, Calmann-Lévy, 2011.

95. Traduit d’après l’original cité par Serge Klarsfeld, Die Endlösung der Judenfrage in Frankreich: deutsche Dokumente 1941-1944, Herausgegeben von Serge Klarsfeld, Paris, 1977, p. 56. Traduction dans Serge Klarsfeld, La Shoah en France, vol. 2, Le calendrier de la persécution des Juifs de France, juillet 1940 – août 1942, Fayard, 2001, p. 373-374. Une traduction complète (légèrement différente) est fournie par Maxime Steinberg, Les yeux du témoin et le regard du borgne. L’Histoire face au révisionnisme, Les Éditions du Cerf, Paris 1990, p. 204 (reproduit sur PHDN).

96. Walter Bargatzky, Hotel Majestic, Ein Deutscher in besetzten Frankreich, Herderbücherei, Freiburg im Breisgau, 1987, p. 103-104 et 105. Version originale: «Busse, die für den Transport von Juden bestimmt sind, vom Bahnhof zum Lager, vom Lager zur Arbeitsstätte, und in die man während der Fahrt tödliches Gas einströmen läßt. Ein Versuch, der zum Leidwesen Heydrichs an unzureichender Technik scheitert. Die Busse sind zu klein, die Todesraten zu gering, dazu kommen noch andere ärgerliche Mängel. Weshalb er zum Schluß größere, perfektere, zahlenmäßig ergiebigere Lösungen ankündigt […] Wie über die russischen Juden in Kiew, ist auch über die Gesamtheit der europäischen Juden ist das Todesurteil gesprochen. Auch über die französischen Juden, deren Deportation in diesen Wochen beginnt».

97. Document Nuremberg PS 501, cité par Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, «Schöne Zeiten». Judenmord aus der Sicht der Täter und Gaffer, S. Fischer Verlag GmbH, Frankfurt am Main, 1988, p. 72. Lire le rapport sur PHDN…

98.Strassburger Neueste Nachrichten du 20 mai 1942, cité par Walter Laqueur, Le terrifiant secret. La “solution finale” et l’information étouffée , Gallimard, 1981, p. 44.

99. Cité par Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 747. Kershaw souligne qu’il apparait clairement dans le compte-rendu de Goebbels qu’Hitler associait incontestablement et explicitement sa «prophétie» du 30 janvier 1939, à la liquidation physique des Juifs.

100. Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, p. 174.

101. Robert Ley, «Die Macht der Idee!», Der Angriff, 24/25/26 mai 1942, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 45-46.

102. Cité par Gerald Fleming, Hitler et la solution finale, Commentaire/Julliard, 1988, p.  154.

103. Cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 46.

104.Das Reich du 14 juin 1942, cité par Walter Laqueur, op. cit., p. 44.

105.Le Journal du Capitaine Wilm Hosenfeld, Varsovie 23 juin 1942, cité dans Wladyslaw Szpilman, Le pianiste, L’extraordinaire destin d’un musicien juif dans le ghetto de Varsovie 1939-1945, Robert Laffont, 2001, p. 232-233.

106.«Dispatch No. 502 from the American Legation at Cairo, Egypt, Axis Broadcasts in Arabic for the Period July 3 to 9, 1942, Cairo, July 21, 1942,» 1, NARA, RG 84 Foreign Service Posts of the Department of State, General Records, Cairo Embassy, 1942, 815.4-820.02, Box 77, cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 724-725. Jeffrey Herf a développé les résultats récents de la recherche concernant la propagande nazie en direction des pays arabes dans son Nazi Propaganda for the Arab World, Yale University Press, 2009 (traduction française, Hitler, la propagande et le monde arabe, Calmann-Lévy, 2012). L’Italie fasciste et l’Allemagne nazie ont toutes deux cherché et trouvé des alliés dans le monde arabo-musulman. Tant l’Afrique du Nord que le Proche et le Moyen-Orient constituaient des enjeux politiques et stratégiques pour ces deux nations avant et pendant la guerre. Une entreprise de communication et de propagande de grande ampleur fut mise en oeuvre tant par l’Italie, qui diffusa des programmes radio en Arabe dès 1934, que par l’Allemagne de Hitler. Cette dernière commença à diffuser sur ondes courtes en Arabe en octobre 1939 et poursuivit jusqu’en mars 1945. Les deux stations «Berlin en Arabe» et «La voix de l’Arabisme libre» diffusaient de la musique, des nouvelles et des discours de propagande sept jours sur sept (Jeffrey Herf, art. cit., p. 714). Compte tenu de l’illetrisme au Proche et au Moyen-Orient de la présence de dizaines de milliers de postes de radio, et des pratiques collectives d’écoute de ces postes, c’est une audience très large qui fut exposée à cette propagande pendant plusieurs années. Parmi les orateurs réguliers qui intervenaient sur les radios allemandes en Arabe, figurait l’ancien mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, ennemi radical des sionistes et des modérés palestiniens, rallié à Hitler, réfugié, hebergé à Berlin et rétribué par le régime nazi à partir de la fin 1941. A partir de l’été 1941 le personnel de l’ambassade américaine au Caire entreprend de retranscrire et traduire les discours en Arabe tenus sur les stations allemandes et italiennes (Jeffrey Herf, art. cit., p. 715). La plupart des discours diffusés par les stations allemandes reprennent les poncifs de la propagande nazie, en essayant de les adapter à une audience arabe et musulmane. Le Mufti se montra particulièrement obstiné à démontrer que nazisme et Islam étaient non seulement compatibles mais qu’ils appréhendaient tous deux le «problème juif» de la même façon. Parmi les poncifs nazis adaptés au monde arabe figure en bonne place le martèlement des horribles projets que les Juifs auraient à l’encontre des Arabes et des Musulmans si l’Axe perdait la guerre, domination, persécution, extermination, pas seulement en Palestine, mais partout, en Egypte, en Syrie, au Liban, en Irak… Le 8 septembre 1943, par exemple, La Voix de l’Arabisme Libre diffusera en Arabe un message prétendant que les projet des Juifs était de s’appropier «tous les territoires entre le Tigre et le Nil», de vider complètement l’ensemble des pays arabes, Egypte et Irak compris de tous leurs Musulmans et de tous leurs Chrétiens (cité par Jeffrey Herf, art. cit., p. 730). On notera l’ironie du constat qu’aujourd’hui ce sont les pays arabes qui ont été vidés de leurs communautés juives millénaires. Le 24 septembre de la même année, la Voix de l’Arabisme Libre continuait sur la même ligne, à savoir que le but du «Sionisme international», n’était pas seulement la Palestine, mais la «possession de tous les pays arabes, d’Est en Ouest» jusqu’à l’océan Atlantique, y compris l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Syrie, le Liban (Jeffrey Herf, art. cit., p. 730). Il n’est pas anodin de noter que cette disqualification pranaoïaque du sionisme (en l’occurrence d’une vision délirante du sionisme) se retrouve aujourd’hui dans des discours «antisionistes» pas uniquement issus de l’islamisme radical. Le travestissement de l’antisémitisme en antisionisme est donc une invention nazie. Il est important de noter qu’il fut ensuite repris par la propagande soviétique (voir à ce sujet, Léon Poliakov, De l’antisionisme à l’antisémitisme: la polémique arabe, Calman-Lévy, 1969 et Léon Poliakov, De Moscou à Beyrouth, essai sur la désinformation, Calman-Lévy, 1983), ce qui a permis un passage de ces discours vers des milieux intellectuels a priori bien pensants.

107. Cité par Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 56.

108. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 45.

109. Traduit d’après l’original en Allemand, Doc. CDJC XXVb-87, IV-J, cité dans Serge Klarsfeld, Die Endlösung der Judenfrage in Frankreich: deutsche Dokumente 1941-1944, Herausgegeben von Serge Klarsfeld, Paris, 1977, p. 95. Traduction complète (légèrement différente pour le passage cité) dans Serge Klarsfeld, La Shoah en France, vol. 2, Le calendrier de la persécution des Juifs de France, juillet 1940 – août 1942, Fayard, 2001, p. 545-549.

110. Sur l’été 1942 en France, on se reportera à Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Calmann-Lévy, 1981, chapitre VI et à Florent Brayard, La Solution Finale de la Question Juive: La Technique, le Temps et les Catégories de la Décision, Fayard 2004, chapitre III.

111. Rapport cité par Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 116 (texte original allemand cité par Peter Longerich, Politik der Vernichtung. Eine Gesamtdarstellung der nationalsozialistischen Judenverfolgung, Piper Verlag, 1998, p. 522).

112.Rapport de Kube à Lohse du 31 juillet 1942. Traduit d’après le texte original en Allemand, Tribunal Militaire International de Nuremberg, Procès des grands criminels de guerre devant le tribunal militaire international: Nuremberg, 24 novembre 1945 - 1er octobre 1946, tome XXXII, Doc. PS-3428, p. 280.

113. Rapport de Karl Ingve Vendel du 20 août 1942 (Riksarkivet Stockholm, HP 324-84), cité par Jozef Lewandowski, «Early Swedish Information about the Nazis’ Mass Murder of the Jews», Polin: Studies in Polish Jewry, 13, 2000.

114. Note citée par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 56.

115. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy. The Italians and Jews in Occupied Europe 1941-43. A collection of notes and research materials for the documentary film, Rome, 1988, p. 7; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing, ibid.

116. Traduit d’après l’original en Allemand, Wilhelm Cornides, «Observations sur le “transfert” des Juifs à l’intérieur du Gouvernement Général» («Beobachtung über die “Umsiedlung” der Juden im Generalgouvernement»), archives de l’Institut fur Zeitgeschichte de Munich, document ED-81. Voir également, pour un résumé des observations de Cornides, Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 835.

117. Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum: Vernichtung”: Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hamburger Edition, 1995 p. 62. Une traduction légèrement différente figure dans Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 48.

118. Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 78-79.

119. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 503.

120. Helmuth James von Moltke, Briefe an Freya: 1939-1945, C. H. Beck, München, 1991, lettre du 10 octobre 1942, p. 250.

121. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 632.

122.Ibid. Le texte original complet du Mémorandum se trouve dans Helmut Thielicke et Philipp von Bismarck (éd.), In der Stunde Null. Die Denkschrift des Freiburger “Bonhoeffer Kreise”: Politische Geselischaftsordnung. Ein Versuch zur Selbstbesinnung des christlichen Gewissens in den politischen Nöten unserer Zeit, Tübingen, 1979.

123. Cité par Walter Laqueur, op. cit., p. 47.

124.Ibid.. Sur Giuseppe Pieche, voir aussi Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 75-77.

125. Cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing, op. cit., p. 77.

126. David Rodogno, «La politique des occupants italiens à l’égard des Juifs en France métropolitaine. Humanisme ou pragmatisme?», Vingtième siècle, 2007, n° 93, p. 66.

127. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 8; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 85.

128. Voir notamment Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 446.

129. Cité par par Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 14.

130. Cité par Nobert Frei, L’État hitlérien et la société allemande, Seuil, 1994, p. 271-272. Norbert Frei (ou l’édition française) date de façon erronée ce courrier du 22 juillet 1942. L’original mentionne bien le 27 juin.

131. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 447. Version originale complète du passage cité dans Benno Müller-Hill, Tödliche Wissenschaft: die Aussonderung von Juden, Zigeunern und Geisteskranken, 1933-1945, Rowohlt, 1984, p. 57 (traduction française dans Benno Müller-Hill, Science nazie, science de mort. L’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 56).

132. Cité par Walter Manoschek, «"Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs: l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944).», Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 48.

133. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d¹Europe, Fayard, 1988, p. 454.

134. Rapport du SS-Untersturmführer Heinrich Kinna «sur le transport de 644 Polonais (de Zamosc) au camp de travail d’Auschwitz le 10 décembre 1942», cité par Götz Aly, «Endlösung». Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Fischer Taschenbuch Verlag, 1995, p. 381.

135. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1998, partie II, vol. 6, p. 445-446.

136. Hilberg, op. cit., p. 172.

137. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 297.

138. Josef Sommerfeldt, «200 Jahre Abwehrkampf gegen das Ostjudentum», Deutsche Post aus dem Osten 15, Heft 2/3, p. 12, cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffmann und Campe, Hambourg, 1991, p. 218.

139. Robert Ley, Die grosse Stunde. Das Deutsche Volk im totalen Kriegseinsatz. Reden und Aufsätze aus den Jahren 1941-1943, Zentralverlag der NSDAP, Franz Eher Nachf, München, 1943, p. 51.

140. Avraham Barkai, «Volksgemeinschaft, ‘Aryanisation’ and the Holocaust», dans David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 42-43. Le journal de Karl Dürkefelden a été publié en Allemagne en 1985 par Herbert et Sibylle Oberhausen, «Schreiben wie es wirklich war…», Aufzeichnungen Karl Dürkefeldens aus den Jahren 1933-1945, Hanovre, 1985.

141. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 9; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 93.

142. Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, op. cit., p. 119.

143. Journal du Capitaine Lucio Merci, 21 mars 1943, cité par Joseph Rochlitz, «Excerpts from the Salonika Diary of Lucillo Merci (February-August 1943)», Yad Vashem Studies, 18, 1987, p. 303-304.

144. Luca Pietromarchi, «Estratti del diario private» in Joseph Rochlitz, The Righteous Enemy, The Italians and Jews in Occupied Europe, Bologna, 1984, p. 10; cité par Jonathan Steinberg, All or Nothing: The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, 1990, p. 126.

145. Ciano rapporte dans son journal ce que Goering lui a confié: «Dans les camps de prisonniers russes après avoir mangé tout ce qui était possible, y compris les semelles de leurs souliers, ils ont maintenant commencé se manger entre eux, et ce qui est plus grave, ils ont mangé aussi une sentinelle allemande. Cette année 20 à 30 millions de personnes mourront de faim en Russie. Peut-être est-il bien qu’il en soit ainsi car certains peuples doivent être décimés». Les archives secrètes du comte Ciano 1936-1942, trad fr., Paris, Plon 1948, p. 479; cité par Jean Stengers «Himmler et l’extermination de 30 millions de Slaves», Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2001, no. 71, p. 8. Ciano précisera que Goering lui avait dit cela «avec indifférence la plus absolue» (Comte Galeazze Ciano, Journal politique 1939-1943, t. 2, Neuchâtel, La Baconnière, 1946, p. 86; cité par Jean Stengers, ibid.)

146. Memorandum de Friedrich Gollert du 29 mars 1943, cité par Götz Aly et Susanne Heim, Vordenker der Vernichtung: Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Hoffman und Campe, Hamburg, 1991, p. 430. Voir également Benno Muller-Hill, Science nazie, science de mort: l’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945, Odile Jacob, 1989, p. 56. Le Memorandum de Friedrich Gollert est également cité par Léon Poliakov, Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Denker, Arani Verlags-GmbH, 1959 p. 510 et Wolfgang Michalka, Das Dritte Reich: Dokumente zur Innen- und Aussenpolitik, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1985, p. 218. Le passage original est le suivant: «Eine zweite Lösung würde darin bestehen, diese 15 Millionen durch eine Radikalkur auszumerzen. Auch diese Lösung ist abzulehnen. Gewiß kann es vor der Geschichte gerechtfertigt werden, einmal aus biologischen Gründen zu derartigen Radikalmaßnahmen zu schreiten, wie es beispielsweise gegenüber dem Judentum notwendig gewesen ist. Aber ein fremdes Volkstum von 15 Millionen einfach auf diese Weise zu beseitigen, ist einer Kulturnation unwürdig.»

147.«Juden sind Verbrecher»Zeitschriften-Dienst, 204/73, no  8615 (2 avril 1943), cité par Jeffrey Herf, The Jewish Enemy: Nazi Propaganda During World War II and the Holocaust, Harvard University Press, 2006, p. 199. Voir également, Randall L. Bytwerk, «The Argument for Genocide in Nazi Propaganda», Quarterly Journal of Speech, Vol. 91, No. 1, February 2005, p. 49. Ce document avait déjà été signalé par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Denker, Ullstein, 1983, p. 455.

148. Cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 200-201: «Mit dem Antisemitismus ist es genauso wie mit der Entlausung. Es ist keine Weltanschauungsfrage, daß man die Läuse entfernt. Das ist eine Reinlichkeitsangelegenheit. Genauso ist der Antisemitismus für uns keine Weltanschauungsfrage gewesen, sondern eine Reinlichkeitsangelegenheit, die ja jetzt bald ausgestanden ist. Wir sind bald entlaust.»

149. Susan Zuccotti, Under His Very Windows. The Vatican and the Holocaust in Italy, New Haven, 2000, p. 108-109; cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 564.

150. Cité par Christian Gerlach et Götz Aly, Das Letzte Kapitel. Der Mord an den ungarischen Juden, Stuttgart München, DVA, 2002, p. 87-88, notamment note 271, p. 88. Version originale: «Judentum muß in Europa ausgerottet werden. Was sich dem entgegenstellt, muss fallen […] Bei Juden aber kein Mitleid […] Nicht entschuldigen die die sich gegen Juden nicht verteidigen.»

151. Journal de Goebbels, 13 mai 1943 (Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1993, partie II, vol. 8, p. 287-288). Pour le contexte et une citation (partielle) voir Ian Kershaw, Hitler. 1936-1945: Némésis, Flammarion, 2000, p. 847. Voir également Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 589. Le passage cité est le suivant: «Die Natur ist vom Gesetz des Kampfes beherrscht. Immer wieder wird es parasitäre Erscheinungen geben, die den Kampf beschleunigen und den Ausleseprozess zwischen den Starken und den Schwachen intensivieren. […] In der Natur handelt das Leben immer gleich gegen den Parasitismus; im Dasein der Völker ist das nicht ausschließlich der Fall. Daraus resultiert eigentlich die jüdische Gefahr. Es bleibt also den modernen Völkern nichts anderes übrig, als die Juden auszurotten. Sie werden sich mit allen Mitteln gegen diesen allmählichen Vernichtungsprozess zur Wehr setzen.»

152. Cité par Eugen Kogon, Herrmann Langbein, Adalbert Rückerl, Les chambres à gaz secret d’État, Seuil, Points Histoire, 1987, p. 83. Sur cet épisode et cette entrée du journal de von Thadden, voir aussi Christopher Browning, The Final Solution and the German Foreign Office, Holmes & Meier Publishers, Inc., 1978, p. 150-151. Version originale: «Auf die Frage der Italiener, was die kleinen Pakete und Koffer, die dort aufgestapelt waren, bedeuteten, habe Kube erklärt, das seien die einzigen Überbleibsel nach Minsk deportierter Juden. Anschließend habe Kube den Italienern eine Gaskammer gezeigt, in der angeblich die Tötung der Juden durchgeführt würde. Die Faschisten sollen auf das Tiefste erschüttert gewesen sein» (Nationalsozialistische Massentötungen durch Giftgas, S. Fischer Verlag GmbH, Francfort-sur-le-Main, 1983, p. 92). Fac-similé en ligne.

153. Ulrich von Hassell, Journal d’un conjuré 1938-1944, l’insurrection de la conscience, Belin, 1996, p. 323.

154. Rapport Stroop, page 34, fac-similé en ligne. L’ensemble du rapport et des fac-similés ont été publiés dans «Es gibt keinen jüdischen Wohnbezirk in Warschau mehr!», Andrzej Wirth (éd.), Neuwied, Hermann Luchterhand Verlag, 1960, ainsi que dans Jürgen Stroop, The Stroop Report: The Jewish Quarter of the Warsaw Ghetto is no More!, Sybil Milton (éd. et trad. en anglais), New York, Pantheon Books, 1979. Reproduction partielle dans le Document 1061-PS, Trial of the Major War Criminals before the International Military Tribunal, IMT, vol. XXVI, p. 628 et suiv., p. 656 pour l’entrée du 25 avril.

155. Rapport Stroop, page 75, fac-similé en ligne.

156. Ernst Klee, Willy Dressen, Volker Riess, Pour eux «C’était le bon temps», La vie ordinaire des bourreaux nazis, Plon, 1990, p. 183.

157. Rapport du Dr Hans-Joachim Kausch du 26 juin 1943 (Occ E-14-11), cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 330. Original: «Juden wurden wie die Wanzen vertilgt».

158. Amin al Husseini, Mudhakkirat al-hajj Muhammad Amin al-Husayni, présenté par Abd Al Karim al Umar, Al Ahali, Damas, 1999, p. 126, cité par Wolfgang G. Schwanitz, «Amin al-Husaini und das Dritte Reich - Neues vom und zum Jerusalemer Großmufti», Kritiknetz.de, 7 avril 2008. Voir également Henry Laurens, La Question de Palestine, Tome deuxième 1922-1947, Une mission sacrée de civilisation, Fayard, 2002, p. 469.

159. D’après le texte original en Allemand, Tribunal international de Nuremberg, PS 1919, vol. XXIX, p. 110-173 (p. 133, 145-146 pour les passages cités) et enregistrement original: US National Archives document, Himmler, Heinrich. "Speech to the SS Officers" ("Rede zu den SS Fuhrern"). Posen, Oct. 4, 1943. Approx. 190 min. Item 242-256, 242-259, 242-257, 242-251, 242-252, 242-249, 242-264, 242-263, 242-250, 242-266, 242-180.

160. Voir Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 253-255.

161. D’après l’original en allemand, Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 167-169.

162. Joseph Goebbels, Die Tagebücher von Joseph Goebbels, éd. Elke Fröhlich, Munich, 1995, vol. 10, p. 72, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 670.

163. Cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 692.

164. Cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 730. Cette vision paranoïaque des Juifs est partagée et diffusée par Haj Amin al-Husseini depuis Berlin. Al-Husseini a fait, le 2 novembre 1943, un discours à Berlin. L'Institut Central Islamique de Berlin en imprime et diffuse la version en Allemand, tandis que le Ministère des Affaires Étrangères en imprime une version Arabe qu’il fait diffuser à des milliers d’exemplaires au Moyen Orient. Husseini y mélange antisémitisme nazi et antisémitisme islamiste. Il déclare: «[les Juifs] vivent comme des éponges parmi les peuples en suçant leur sang, en s’appropirant leurs biens, en minant leurs valeurs tout en exigeant les mêmes droits que les autochtones. Ils veulent tous les avantages sans assumer d’obligations! Tout cela a suscité l’hostilité du monde à leur encontre et la haine des Juifs […] contre tous les peuples depuis deux mille ans». Cette partie proprement nazie de son discours est suivi de son pendant «musulman». Al Husseini explique en effet: «[Les Juifs qui ont] tourmenté le monde depuis la nuit des temps ont été les ennemis des Arabes et de l’Islam depuis son émergence. le Saint Coran a exprimé cette vieille opposition en ces termes ‘vous constaterez que ceux qui sont le plus hostile aux croyants sont les Juifs’. Ils ont tenté d’empoisonner les grands et nobles prophètes. Ils leur ont résisté, leur ont été hostiles, ont intruigé contre eux. Cela se passant il y a 1300 ans. Depuis lors, ils n’ont cessé de tisser des intrigues contre les Arabes et les Musulmans» (cité par Jeffrey Herf, art. cit., p. 732). L’hostilité au sionisme n’est chez Husseini qu’une modalité de son antisémitisme radical.

165. Cité par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 201. Edition française: p. 205.

166. Cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 732-733.

167.«Weekly Review of Foreign Broadcasts, F.C.C., No. 118, 3/4/44, Near and Middle East,» NARA, RG165 MID, «Regional File.» 1922-1944 Palestine, Folder 2930, cité par Jeffrey Herf, «Nazi Germany’s Propaganda Aimed at Arabs and Muslims During World War II and the Holocaust: Old Themes,New Archival Findings», Central European History, décembre 2009, vol. 42, n. 4, p. 733.

168. Cité par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und die Juden, Dokumente und Aufsätze, Arani Verlag, Berlin, 1955, p. 185.

169. Robert Ley, «Von Moses bis Stalin», Der Angriff, 19 mars 1944, cité par David Bankier, «The Use of Antisemitism in Nazi Wartime Propaganda», op. cit., p. 46.

170. Cité par Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 714.

171. Cités par Benno Müller-Hill, «The idea of the final solution and the role of experts», David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 66-67. La source est le document PS-3319 présenté à Nuremberg. L’original en Allemand est intégralement cité par Léon Poliakov et Josef Wulf, Das Dritte Reich und seine Diener, Dokumente, Berlin-Grunewald, Arani Verlags-GmbH, 1956, p. 158-168 (p. 161 pour le passage cité). Disponible en ligne. Une traduction en anglais (approximative) se trouve dans Nazi Conspiracy and Aggression ("Red Series"), Nuremberg, Germany (1945-1946), vol. VI, p. 12-13 pour les passages cités.

172. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 202. Le passage intégral est intéressant par les protestations de bonté qu’Himmler multiplie et pour son côté alambiqué, habituel dans la prose d’Himmler: «Le Führer l’avait annoncé aux Juifs, au début de la guerre ou avant la guerre. “Si vous poussez encore à la guerre les peuples d’Europe, cela ne signifiera pas l’extermination du peuple allemand, mais l’extermination des Juifs.” La question juive est résolue en Allemagne et dans l’ensemble des pays occupés par l’Allemagne. Elle a été résolue sans aucun compromis, conformément au combat pour la vie de notre peuple où il en va de l’existence de notre sang. Je m’en ouvre à vous comme camarades. Nous sommes tous des soldats, quel que soit l’uniforme que nous portons. Vous pouvez comprendre combien il m’a été difficile d’exécuter cet ordre que j’ai reçu en soldat, et auquel j’ai obéi et que j’ai exécuté par sens du devoir et par la plus absolue conviction. Si vous me dites : “nous admettons cela pour les hommes, mais pas pour les enfants”, je dois vous rappeller ce que je disais lors de mes premiers exposés: dans cette confrontation avec l’Asie, nous devons passer par pertes et profits les règles et coutumes des guerres européennes passées, que nous chérissions et préférions de loin. Je pense que nous n’avions pas le droit non plus en tant qu’Allemands, quelque profonde que puisse être notre bonté d’âme, de laisser grandir des vengeurs remplis de haine, que nos enfants et nos petits-enfants auraient été obligés d’affronter plus tard parce que nous, les pères ou les grands-pères, aurions été trop faibles et trop lâches pour leur épargner un tel héritage. (Den Juden war es vom Führer angekündigt worden, bei Beginn des Krieges oder vor dem Kriege: “Wenn ihr noch einmal die europäischen Völker in einen Krieg gegeneinander hetzt, dann wird das nicht die Ausrottung des deutschen Volkes bedeuten, sondern die Ausrottung der Juden.” Die Judenfrage ist in Deutschland und im allgemeinen in den von Deutschland besetzten Ländern gelöst. Sie wurde entsprechend dem Lebenskampf unseres Volkes, der um die Existenz unseres Blutes geht, kompromißlos gelöst. Ich spreche das zu Ihnen als Kameraden aus. Wir sind alle Soldaten, ganz gleich, welchen Rock wir tragen. Sie mögen mir nachfühlen, wie schwer die Erfüllung dieses mir gegebenen soldatischen Befehls war, den ich befolgt und durchgeführt habe aus Gehorsam und aus vollster Überzeugung. Wenn Sie sagen: ”Bei den Männern sehen wir das ein, nicht aber bei Kindern”, dann darf ich an das erinnern, was ich in meinen ersten Ausführungen sagte. In dieser Auseinandersetzung mit Asien müssen wir uns daran gewöhnen, die Spielregeln und die uns lieb gewordenen und uns viel näher liegenden Sitten vergangener europäischer Kriege zur Vergessenheit zu verdammen. Wir sind in E. auch als Deutsche bei allen so tief aus unserer aller Herzen kommenden Gemütsregungen nicht berechtigt, die haßerfüllten Rächer groß werden zu lassen, damit dann unsere Kinder und unsere Enkel sich mit denen auseinandersetzen müssen, weil wir, die Väter oder Großväter, zu schwach und zu feige waren und ihnen das überließen.»)». Une autre traduction est proposée dans la version française de l’ouvrage citée, Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 206.

173. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 203: «Eine andere Frage, die maßgeblich für die innere Sicherheit des Reiches und Europas war, ist die Judenfrage gewesen. Sie wurde nach Befehl und verstandesmäßiger Erkenntnis kompromißlos gelöst. [Applaus] Ich glaube, meine Herren, daß Sie mich so weit kennen, daß ich kein blutrünstiger Mensch bin und kein Mann, der an irgendetwas Hartem, was er tun muß, Freude oder Spaß hat. Ich habe aber andererseits so gute Nerven und ein so großes Pflichtbewußtsein — das darf ich für mich in Anspruch nehmen —, daß ich dann, wenn ich eine Sache als notwendig erkenne, sie kompromißlos durchführe. Ich habe mich nicht für berechtigt gehalten — das betrifft nämlich die jüdischen Frauen und Kinder —, in den Kindern die Rächer groß werden zu lassen, die dann unsere Väter und unsere Enkel umbringen. Das hätte ich für feige gehalten. Folglich wurde die Frage kompromißlos gelöst.»). La suite du discours est également intéressante: «Cependant, en ce moment même — c’est sans précédent dans cette guerre —, nous conduisons des Juifs mâles de Hongrie en camps de concentration: 100000 pour commencer, puis 100000 autres, qui seront affectés à la construction d’usines souterraines. Mais pas un seul d’entre eux ne sera aperçu par le peuple allemand. Je suis cependant convaincu que j’aurais vu d’un sale oeil le front à l’est du Gouvernement Général, si nous n’avions pas résolu la question juive dans ce secteur, si existaient encore le ghetto de Lublin et surtout le ghetto géant de Varsovie, avec ses 500000 personnes, dont le nettoyage, messieurs, nous a coûté l’année dernière, cinq semaines de combats de rue, avec des chars et de toutes sortes d’armement. A l’intérieur de ce Ghetto clôturé, nous avons pris d’assaut environ 700 maisons bunkeriséés. (Zur Zeit allerdings — es ist eigenartig in diesem Krieg — führen wir zunächst 100000, später noch einmal 100000 männliche Juden aus Ungarn in Konzentrationslager ein, mit denen wir unterirdische Fabriken bauen. Von denen aber kommt nicht einer irgendwie in das Gesichtsfeld des deutschen Volkes. Eine Überzeugung aber habe ich, ich würde für die im Osten des Generalgouvernements aufgebaute Front schwarz sehen, wenn wir dort die Judenfrage nicht gelöst hätten, wenn also das Ghetto in Lublin noch bestünde und das Riesenghetto mit 500.000 Menschen in Warschau, dessen Bereinigung, meine Herren, uns im vorigen Jahr fünf Wochen Straßenkampf gekostet hat mit Panzerwagen und mit allen Waffen, wo wir inmitten dieses abgezäunten Ghettos rund 700 Häuserbunker gestürmt haben)».

174. Notre traduction d’après l’original cité dans Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson, Heinrich Himmler Geheimreden 1933 bis 1945, Propylaën Verlag, 1974, p. 203-204. Le passage mérite d’être cité dans son intégralité: «Il était nécessaire de résoudre également une autre question importante. Ce fut la tâche la plus affreuse et la mission la plus terrible qui furent jamais assignées à une organisation: la mission de résoudre la question juive. J’ai également quelques paroles à adresser en toute franchise à ce cercle. Il est bon que nous ayons eu la force d’exterminer les Juifs sur notre territoire. Ne vous demandez pas à quel point cela fut pénible, même si en tant que soldats, je dois dire que vous êtes capable de comprendre à quel point il est difficile d’exécuter un tel ordre. Vous voyez cependant à la lumière d’un examen critique, en tant que soldat ne pensant qu’à l’Allemagne, que la conclusion logique à tirer est que cela était nécessaire. Rien que les bombardements auraient été insupportables si nous avions eu encore le peuple juif dans nos villes. J’ai aussi la conviction que nous n’aurions pas pu tenir le front à Lemberg dans le Gouvernement Général, si les grands ghettos de Lemberg, de Cracovie, de Lublin et de Varsovie avaient encore existé. Au moment où nous avons vidé le dernier grand ghetto à Varsovie — je vous indique le chiffre en toute sérénité — de plus de 500000 Juifs après cinq semaines de combats de rue à l’été 1943, ce fut vraiment le point final. […] Je veux également répondre à une question que vous devez sûrement aussi vous poser. Cette question, la voici: oui, certes, que vous tuiez les Juifs adultes, je le comprends, mais les femmes et les enfants, comment pouvez vous...? — il faut que je vous dise quelque chose: un jour, les enfants seront devenus grands. Voulons nous pousser l’indécence jusqu’à dire: non, non, nous sommes trop faibles pour faire ça, mais nos enfants, eux, pourront s’en occuper. Ils devront lutter à leur tour. Alors, la haine juive de ces vengeurs, petits aujourd’hui et plus tard devenus grands s’en prendra à nos enfants et petits-enfants, de telles sorte qu’ils devront une nouvelle fois résoudre ce problème. Je suis convaincu que cela se produirait ainsi, même si Hitler ne survivait pas. Non, nous ne pouvons pas répondre cela. Ce serait être lâche et c’est pour cela que nous préférons une solution nette, aussi dure doit-elle.» («Eine andere große Frage war noch notwendig zu lösen. Es war die furchtbarste Aufgabe und der furchtbarste Auftrag, den eine Organisation bekommen konnte : der Auftrag, die Judenfrage zu lösen. Ich darf dies auch in diesem Kreis wieder in aller Offenheit mit ein paar Sätzen sagen. Es ist gut, daß wir die Härte hatten, die Juden in unserem Bereich auszurotten. Fragen Sie nicht, wie schwer das war, sondern haben Sie als Soldaten — ich möchte fast sagen - Verständnis dafür, wie schwer ein solcher Befehl durchzuführen ist. Ziehen Sie aber auch bei kritischster Prüfung, nur als Soldaten für Deutschland denkend, den logischen Schluß, daß es notwendig war. Denn allein der Bombenkrieg wäre nicht durchzuhalten wenn wir das jüdische Volk noch in den Städten gehabt hätten. Ich habe auch eine Überzeugung, die Front bei Lemberg im Generalgouvernement nicht zu halten gewesen, wenn die großen Ghettos in Lemberg, in Krakau, in Lublin und in Warschau noch da gewesen wären. Der Zeitpunkt, zu dem wir das letzte große Ghetto in Warschau — ich nenne Ihnen ruhig die Zahl — mit über 500.000 Juden in fünf Wochen Straßenkämpfen ausgeräumt haben im Sommer 1943, war gerade der letzte Zeitpunkt. […] Ebenso will ich auch gleich einen Gedanken, der sicherlich gedacht wird, gleich beantworten. Die Frage heißt: Ja, wissen Sie, daß Sie die erwachsenen Juden umbringen, das verstehe ich, aber wie können Sie die Frauen und Kinder…? — Da muß ich Ihnen etwas sagen: Die Kinder werden eines Tages groß werden. Wollen wir so unanständig sein, daß wir sagen: nein, nein, dazu sind wir zu schwach dazu, aber unsere Kinder, die können sich mit ihnen mal abgeben. Die sollen das auch einmal auskämpfen. Daß dann dieser jüdische Haß heute kleiner und später groß gewordener Rächer sich an unseren Kindern und Enkeln vergreifen, daß sie neumal das Problem zu lösen haben. Dann haben überzeugt, wenn kein Adolf Hitler überlebt. Nein, das können wir nicht beantworten. Das wäre feige gewesen und deswegen haben wir eine klare Lösung vorgezogen, so schwer wie sie war.»). Une autre traduction est proposée dans la version française de l’ouvrage citée, Heinrich Himmler, Discours secrets, Édités par Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson. Introduction de Joachim C. Fest. Paris, Gallimard, 1978. Collection Témoins, p. 207.

175. Cité par Sybille Steinbacher, "Musterstadt" Auschwitz. Germanisierungspolitik und Judenmord in Ostoberschlesien (Darstellungen und Quellen zur Geschichte von Auschwitz, Institut für Zeitgeschichte, Band 2), K. G. Saur Verlag, Munich, 2000, p. 302. Également cité par Gerald Reitlinger, Endlösung: Hitlers Versuch der Ausrottung der Juden Europas, 1939-1945, Colloquium Verlag, 1956, p. 321. Cette citation se trouve également, en Anglais, dans Sybille Steinbacher, «In the Shadow of Auschwitz. The Murder of the Jews of East Upper Silesia», in Ulrich Herbert (ed.), National Socialist Etermination Policy. Contemporary German Perspectives and Controversies, Bergham Books, 2000, p. 293.

176. Rapport reproduit dans Hans-Adolf Jacobsen (éd.), Opposition gegen Hitler und der Staatsstreich vom 20. Juli 1944.Geheime Dokumente aus dem ehemaligen Reichssicherheitshauptamt, Stuttgart, Mundus Verlag, 1989, vol. 2, p. 449-450, cité par Jeremy Noakes et Geoffrey Pridham (éd.), Nazism 1919-1945. A documentary reader, University of Exceter Press, 1998, vol. 4, p. 633 (doc. 1366). On trouvera une traduction en français d’autres passages du même rapport dans Saul Friedländer, Les Années d’Extermination…, op. cit., p. 776-777.

177. David Bankier, «German public awareness of the Final Solution» David Cesarani, The Final Solution, Origins and Implementation, Routledge, 1994, p. 215.

178.«In Oberschlesien haben sie Leute einfach fabrikmässig abgeschlatet. In einer großen Halle sind sie vergast worden […] Über diesen Dingen schwebt tiefes Geheimnis». CSDIC (UK) SR Report, SRGG 1093(C) [TNA, WO 208/4169], cité par Volker Ullrich über Sönke Neitzel, Abgehört - Deutsche Generäle in britischer Kriegsgefangenschaft 1942 - 1945, Propyläen Verlag, Berlin, 2005, p. 177 (document 120, p. 176). Il s’agit de la retranscription de 167 de ces conversations. Cet ouvrage a fait l’objet d’une traduction en anglais: Tapping Hitler’s Generals. Transcripts Of Secret Conversations 1942-45, edited by Sonke Neitzel with an introduction by Ian Kershaw, Barnsley, St. Paul (Frontline Books, MBI Publishing), 2007. On trouvera une recension en français de cette traduction par Olivier Wieviorka, dans Francia-Recensio, 2008 no. 1. Voir également Andrew Roberts, «The Genocide Generals: secret recordings explode the myth they knew nothing about the Holocaust», Daily Mail, 21 juillet 2007. En ligne.

[ Documents  |  Génocide & 2e GM  |  Toutes les rubriques ]